X

Liban

Derrière le discours de Nasrallah, une volonté d’instaurer des lignes rouges à Trump

L’éclairage
21/02/2017

Des milieux diplomatiques craignent une explosion prochaine sur le plan militaire qui viendrait pourfendre le climat de stabilité dans le pays, en raison de l'escalade du discours politique sur le plan local et régional, notamment au lendemain de la menace lancée par le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, contre Israël, et la riposte du représentant d'Israël à l'ONU, Dany Danon.

Pour Tel-Aviv, les positions de Hassan Nasrallah représentent en effet une menace claire visant les intérêts vitaux en Israël, surtout en ce qui concerne la portée de ses missiles, qui peuvent atteindre le réacteur nucléaire de Dimona, les plateformes de prospection du gaz et les navires transportant du pétrole. Pour ces milieux diplomatiques, l'échange qui s'est produit la semaine dernière a provoqué un regain de tension à la frontière. La confrontation est désormais inéluctable, estiment-ils. Chacun des deux camps se garde cependant de décider du timing et du lieu de la confrontation, refusant que celle-ci lui soit imposée.

Les positions du secrétaire général du Hezbollah ont laissé des séquelles en Israël, si bien qu'il a fallu que plus d'un responsable lui réponde. L'impact s'est également fait ressentir au plan intérieur, aux niveaux politique et économique, avec l'apparition d'une crainte liée à l'effondrement du compromis présidentiel et de l'équilibre précaire qui s'en est suivi. Cette crainte porte aussi sur une déstabilisation, avec le blocage des tentatives d'ouverture sur le monde arabe initiées par le régime et une renonciation des investisseurs à se rendre au Liban. L'élan qui portait le régime Aoun a donc été quelque peu enrayé, surtout en ce qui concerne le climat positif instauré avec l'Arabie saoudite et les pays arabes en général, notamment après la visite du président de la République à Riyad et celle de l'émissaire saoudien Thamer el-Sabhan à Beyrouth.

 

(Lire aussi : Saydet el-Jabal dénonce « un alignement clair » de Baabda en faveur des armes du Hezbollah)

 

 

Ce n'est pas un hasard si le président de la Chambre de commerce, d'industrie et d'agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban (CCIAB), Mohammad Choucair, a estimé hier que les positions du secrétaire général du Hezbollah « ont ramené à zéro » les relations du Liban avec l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.
Des milieux des Forces libanaises expriment leur étonnement face à la campagne surprenante initiée par Hassan Nasrallah contre l'Arabie, qui a tout l'air d'une déclaration de guerre en bonne et due forme. Pour atténuer quelque peu la force de ces positions, une source ministérielle estime que le secrétaire général du Hezbollah n'a pas voulu adresser de messages aux parties intérieures ou au régime, mais à l'extérieur, à la lumière des développements en Syrie et de l'arrivée de l'administration Trump au pouvoir. Le ton vise donc à minimiser la démarche du leader du Hezbollah au plan local, et à ne pas lier ses propos au bras de fer en cours sur la loi électorale ou aux forces politiques qui soutiennent le mandat et les nouvelles alliances politiques.

Cependant, certains milieux politiques proches de l'alliance de Meerab n'écartent pas la possibilité que Hassan Nasrallah ait voulu adresser des messages aux parties libanaises, d'autant que son escalade intervient après la visite de l'émissaire Sabhan et celle du chef de l'État en Arabie saoudite, toutes deux à succès. Les responsables saoudiens avaient reçu à ces deux occasions des messages selon lesquels ils ne seraient plus la cible d'attaques à partir du Liban, notamment de la part du Hezbollah – un point qui ferait partie intégrante du consensus interlibanais sur la présidentielle.

 

(Lire aussi : Toufaily : Oui à une force commune armée-Hezbollah, mais régie par la loi)

 

Les dernières positions de Donald Trump au sujet de l'Iran, ainsi que les développements sur la scène syrienne après la conférence d'Astana et l'unilatéralisme russe concernant ce dossier, ont fortement influencé les positions de Hassan Nasrallah, qui suit minutieusement un agenda iranien, sans prendre en considération les intérêts du Liban et des Libanais. Ainsi, plusieurs conférences prévues au Liban avec la participation d'investisseurs arabes pourraient être annulées en raison des propos du leader du Hezbollah et du communiqué du président de la République. Ce qui pousse certains à faire la comparaison avec la situation de juillet 2006 et les tristement célèbres propos de Hassan Nasrallah au sujet de la guerre : « Si j'avais su... ». Si bien qu'un ancien responsable estime que la réaction israélienne à ces propos et le communiqué de Baabda suggèrent qu'une frappe se prépare contre le Hezbollah avant l'éclatement d'une guerre globale contre le Liban.

Des sources gravitant dans les milieux du Hezbollah estiment pour leur part que Hassan Nasrallah visait en fait à adresser un message virulent à l'encontre de l'administration Trump, dont la teneur est que le parti pourrait désormais prendre pour cible des intérêts américains dans la région en frappant Israël. De plus, le ton dur vis-à-vis de Tel-Aviv viserait à placer des lignes rouges face à M. Trump et son équipe contre toute action menaçant le Liban ou la présence du Hezbollah en Syrie. Les propos du secrétaire général du Hezbollah – et ceux du président Aoun concernant la légitimité des armes du Hezbollah en tant que résistance complémentaire à l'armée – ont été suivis de positions internationales appelant à l'adoption d'une stratégie de défense au Liban et au respect des résolutions internationales. Elles ont également été suivies de condamnations israéliennes et de mises en garde contre le Liban, ainsi que du communiqué du président de la République à l'encontre de l'État hébreu. Le Premier ministre Saad Hariri a remis pour sa part la position libanaise dans son contexte vendredi dernier en Conseil des ministres, soulignant l'importance du triptyque entre l'État, les Arabes et la résolution 1701, qui immunise le Liban contre les dangers en provenance de l'extérieur et qui constitue le pilier de la politique suivie par Baabda et le Grand Sérail. Le commandant en chef de l'armée, le général Jean Kahwagi, a lui aussi fait paraître sa propre mise au point, affirmant que l'armée est capable de protéger le pays et de garantir la sécurité des prochaines élections législatives.

À la lumière de tous ces développements, des sources diplomatiques n'excluent pas un acte militaire qui pourrait viser le Hezbollah en Syrie. Si ce dernier répond par une opération contre Israël, Tel-Aviv répondra par une guerre contre le Liban, justifiant cela par les dernières positions de l'État et du Hezbollah. D'où l'appel de parties internationales soucieuses de préserver le compromis présidentiel et la stabilité en respectant le principe de distanciation adopté par le chef de l'État dans son discours d'investiture, et en adoptant au plus vite une stratégie de défense pour profiter des capacités du Hezbollah au service de l'État.

 

Lire aussi

Farès Souhaid : Entre Baabda et le Hezbollah, un mimétisme complet

 

Les propos de Aoun et Nasrallah alimentent les réactions politiques

 

HyperHezbollah, l'édito de Ziyad Makhoul

 

La babélisation de la société, l'article de Fady Noun

 

 

Pour mémoire

 

Les propos de Aoun, un glissement vers le Hezbollah

Aoun en porte-à-faux avec son discours d'investiture

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

Le Liban n'est plus un Etat souverain et idépendant, mais un jouet-otage entre les mains d'un parti qui prend les ordres de Téhéran.

Et, cerise sur le gâteau, un soi-disant "chef de l'Etat libanais" incapable de s'opposer à cette mainmise sur notre pays...
Pour compléter ce tablau réjouissant, un gouvernement de...30 ! ministres qui visiblement ne sait toujours pas en quoi consiste son travail.

Libanais, ne nous reste plus qu'à enlever le cèdre du Liban de notre drapeau...et de le remplacer par un turban bien noir !
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE FAIT RIRE ! EN CAS DE... PAUVRE LIBAN !

Beauchard Jacques

Avec la bénédiction du chef de l'Etat, le discours de Nasrallah menace principalement le Liban, en effet comme en 2006!

George Khoury

je ne comprends pas pourquoi faire des declarations tornitruantes? notre sol est libre, pourquoi fournir des excuses a l'ennemi?

le hezbolla s'est prestement engage en syrie sous l'excuse que la meilleure defense c'est l'attaque. mais avec israel il ne fait absolument rien, juste des declarations belliqueuses. pourquoi ne pas s'etre contente de faire la meme chose avec les syriens? parceque c'est un pauvre peuple et comme chacun le sait, les grands dictateurs adorent s'attaquer aux faibles pour assoir leur pouvoir.

Qui vit par l'epee, perira par l'epee. Matthieu, 26-52

C.K

Il aurait du se faire élire à la place de Trump.
Son ego le lui permet.

ACE-AN-NAS

On brode tout autour de la ruche , alors que le miel est la cible finale .

QUE LE PAYS DE L'USURPIE ET DU VOL EN FLAGRANT DÉLIT DES TERRES DE PALESTINE COMMENCENT À DÉMONTER SES OGIVES NUCLÉAIRES DE DIMONA .

IL L'A FAIT POUR LES CUVES D'AMMONIAQUE SUR INVITATION DU HEZB , QU'IL NE S'ARRÊTE PAS EN SI BON CHEMIN , SI L'ENVIE D'ATTAQUER LE HEZB VENAIT À LUI CHATOUILLER LES AMYGDALES .

ET ON NE PARLE PAS DES INSTALLATIONS OFF SHORE DU VOL DU GAZ EN TERRITOIRE PALESTINIEN .

YAKHONT VEILLE .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PROFITER DES CAPACITES DU HEZB AU PROFIT DE L,ETAT...
LE PAYS GRACE AUX IGNARES EST AU BORD DU PRECIPICE ET S,APPRETE A LA GRAND PLONGEE !

Tabet Ibrahim

Michel Aoun a apporté un soutient officiel au projet du Hezbollah de transformer le Liban en Etat vassal de l’Iran comme à l’époque de l’Empire achéménide.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué