Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La bonne nouvelle du lundi

« Lebanese Wanderers », une nouvelle initiative pour promouvoir le tourisme rural au Liban

Crise des déchets, attentats, coupures d'électricité, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

Les Lebanese Wanderers ont visité Chouwen et l’ont quitté avec des sacs-poubelles remplis pour laisser l’endroit plus propre qu’il ne l’était.

Les ONG et sociétés qui organisent des randonnées ou des tours organisés au Liban dans le but de renforcer le tourisme se font de plus en plus nombreuses. Mais pour les Lebanese Wanderers, découvrir le Liban, c'est bien plus que cela. Ce groupe de jeunes a lancé une nouvelle initiative qui, au-delà de développer le tourisme rural, vise surtout à faire découvrir la véritable âme des paradis cachés du pays du Cèdre.

Lebanese Wanderers, ce sont d'abord cinq jeunes âgés de 23 à 28 ans qui, durant leur temps libre, se plaisaient à arpenter le Liban. Une activité entre amis qu'ils ont décidé de partager au-delà de leur cercle, il y a environs deux mois.
« À travers les tours que nous organisons et quelle que soit la destination, nous avons un but : que les groupes que nous accompagnons vivent une expérience particulière et inoubliable. Nous voulons qu'ils découvrent mais surtout s'imprègnent de la beauté du Liban », explique à L'Orient-Le Jour Sari Haddad, membre de Lebanese Wanderers.

Randonnées, pique-niques, vélo, rafting... toute activité est bonne pour faire la promotion des villages libanais, de Tannourine à Jezzine, ajoute le jeune homme. Cette promotion s'articule autour de deux points : les vidéos et les tours organisés. Le groupe, conscient de l'impact grandissant des réseaux sociaux, publie sur sa page Facebook des vidéos tournées lors de ces sorties organisées. »

Ainsi, pendant la période du ramadan, le groupe d'amis s'est rendu à Tripoli, au Liban-Nord, pour y passer une journée de jeûne, de l'aube jusqu'au coucher du soleil. « Notre entourage nous a traités de fous de nous exposer à des risques sécuritaires et cela montre à quel point ils ne connaissent pas Tripoli », raconte Sari Haddad. Une fois sur place, les amis se sont fondus dans la masse et ont partagé l'iftar (le repas de rupture de jeûne) avec des Tripolitains. « Nous nous sommes installés pour manger sans déposer notre caméra puis, petit à petit, notre table est devenue la plus grande du restaurant. Curieux, les habitants de la ville se sont joints à nous, se rappelle le jeune Libanais. Ils étaient heureux de nous parler de choses simples comme le jellab, plutôt que de parler des conflits qui nuisent à la réputation de leur ville . »

Résultat de l'expérience : sur une vidéo d'à peine un peu plus d'une minute, les internautes ont découvert la capitale du Liban-Nord sous un autre jour. Ils ont vu une ville pleine de vie, un héritage culinaire riche et des habitants toujours souriants. La vidéo sera visionnée environ 8 000 fois.

« Il leur en faut peu pour être heureux »
Autre axe majeur de l'activité des Lebanese Wanderers : les tours organisés. « Notre tourisme se veut responsable et favorise le développement durable, souligne Sari Haddad. Ainsi, lorsque nous visitons un village, nous dénichons toujours la petite boulangerie du quartier pour petit déjeuner. C'est dans des endroits pareils que l'expérience devient plus authentique, plus riche. »

Petit à petit, Sari Haddad et ses amis ont étoffé leur carnet de bonnes adresses qu'ils font aujourd'hui découvrir à ceux qui se joignent à eux dans leurs aventures. Ils ont par exemple, lors d'une journée à vélo, goûté à la célèbre limonade de Batroun. « Mais nous avons aussi longuement discuté avec le vendeur qui nous a expliqué qu'elle est la particularité de cette limonade », raconte le jeune homme. Et de poursuivre : « Nous avons également savouré la sfiha baalbakiyé à Deir el-Ahmar, à la boulangerie de Mme Mehanna qui nous a raconté son histoire. Cela crée un attachement particulier au village et à ses habitants. »
« J'ai aussi découvert la meilleure man'ouché au monde, chez Krikor, à Baskinta », se souvient le jeune homme. Aujourd'hui, chaque fois que les Lebanese Wanderers organisent une journée à Baskinta, cette boulangerie nichée au bout d'un escalier est un passage obligé. « Maintenant les gens connaissent Krikor, qui mérite vraiment d'être encouragé ! » ajoute-t-il.

« La plupart des gens que nous rencontrons lors de nos escapades sont frappants de simplicité », souligne encore Sari Haddad. « Il leur en faut peu pour être heureux. »


Dans la même rubrique
« Tawouk et Falafel », le restaurant d'un jeune Libanais, récompensé en France

Les Beyrouthins dans les dicos français : le pari réussi de Tania Hadjithomas Mehanna

Charbel Diab, la nouvelle étoile des sports de combat au Liban

Le club du Libanais Thomas Codsi élu meilleur bar à cocktails de Paris

Une jeune Libanaise décroche un précieux ticket pour parler développement durable à l’Onu


Les ONG et sociétés qui organisent des randonnées ou des tours organisés au Liban dans le but de renforcer le tourisme se font de plus en plus nombreuses. Mais pour les Lebanese Wanderers, découvrir le Liban, c'est bien plus que cela. Ce groupe de jeunes a lancé une nouvelle initiative qui, au-delà de développer le tourisme rural, vise surtout à faire découvrir la véritable âme des...

commentaires (2)

Vive la Jeunesse .

Sabbagha Antoine

23 h 34, le 22 août 2016

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Vive la Jeunesse .

    Sabbagha Antoine

    23 h 34, le 22 août 2016

  • Top!

    Jack Gardner

    17 h 04, le 22 août 2016

Retour en haut