X

Liban

Aoun en porte-à-faux avec son discours d’investiture

L’éclairage
14/02/2017

Les clarifications apportées par Baabda sur les récentes positions du président de la République par rapport aux armes du Hezbollah n'ont pas réussi à convaincre les alliés du CPL et de Michel Aoun. Les milieux proches de ce dernier avaient pourtant précisé que les propos du chef de l'État ne portaient pas sur les armes du parti chiite en tant que telles mais étaient une formulation de réponse à une question qui lui avait été posée lors d'une interview télévisée sur une chaîne égyptienne.

À la journaliste qui l'interrogeait, M. Aoun a simplement voulu expliquer la différence entre les armes utilisées pour combattre Israël et qui ne posaient pas problème, et l'emploi de ces armes à l'intérieur qui est source de tourment, précise-t-on. En évoquant les faibles moyens aux mains de l'armée libanaise, le président faisait allusion aux carences de l'institution militaire en équipements de guerre, tels que les avions, les fusées et obus, pour faire face à l'État hébreu. C'est donc sous ce seul angle qu'il faudra interpréter sa déclaration.
Des sources aounistes tiennent à souligner à ce propos que cette position n'a rien de nouveau, puisque le chef de l'État continue de soutenir la même logique depuis l'adoption de l'accord d'entente entre le CPL et le parti chiite. Ces sources tiennent à faire remarquer que l'entente signée entre les deux formations reste solidement ancrée au nouveau de leur base populaire, l'accord étant très clair sur le rôle de la résistance.

Certains observateurs s'interrogent toutefois sur le timing d'une telle déclaration qui semble pour le moins douteux à la lumière de la confrontation corsée actuellement entre la nouvelle administration américaine et la République islamique d'Iran. Celle-ci a eu lieu en concomitance avec les nouvelles mesures décidées par le président des États-Unis, Donald Trump, à l'encontre du Hezbollah et de certains de ses bailleurs de fonds.

Selon des milieux diplomatiques, le gouvernement américain pourrait même prendre des décisions à l'encontre des brigades de la révolution iranienne, ce qui ne devrait pas non plus arranger les choses.
Les propos du chef de l'État sont intervenus dans ce contexte et après la visite de M. Aoun en Arabie saoudite puis au Qatar, une tournée placée sous le signe de la politique d'ouverture à l'égard du Golfe et de la consolidation des relations avec les pays arabes. L'intervention de M. Aoun sur les armes du parti chiite survient également quelques jours après la tournée à Beyrouth du ministre d'État saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer al-Sabha, et son annonce officielle du retour à la normalité des relations entre les deux pays, le responsable saoudien ayant promis pour la circonstance un afflux prochain des touristes et des investissements du Golfe au Liban ainsi que la désignation d'un nouvel ambassadeur.

 

(Lire aussi : Les propos de Aoun, un glissement vers le Hezbollah)

 

Fait surprenant, la position affichée par Michel Aoun au sujet des armes du Hezbollah vient contredire de manière patente la teneur de son discours d'investiture au cours duquel il avait clairement proclamé la distanciation du Liban des crises régionales et insisté sur le rôle d'avant-garde de l'armée libanaise pour défendre le territoire.

Des sources informées ont estimé que les déclarations de M. Aoun ont cependant mis au pied du mur ses alliés au sein du courant du Futur et des Forces libanaises qui de leur côté ont préféré garder profil bas et ne pas commenter pour éviter d'être entraînés dans le traquenard tendu par le Hezbollah qui cherche à semer la discorde au sein de la troïka au pouvoir, c'est-à-dire entre le CPL, les FL et le courant du Futur. Les sources relèvent à ce sujet le mécontentement du parti chiite de la prestation du pouvoir en place au lendemain notamment de l'ouverture amorcée en direction des pays arabes et du Golfe, plus particulièrement de l'Arabie saoudite que le chef de l'État a tenu à visiter en premier dès son accès à la présidence. Autant de signes à craindre par le parti chiite de plus en plus mécontent de l'attitude conciliante du nouveau mandat à l'égard de ses adversaires régionaux.

Écarté de surcroît du compromis qui a engendré l'alliance tripartite qui s'est formée autour du pouvoir, le Hezbollah n'a pas trop attendu pour réagir en ripostant localement par le biais d'une contre-position en matière de loi électorale. C'est ainsi qu'il faut comprendre l'annonce de son refus du système mixte avalisé par le chef du CPL, Gebran Bassil, et le reste du quartette, pour revenir à son projet initial, à savoir la proportionnelle pure appliquée à la circonscription unique, et ce sachant pertinemment que cette formule va être rejetée par la quasi-majorité des parties.

Dans certains milieux politiques, l'on considère que les positions de Michel Aoun au sujet des armes illégales du Hezbollah recèlent un message politique clair adressé à ce dernier qui a toutefois coïncidé avec l'escalade amorcée sur le terrain de la loi électorale. Une situation qui pourrait conduire à un blocage des législatives d'autant que le chef de l'État n'acceptera ni un scrutin sur la base de la loi de 1960 ni un renouvellement du mandat du Parlement.

 

Lire aussi

Force et faiblesse, l'édito de Michel Touma

Derrière la polémique, cherchez la proportionnelle ! Le décryptage de Scarlett Haddad

Geagea rejette la proposition de Nasrallah et propose un retour au projet Bassil

Nouvelle vague de réactions à la position de Aoun sur les armes du Hezbollah

Hariri : Je ne permettrai pas le retour à un clivage au Liban

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Le Liban est à la merci d'un démembrement et d'une destruction de ses institutions avec ce président

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Des sources boSSféràRiennes tiennent à souligner à ce propos que cette position n'a rien de nouveau, puisque leur Caporal continue à faire remarquer que (l'Hygiénique papier d'entente) signée entre ces boSSfééérs Amers et ce héZébbb à Mârémkhéééïyîl sis Chîîîïyéééh reste solidement ancré au nouveau de leur base populaire, l'accord étant très clair sur le rôle (DOMINANT) de ce héZébbb au plan interne mais uniquement dans les régions Druzes ou Sunnites du moment qu'il laisse tranquille, please mahééék ; yâ harâââm ; les Petits Réduits à majorité Orangiste-chréti(en)ne." !
Yâ wâââïyléééh !

IMB a SPO

Et qui est la marionnette iranienne? Ne repondez pas tous a la fois....

Irene Said

Petit à petit le Hezbollah montre son vrai programme: diriger le Liban selon les directives de Téhéran.
Nous le savons depuis le début, mais avons vraiment espéré que notre nouveau Président de la République Libanaise, agirait un vrai patriote libanais, et non en serviteur de Téhéran.

Mais...à son âge, a-t-il encore la force pour taper du poing sur la table ?
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SACHANT QUE LE JOB DU DEMANTELEMENT IRAN/ACCESSOIRES AU PLURIEL EST DECIDE ET EST DANS LES MAINS D,AUTRUI ON PEUT SE PERMETTRE DES DECLARATIONS QUI NE CHANGENT EN RIEN LA PRESENTE DANS LE TEMPS DONNE...

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué