X

À La Une

Présidentielle en France: les discours des candidats au crible des chercheurs

repère

Extrêmement codifié, le discours de campagne se fonde sur des slogans et mots simples, faisant appel à des grands principes abstraits.

 

OLJ/AFP/Charlotte HILL
03/04/2017

Les principaux candidats à la présidentielle en France ont un discours de campagne "pauvre du point de vue du vocabulaire et du style" mais tentent de se distinguer par des dominantes propres, selon des chercheurs.

"Le discours politique de campagne est particulièrement pauvre du point de vue du vocabulaire et du style", observe Cécile Alduy, professeur de littérature à l'université de Stanford et spécialiste du discours politique.

Extrêmement codifié, le discours de campagne se fonde sur des slogans et mots simples, faisant appel à des grands principes abstraits. Et "le coaching en communication tend à lisser encore davantage le discours: il faut qu'il marque, mais sans fâcher personne", souligne Cécile Alduy.

Ce qui n'empêche pas les principaux prétendants de mettre en avant leurs spécificités: la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen réalise ainsi une "OPA" sur le mot "peuple", le centriste Emmanuel Macron étant "plus dans la dynamique que la thématique", tandis que le candidat de droite François Fillon, empêtré dans les affaires judiciaires, est "réfugié" sur "des marqueurs lexicaux très à droite", selon des chercheurs.

 

- Marine Le Pen -

La candidate du Front national a une "dialectique très martelée statistiquement: celle de la +proximité+ contre la +mondialisation+", observe Damon Mayaffre, chercheur au CNRS, copilote d'une plateforme numérique qui permet notamment de repérer les mots favoris des discours des candidats, via des algorithmes.
"Elle aime aussi tous les mots en +isme+, un peu anxiogènes dans le débat politique: islamisme, mondialisme, socialisme, libéralisme, terrorisme. Et elle a fait une "OPA lexicale sur le mot +peuple+", poursuit-il.
Pour la sémiologue Mariette Darrigrand, Mme Le Pen est dans une posture "mythologique". Elle "brode" autour du concept de patriotisme "des épisodes, comme dans une série: Marine va chez Poutine, Marine ferme les vannes de l'immigration...".

- Emmanuel Macron -

L'ancien banquier d'affaires "reprend une tradition du discours politique" et "théorise des passions heureuses", selon Mariette Darrigrand, pour qui "cette campagne 2017 ne se joue pas au niveau des idées" mais plus "dans la dramaturgie". "Il est très énergétique".
Il utilise "des mots sans beaucoup de contenu, où la référence politique est effacée", avec peu de termes comme nation, peuple, patrie. "Il est plus dans la dynamique que dans la thématique" avec des mots comme innovation, transformation, selon Damon Mayaffre.
Julien Longhi, professeur en sciences du langage, qui étudie particulièrement les tweets des candidats, pointe aussi "des marqueurs forts comme l'association positive entre la France et l'Europe".

 

(Lire aussi : Pourquoi les candidats à l’Élysée devraient réviser leurs fiches sur le dossier syrien)

 

- François Fillon -

Le candidat de la droite était "sur la posture noble de l'épopée, mais le +Penelopegate+ a tout mis par terre. Il reste dans la posture épique, mais l'enjeu n'est plus la France mais lui-même", juge Mariette Darrigrand.
"Privé de sa thématique sur l'exemplarité, il se réfugie sur des marqueurs lexicaux très à droite: ordre, famille, France", observe Damon Mayaffre, relevant un autre mot très caractéristique: la "dette" que les autres "utilisent peu".
Côté phrasé, il a comme Marine Le Pen "une voix forte, qui porte, ne tremble pas, sait se faire agressive ou dédaigneuse des positions adverses", remarque Cécile Alduy.

 

- Jean-Luc Mélenchon -

Le tribun de la gauche radicale "a une très forte identité discursive", relève Damon Mayaffre. Il cherche à "renouer avec l'humanisme et surutilise des mots très marqués, peu utilisés par les autres: humanité, humain, humaine...", ou "vertu", note le chercheur du CNRS.
Et "il sait faire alterner fausses questions oratoires et longs développements lyriques", remarque Cécile Alduy.

 

Lire aussi

Le "syndrome russe" à l’œuvre dans la campagne présidentielle française

Macron lance à Marseille la dernière phase de sa campagne

Fillon cible à nouveau Macron, accusé de "supercherie"

Fillon certain d'être blanchi par la justice

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Honneur et Patrie

Emmanuel Macron ignore l'Histoire et la Géographie de la France. Deux exemples :
- Il vient de déclarer que la Guyane est une île. Pendant que la Guyane est limitrophe du Brésil.
- Il avait déclaré lors d'une visite récente aux autorités algériennes que l'occupation française de l'Algérie de 1830 à 1962 était un "crime contre l'humanité".

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants