X

Liban

Célébrations à Sin el-Fil et Bechmezzine pour le général Joseph Aoun

Nominations
OLJ
09/03/2017

L'une des nominations majeures du Conseil des ministres hier était celle du nouveau commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun, qui succédera au général Jean Kahwagi à la fin de son mandat. Le président de la République Michel Aoun a signé hier le décret n° 305 qui stipule la nomination du général Joseph Aoun à la tête de l'armée et sa promotion au grade de général (il était auparavant général de brigade).

Le général Aoun a été reçu hier par le président de la République. Dès l'annonce de sa nomination, la région de Sin el-Fil était en fête, les proches du nouveau commandant en chef ayant décidé de célébrer la nouvelle. De même, la famille Makhlouta, qui est celle de la mère du général, a célébré en grande pompe sa nomination à Bechmezzine, Koura. Des jeunes ont distribué aux passants des gâteaux et des portraits du nouveau chef de l'armée.

Le général Joseph Aoun est né le 10 janvier 1964. Il est originaire du village de Aychiyé au Sud-Liban. Il a été intégré aux forces spéciales de l'armée en 1985. Il y servira jusqu'en 1991. Il est titulaire d'un diplôme de sciences politiques, avec spécialisation en affaires internationales, et d'un diplôme en sciences militaires. Il a été enrôlé dans l'armée en tant qu'élève officier à partir du 19 mai 1983.
Le général Joseph Aoun a gravi les échelons de l'armée un à un. Il a été promu sous-lieutenant le 6 mai 1985, lieutenant le 1er juillet 1988, capitaine le 1er janvier 1993, major le 1er janvier 1998, lieutenant-colonel le 1er janvier 2003, colonel le 1er juillet 2007, général de brigade le 1er juillet 2013 et, enfin, général hier.

 

(Lire aussi : Le Liban devrait agir rapidement pour convaincre les pays arabes de l'aider)


Le général Joseph Aoun a servi dans plusieurs divisions de la septième brigade au Metn et à Tyr, ainsi que dans la troisième brigade à Jbeil et Tyr, puis dans la première à Zahrani, dans la onzième au Hermel et, enfin, dans la neuvième à Beyrouth. Il a servi dans la sixième brigade à Baalbeck avant d'être muté à la direction d'enseignement et promu général de brigade.
Le général Aoun s'est illustré lors des combats de Tripoli, alors qu'il dirigeait les patrouilles en tant que chef d'état-major de la dixième brigade. Lors des combats avec les groupes terroristes, il était chargé de protéger les fronts du danger jihadiste, et il a mené les combats sur le front de Chebaa en tant que commandant de la neuvième brigade à Marjeyoun. En août 2016, l'armée lui a confié la tâche de commandant de la neuvième brigade à Ersal, où il a dirigé différentes unités militaires. Il a réussi, en peu de temps, à sécuriser le front en maîtrisant les frontières, reliant les centres militaires entre eux et modernisant le travail des unités de l'armée. Pour ce faire, il a fermé les passages par lesquels s'infiltraient les jihadistes et a arrêté plusieurs de leurs leaders.

Le nouveau commandant en chef de l'armée a effectué plusieurs formations à l'étranger, notamment aux États-Unis et en Syrie. Il a été blessé deux fois le même jour lors de la bataille de Douar que l'armée libanaise avait menée contre l'armée syrienne en 1986. Ses compagnons d'armes le considèrent comme l'un des officiers les plus farouches au combat et les plus compétents, surtout qu'il a participé à la bataille d'Adma en 1990 où il avait été touché par des éclats d'obus, ainsi qu'à la bataille de Beit-Méry le 13 octobre de la même année.
Le général Joseph Aoun maîtrise, outre sa langue natale l'arabe, trois langues qui sont le français, l'anglais et l'espagnol. Il est marié à Nehmat Nehmé et a deux enfants, Khalil et Nour.
Dès l'annonce de sa nomination, l'ambassade des États-Unis a publié, sur son compte Twitter, des félicitations « au nouveau commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun ». Elle souligne « aspirer en permanence à la collaboration avec l'armée libanaise » et remercie « le général Kahwagi pour les services qu'il a rendus au Liban durant 43 ans ».

 

Lire aussi

Le Liban en perte de légitimité régionale et internationale

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL VA PRESIDER LA SEULE ARMEE LEGALE ET QUI LE SERA DE FAIT PROCHAINEMENT AVEC L,APPLICATION DE LA 1701 SUR TOUT LE TERRITOIRE NATIONAL !

Ma Fi Metlo

BIENVENU AU CLUB DES RESISTANTS, GENERAL JOSEPH AOUN .

L'UNITE DE L'ARMEE ET DE LA RESISTANCE DU HEZB FERA UN LIBAN FORT ET INVINCIBLE QUE LE PEUPLE EST FIER D' OBTENIR .

LES LARMES DES DEFAITISTES NE NOUS EMEUVENT PAS .

VIVE LE LIBAN
VIVE LE PHARE AOUN
ET VIVE LA RESISTANCE .

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Béchmézzîne !
C'est Roûûûm, non ?!

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Le nouveau commandant en chef de l'armée a effectué plusieurs formations à l'étranger, notamment.... En Syrie." !
En bääSSyrie ?
Yîhhh !

Gebran Eid

MALGRÉ QU'IL AVAIT EFFECTUÉ SA FORMATION EN SYRIE !, ESPÉRANT QU'IL SERA LE PATRIOTE ATTENDU. WAIT AND SEE. BONNE CHANCE POUR NOTRE LIBAN.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Dabké avec Bachir

Commentaire de Scarlett HADDAD

Retour sur un passé douloureux...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.