Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Législatives : Machnouk prend les devants et signe le décret de convocation des collèges électoraux

Sit-in des Kataëb et du PNL à Beyrouth contre toute prorogation du mandat de la Chambre et pour une nouvelle loi électorale.

Sit-in des Kataëb et du PNL à Beyrouth contre toute prorogation du mandat de la Chambre et pour une nouvelle loi électorale, le 18 février 2017. Photo Ani

Le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, a signé le décret de convocation des collèges électoraux en vue des législatives prévues en mai prochain, rapportent samedi plusieurs médias locaux. 

Le décret, stipulant que les collèges électoraux seront convoqués le 21 mai, n'a cependant pas encore été transmis au secrétariat général du Conseil des ministres, selon une source du Grand Sérail citée par la chaîne locale LBCI, contrairement à des informations ayant circulé dans la journée. "Il a encore jusqu'au 21 février pour le faire", précise cette source.

La date du 21 février a été désignée par M. Machnouk comme dernier délai pour la signature, par les présidents de la République et du Conseil des ministres et lui-même, du décret de convocation des collèges électoraux, en vertu de la loi actuelle dite de 1960. Le président de la République Michel Aoun s'est exprimé à plusieurs reprises contre la tenue des législatives sous l'égide de la loi en vigueur.

Néanmoins, le ministre de l'Intérieur a aussi déclaré être disposé à envisager un report dit "technique" si une nouvelle loi électorale était votée, et ce pour avoir le temps d'expliquer aux fonctionnaires et aux citoyens de manière générale comment se déroulera le scrutin.

 

(Lire aussi : Les trois priorités du Hezbollah : sécurité, loi électorale et déplacés syriens)

 

Sit-in des Kataëb et du PNL
Plus tôt dans la journée, des étudiants du parti Kataëb et du Parti national libéral (PNL), dirigés respectivement par les députés Samy Gemayel et Dory Chamoun, avaient observé un sit-in devant le siège de la municipalité de Beyrouth, dans le centre-ville, pour exhorter toutes les formations politiques à "s'acquitter de leurs responsabilités envers le peuple et voter une nouvelle loi électorale", après deux prorogations successives du mandat du Parlement. Des militants du Parti communiste libanais (PCL) et des activistes de la société civile étaient également présents.

Dans un entretien accordé à L'Orient-Le Jour, le président des Kataëb, Samy Gemayel, a mis en garde contre "les mauvaises options" si aucune nouvelle loi électorale n'était votée avant le 21 février, à savoir la possibilité de tenir les prochaines législatives conformément au texte de 1960 en vigueur ou une troisième prorogation du mandat de la Chambre.

La loi actuelle est basée sur la majoritaire plurinominale à un tour. Elle est critiquée par la majorité de la classe politique, du moins en apparence, à l'exception notamment du leader druze Walid Joumblatt, qui est en faveur d'une version amendée de cette loi. Plusieurs partis, dont le Hezbollah, le mouvement Amal et le Courant patriotique libre (CPL) se sont prononcés en faveur de la proportionnelle. D'autres, comme le Courant du Futur et les Forces libanaises (FL), se sont déclarés en faveur d'une formule mixte, alliant modes de scrutin majoritaire et proportionnel. Les Kataëb, eux, sont pour un scrutin uninominal.

 

(Lire aussi : Qui finira par gagner la grande loterie électorale ?)

 

Pas de négociations entre les FL et le Hezbollah
De son côté, le ministre de l'Information Melhem Riachi, l'un des représentants des FL au sein du gouvernement présidé par Saad Hariri, a affirmé que des efforts sont entrepris entre son parti et le CPL en vue de l'adoption d'une nouvelle loi électorale. Il a toutefois démenti les informations selon lesquelles des négociations ont lieu entre les FL et le Hezbollah à ce sujet. M. Riachi a tenu ses propos aux termes d'un entretien avec l'évêque de Zahlé, Mgr Issam Darwiche.

"De grands efforts sont entrepris, surtout entre les FL et le CPL, pour créer une nouvelle loi électorale qui rassemblerait toutes les composantes de la société libanaise sans exception et réaliserait une véritable représentation chrétienne sans faire du tort aux autres parties", a déclaré M. Riachi.

Le ministre a démenti les informations selon lesquelles des négociations ont lieu entre les FL et le Hezbollah. "Le contact est seulement limité aux ministres et députés des deux partis, a-t-il indiqué. Les différends entre nous sont importants, mais il est tout aussi important qu'ils ne se transforment pas en disputes".

Les réunions entre différentes formations politiques, aux fins d'examiner des moutures basées sur une formule mixte respectant les revendications des plus grands partis, se sont multipliées ces derniers jours.

 

 

Lire aussi

Une nouvelle version de la formule composite serait à l’étude à Moukhtara

S. Gemayel : Sans nouvelle loi après le 21, toutes les options sont mauvaises

Loi électorale : les FL soumettent une nouvelle formule au courant du Futur

Le ministre libanais de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, a signé le décret de convocation des collèges électoraux en vue des législatives prévues en mai prochain, rapportent samedi plusieurs médias locaux. 
Le décret, stipulant que les collèges électoraux seront convoqués le 21 mai, n'a cependant pas encore été transmis au secrétariat général du Conseil des ministres, selon une...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut