X

À La Une

"Le diable lui-même serait surpris des techniques de torture de Daech"

Conflit

A Hamman al-Alil, au sud de Mossoul, l'EI laisse derrière lui des récits d'horreur.

OLJ/Reuters/Stephen Kalin
08/11/2016

Depuis la fenêtre de sa chambre, Riyad Ahmed a observé les combattants de l'organisation Etat islamique (EI) jeter des habitants de sa ville, Hamman al-Alil, dans une prison de fortune improvisée de l'autre côté de la rue. Il les a vus procéder à des exécutions sommaires en pleine nuit pour terroriser la population de cette localité située au sud de Mossoul, dernier grand fief des jihadistes dans le nord de l'Irak.
Riyad Ahmed a entendu les cris des victimes alors qu'il se cachait avec plusieurs dizaines de voisins. "Le diable lui-même serait surpris des techniques de torture de Daech", affirme cet ancien prof d'anglais âgé de 29 ans.

La ville a été libérée lundi. L'armée et la police fédérale irakiennes ont pris possession des lieux au cours du week-end dans le cadre de l'offensive contre Mossoul lancée le mois dernier. Aucun quartier d'Hamman al-Alil n'a échappé à la violence de l'EI.

Dans sa rue, raconte Ahmed, six personnes ont été exécutées dont son père et une famille de trois personnes qui vivaient à côté de chez lui. La plupart des victimes étaient d'anciens membres de la police et de l'armée, indique Abderrahmane el-Wagaa, membre du conseil de la province de Ninive. Le lycée agricole a servi de centre d'exécution. Plusieurs centaines de personnes y ont été massacrées, abattues ou égorgées, dans les jours précédant l'arrivée des forces gouvernementales, précise Ahmed.
La police irakienne a confirmé ce récit mais elle n'a pas encore pu se rendre dans l'établissement car la route qui y mène a été piégée avec des bombes artisanales.

 

(Lire aussi : Les forces kurdes poussent aux portes de Mossoul)

 

Ruse morbide
La prison qui se trouve face à la maison d'Ahmed était autrefois la résidence d'un officier de l'armée irakienne qui a fui devant l'offensive éclair des jihadistes lorsqu'ils ont conquis un tiers du territoire irakien en 2014. Les murs sont couverts de suie. Avant de fuir les lieux les combattants de Daech ont probablement provoqué un incendie. En revanche, les cages en fer, à peine plus grandes qu'un homme adulte, sont intactes.

Ahmed a appris l'anglais pendant les neuf années de présence des troupes américaines qui renversèrent Saddam Hussein en 2003. Parler avec un étranger lui procure un plaisir évident. Pendant deux années, il a vécu dans la peur d'être exécuté pour un simple mot de travers. "Nous vivions en enfer, comme des zombies", explique-t-il.

Les habitants d'Hamman al-Alil se sont cachés en groupes, à près d'une centaine par maison, afin de ne pas être emmenés de force vers Mossoul alors que les jihadistes devaient se replier. "Ils ne savaient pas que nous étions là. Nous ne faisions pas de bruit. Pas de lumière, pas de bruit, aucune parole", précise Ahmed. Sa famille avait fait des stocks de nourriture mais tout le monde a maigri. Aller aux toilettes était un risque. "Si les forces (gouvernementales) étaient arrivées quelques jours plus tard, nous serions à Mossoul en ce moment. Daech voulait nous emmener" pour servir de boucliers humains, précise Ahmed.

Pour débusquer les civils qui se cachaient, les jihadistes avaient inventé une ruse morbide. Ils enfilaient des uniformes et se faisaient passer pour des soldats irakiens. Quand les civils sortaient pour les accueillir, ils les exécutaient, raconte Tarik, étudiant dans une école d'ingénieur. "Même un nourrisson d'un an, ils lui logeaient un balle dans la tête."

 

 

Lire aussi

Quitter Mossoul, la tragédie des déplacés "pris entre deux feux"

Près de Mossoul, le défi de la réconciliation entre sunnites et chiites irakiens

Les maîtres des guerres de Syrie et d'Irak

« Ne vous repliez pas », lance Baghdadi aux jihadistes de Mossoul

Le Moyen-Orient, nouveau royaume des milices

« Si ce tank se mettait enfin à tirer, il exploserait leur putain de maison »

Fuir Mossoul et l’EI pour trouver refuge dans la Syrie en guerre

 

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une semaine décisive pour le gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants