X

À La Une

La France assure-t-elle suffisamment sa sécurité ?

QUESTIONS-REPONSES

Les décisions du gouvernement vivement critiquées par l'opposition.

OLJ/AFP/ Pauline TALAGRAND
17/07/2016

Face à une menace terroriste inédite, la France a-t-elle pris toutes les dispositions pour contrer les jihadistes ? Après l'attentat de Nice qui a fait au moins 84 morts jeudi, les décisions du gouvernement ont suscité de vives critiques dans l'opposition, estimant qu'"il faut faire plus".

Le dispositif à Nice était-il suffisant ?

Le dispositif du 14 juillet, arrêté en concertation avec la mairie, répondait "à un très haut niveau de sécurité", a assuré samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, répondant aux flèches de Christian Estrosi, président LR de la région Paca. Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, "64 fonctionnaires de la police nationale et 42 de la police municipale" et 20 militaires de la mission Sentinelle étaient mobilisés, avec des contrôles aléatoires en entrée de zone et un accès aux 1.400 caméras de vidéoprotection de la ville.
Le camion du tueur "a forcé le passage en montant sur le trottoir", a affirmé la préfecture. Des véhicules de police étaient stationnés au barrage. "C'est par le trottoir et de façon très violente que ce camion a réussi à pénétrer", a précisé M. Cazeneuve.

"Si le terroriste, déterminé à tuer jusqu'à mourir, sort de chez lui armé sans être détecté, il est déjà trop tard. Une fois en action, on ne peut plus que limiter les dégâts", estime Yves Trotignon, ancien analyste du service antiterroriste de la DGSE. Un constat partagé par le sociologue Laurent Mucchielli. "Le problème est en amont : qu'est-ce qu'on peut faire pour ne pas arriver à cette situation, plutôt que se demander quelle arme utiliser pour le tuer encore plus vite".

(Lire aussi : L'auteur de l'attentat de Nice serait récemment tombé dans le radicalisme)

Les forces de l'ordre sont-elles bien armées ?

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a réussi à rouler sur près de deux kilomètres avant d'être abattu par les tirs des policiers. Les forces de l'ordre ont-elles tardé ou n'avaient-elles pas les moyens de riposter?
Depuis les attentats du 13 novembre, le gouvernement a donné des consignes aux forces de l'ordre sur la conduite à tenir face aux "tueurs de masse", leur demandant d'intervenir le plus vite possible pour les neutraliser. Pour mieux armer les "primo-intervenants", le gouvernement a lancé en février un plan pour les équiper de fusils d'assaut (HK G36), de gilets pare-balles et de boucliers résistant aux balles de kalachnikovs, jusque-là réservés aux seules unités d'élite.

"Pour tirer plus rapidement, les forces de l'ordre doivent être mieux entraînées aux tirs", estime M. Trotignon. Un diagnostic partagé par la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015, qui veut augmenter le nombre de cartouches tirées chaque année.
Pour Patrice Ribeiro, secrétaire général du syndicat de police Synergie-officiers, "il faut aussi que la justice soutienne l'ouverture du feu des policiers, à qui on répète de faire preuve de prudence et de discernement, sous peine d'être condamnés". Selon lui, les fusils d'assaut, actuellement stockés dans le coffre des véhicules, devraient être accrochés à l'intérieur du véhicule, comme aux Etats-Unis. "Il a fallu batailler pour obtenir le port d'arme hors service des forces de l'ordre", peste M. Ribeiro.
Attention toutefois à ne pas "surarmer" les forces de l'ordre, estime M. Trotignon, interrogé sur l'idée du député LR des Yvelines Henri Guaino d'armer les militaires de lance-roquette.

(Diaporama : Un 14 Juillet cauchemardesque à Nice : l'horreur, en images)

Faut-il interdire les grands rassemblements ?

"Interdire les rassemblements, c'est céder aux terroristes", affirme Patrice Ribeiro, mais "il va falloir vivre autrement, comme en Israël où il y a une culture de la sécurité au quotidien, des barrages et des portiques de sécurité à l'entrée des bars et des discothèques". "Si on veut continuer de vivre comme on veut, il faut consentir à certaines restrictions" visant une population ciblée - les islamistes radicaux - grâce à des mesures administratives, estime-t-il.
Dans la foulée de l'attentat de Nice, le plan Vigipirate a été relevé à "alerte-attentat" dans les Alpes-Maritimes, entraînant l'annulation de manifestations. La préfecture de police de Paris a appelé au "discernement" dans l'organisation de rassemblements" pour ne pas "détourner les forces de l'ordre de leur mission".

Les fan zones ayant fait leurs preuves pendant l'Euro-2016, "on pourrait réfléchir à une nouvelle conception des services d'ordre festifs", avec l'emploi d'agents de sécurité privée pour filtrer les spectateurs, propose Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat policier Alliance. "Ce qui soulagerait d'autant des forces de l'ordre très mobilisées" depuis 2015.

Faut-il étendre le niveau "alerte-attentat" à toute la France, alors que s'ouvre la saison des festivals ? "A trop vouloir s'adapter, on cèderait à la menace", estime l'ancien analyste de la DGSE. "Si les grands événements sont annulés, les terroristes s'attaqueront à d'autres cibles comme un centre commercial ou un camping. La sécurisation absolue est un mythe".


Lire aussi
Après Nice, l'urgence de définir une stratégie globale contre le terrorisme

L'opération Sentinelle ne servirait-elle donc à rien ?

« Par ces messages sur les réseaux sociaux, ils célébraient la mort de Français »

À Nice, un terreau de radicalisation attiré par la tentation jihadiste

La menace du terrorisme low-tech

 

Témoignages
Ils étaient à Nice, ils racontent l'horreur

Deux étudiants de l'USJ, pris dans le chaos de l'attentat de Nice, racontent

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

CBG

Tant qu'il y a une priorité du politique sur l’intérêt national le pire est à craindre; Nice ville de droite n'a pas été protégée pour des raisons politiques...
La puissance des attentats réside dans le fait que le terroristes fait parfois partie du milieu du lieu de l'attentat: à Nice le cinglé habitait à côté, à Orlando l'autre malade avait fréquenté la boîte de nuit...
Les médias français prétendent que le type de Nice ne pratiquait pas l 'islam, comme si tous les musulmanes ne buvaient pas d alcool ou ne faisaient pas le ramadan... ce type était musulman et s'est identifié à ce qu'il y a de pire chez les musulmans comme d'autres extrémiste le font ou l'ont fait durant l'histoire.
La sécurité est une politique de tous les instants face à cette menace.

FAKHOURI

toutes ces polémiques politicardes n'éviteront jamais un prochain attentat à moins de mettre un policier derrière chaque citoyen !!!!
Ce n'est pas une guerre,
c'est une forme d'assassinat individuelle ou à plusieurs intervenants, au nom d'un fanatisme religieux, incontrôlable
Et pourtant la France compte au moins 4,5 millions de musulmans, de vrais patriotes français. Avec un parti politique extrémiste il va être créer un véritable haine de l'arabe par les simplets de "purs" français
Ce genre d'actions dont la lâcheté n'est pas décrire, aura atteint un objectif : diviser davantage les français.
Et ce n'est pas F.Hollande qui est capable de créer une union nationale. Son soucis est d'être bien coiffé !!!!!!! 10.000 €/mois c'est cher la coupe par un coiffeur

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AUCUN ETAT NE PEUT ASSURER EFFICACEMENT LA SECURITE DE SES CITOYENS DES ATTAQUES DES TARES... ET QUAND ON LES ERADIQUERA SUR LES TERRAINS OCCUPES... ILS SERONT PARTOUT DANS LE MONDE APRES...

ACQUIS À QUI

Ce titre est marrant .
Pourquoi poser ce genre de question en sachant que le prochain coup des bactéries wahabites nous fera poser la même question !.....

Beauchard Jacques

IL faut avant tout relever la fragilité du barrage en plastique et son absence sur la promenade trottoir...il y a là une lourde responsabilité qui ne doit pas disparaître sous l'amoncellement des critiques politiques...

yves kerlidou

Je suis outré par la récupération politique de la droite sur l'attentat de Nice.Aucune décence !
il faut bien se souvenir qui a baissé le nombre de policier ? Sous prétexte de réduire le nombre de fonctionnaire
l'intervention de Estrosi est d'une bassesse sans nom ! se réclamer d'une lettre transmise la veille au président de la république? Si il pensait que le danger existait ce n'est pas un jour avant que l'on s'inquiète
de plus un maire peut de son propre chef faire en sorte que le site de festivité soit protégé matériellement et c'est de sa responsabilité. Les services de police sont par contre de la responsabilité de l'état.
De plus un peu de réalisme le monde a changé et les états se retrouvent face à une autre méthode de guerre, et il faudra du temps pour adapter les services de sécurité à ce type d'action.
Alors que faire supprimer tous les rassemblements ? Arrêter de vivre sa liberté en France pour donner raison aux barbares ?
Peut être expulser de France tous les délinquants d'origine étrangère qui ont eu maille avec la justice? Et on revient au fameux débat de la loi que la droite n'a pas voulu voter sur la bi-nationalité sous prétexte de la "double peine"
non messieurs les politiques accordez vous sur l’intérêt de la nation et pas sur vos intérêts électoraux, personne n'y gagnera et surement pas vous

M.V.

Ce dernier gouvernement en UE, entièrement aux mains des socialistes...est une calamité pour les français , après une hausse des impôts et autres taxes (le taux le plus élevé d'UE) ,une hausse du chômage malgré des chiffres bidouillés, une économie en berne et une croissante insignifiante...voilà le fiasco final ...en matière sécuritaire..

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué