X

À La Une

Présidentielle en France: les programmes des candidats en cinq points clefs

Repère

De l'Europe aux institutions, en passant par l'immigration, voici les programmes des principaux candidats au premier tour de la présidentielle en France le 23 avril, en cinq points clefs.

OLJ/AFP
18/04/2017

 

Europe: partir ou réformer ?
La question européenne bouscule les clivages traditionnels, depuis que le général de Gaulle et les communistes combattaient une intégration européenne prônée par centristes et socialistes. Lors des référendums de 1992 (traité de Maastricht) et de 2005 (constitution européenne), "oui" et "non" recrutaient aussi bien à gauche qu'à droite.

Il en est de même cette fois-ci. La dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen et le tribun de la gauche radicale Jean-Luc Mélenchon, qui reprochent à Bruxelles d'avoir imposé l'austérité budgétaire, prônent la sortie de l'Union européenne, si des négociations ne permettent pas de la transformer de fond en comble.
Les autres candidats veulent transformer l'UE sans la quitter. Le socialiste Benoît Hamon veut une pause dans la rigueur budgétaire. Comme le centriste Emmanuel Macron, il propose un Parlement de la zone euro et des investissements massifs européens. Le candidat de la droite François Fillon renégocierait les accords de Schengen, pour contrôler davantage les frontières de l'UE.

 

 

Immigration et Islam
François Fillon et Marine Le Pen prônent une politique restrictive sur l'immigration, avec des mesures limitant le regroupement familial, les prestations sociales pour les immigrés, l'octroi de la nationalité française.

A gauche, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon ne font pas de l'immigration ou de l'asile un thème dominant, mais le premier propose un visa humanitaire pour les réfugiés et les deux accorderaient le droit de vote aux étrangers pour les élections locales.
Une mesure qu'au centre, Emmanuel Macron ne reprend pas à son compte. Mais il se retrouve avec M. Hamon pour une "discrimination positive" à l'embauche des jeunes de banlieue.

 

 

Quelles institutions ?
Sur les institutions, le curseur entre candidats est très mouvant. MM. Fillon et Macron ne souhaitent pas changer la Constitution. MM. Mélenchon et Hamon veulent une VIe République, avec moins de pouvoir au chef de l'État et plus de référendums d'initiative populaire. Des référendums promis aussi par Mme Le Pen, qui ferait inscrire la préférence nationale dans la Constitution.

M. Fillon y introduirait l'idée de quotas d'immigration et modifierait le principe de précaution.
Tous les candidats, sauf M. Fillon, instaureraient, à des degrés divers, la représentation proportionnelle aux élections.
MM. Macron et Hamon exigeraient des élus un casier judiciaire vierge. M. Mélenchon rendrait inéligible à vie ceux condamnés pour corruption.

 

Economie et social
Traditionnellement, les questions économiques et sociales opposent droite et gauche. Mais la stratégie en direction des classes populaires de Mme Le Pen l'amène à se situer, sur ces sujets, moins à droite que François Fillon, qui a choisi une ligne économique très libérale.

Ainsi, l'âge de la retraite serait progressivement relevé à 65 ans par M. Fillon, maintenu à 62 ans (moins dans certains cas) par MM. Hamon et Macron, rétabli à 60 ans par Mme Le Pen et M. Mélenchon.
M. Fillon abrogerait la durée légale hebdomadaire de 35 heures. M. Macron et Mme Le Pen les maintiendraient, avec modulations, dérogations et heures supplémentaires. MM. Hamon et Mélenchon veulent réduire le temps de travail.

L'impôt sur les grandes fortunes (ISF) serait supprimé par M. Fillon, adouci par M. Macron, maintenu par Mme Le Pen, fusionné avec la taxe foncière par M. Hamon, renforcé par M. Mélenchon.
M. Fillon supprimerait 500.000 postes de fonctionnaires et M. Macron 120.000 alors que M. Mélenchon en créerait 200.000.

 

 

Garder le nucléaire ?
MM. Mélenchon et Hamon abandonneraient progressivement le nucléaire, énergie défendue par M. Fillon et Mme Le Pen, et dont M. Macron veut réduire l'importance.

 

 

Lire aussi

 

Présidentielle française: abstention et indécis peuvent faire pencher la balance

 

Macron et Le Pen en duel à Paris avant le sprint final

 

Fillon brandit l'étendard sécuritaire en terre sarkozyste

 

La France tenue en haleine à une semaine de la présidentielle

Les législatives, troisième tour décisif et imprévisible de la présidentielle française

Programmes des prétendants à l'Élysée : la bataille des chiffres

La montée de Mélenchon inquiète les marchés

Et si elle passait... que ferait la France anti-FN?

Présidentielle en France: les discours des candidats au crible des chercheurs

Le "syndrome russe" à l'œuvre dans la campagne présidentielle française

Impopulaire ou irresponsable

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Affaire des tunnels : en attendant le rapport de la Finul...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Maman a (rarement) tort

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué