X

À La Une

L'implication du Hezbollah dans le conflit syrien

repère

Le parti chiite joue un rôle crucial aux côtés du régime en Syrie où il a envoyé des milliers de combattants.

 

OLJ/AFP
13/05/2016

Le Hezbollah, puissant parti chiite dont le commandant militaire en Syrie, Moustapha Badreddine, a été tué dans une attaque à Damas, joue un rôle crucial aux côtés du régime de Damas depuis le début de la guerre en Syrie. Le Hezbollah a envoyé des milliers de combattants (5.000 à 8.000 selon des experts) depuis 2013 pour venir en aide au régime de Bachar el-Assad face aux rebelles et aux jihadistes.

La Syrie est à majorité sunnite mais le pouvoir en place est aux mains du clan alaouite des Assad. Les alaouites sont une communauté issue du chiisme.

 

"Solidarité" et "soutien logistique"

- 18 avril 2011: Le Hezbollah exprime sa "solidarité" et sa "loyauté" envers le régime d'Assad, secoué depuis la mi-mars par un mouvement de contestation, durement réprimé par les forces de l'ordre.

- 6 décembre: Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, réitère son soutien à Assad et critique l'opposition syrienne, estimant qu'elle est soumise aux États-Unis et à Israël.

- 10 août 2012: Le ministère du Trésor américain blâme le Hezbollah pour son "rôle central" dans la répression. Il accuse le Hezbollah, lié à l'Iran, de "fournir de l'entraînement, des conseils et du soutien logistique" au gouvernement syrien pour l'aider à réprimer le soulèvement. Selon le Trésor américain, le Hezbollah a "facilité" la formation des forces gouvernementales par les Gardiens de la révolution iraniens.

 

Un rôle clé dans la bataille de Qoussair

- 30 avril 2013: Hassan Nasrallah évoque une possible intervention directe de l'Iran et du Hezbollah sur le terrain car les "amis de la Syrie" ne permettront pas la chute du régime. Il reconnaît pour la première fois l'engagement de ses troupes dans la région de Qoussair, dans le centre de la Syrie, et dans le haut lieu religieux chiite de Sayeda Zeinab, à l'est de Damas, honni par les jihadistes sunnites.

Le 5 juin, le régime syrien et les combattants du Hezbollah reprennent la ville de Qousseir (ouest), longtemps place forte rebelle près de la frontière libanaise.

 

Série d'attentats dans des fiefs du Hezbollah

- 15 août 2013: 27 morts dans un attentat à la voiture piégée dans la banlieue sud de Beyrouth. Nasrallah se dit prêt à aller combattre personnellement en Syrie les "extrémistes" musulmans qu'il accuse d'être derrière les attentats contre ses fiefs.

- 19 novembre: L'ambassade d'Iran est visée par un double attentat suicide qui fait 25 morts, dont l'attaché culturel iranien, et près de 150 blessés. L'attaque, revendiquée par un groupe jihadiste sunnite lié à el-Qaëda, s'est produite à Bir-Hassan, quartier résidentiel du sud de Beyrouth à majorité chiite.

- 19 février 2014: Onze morts dans un double attentat suicide près du centre culturel iranien à Beyrouth, le neuvième dans un fief du Hezbollah depuis juillet 2013.

- 12 novembre 2015: Un double attentat suicide revendiqué par le groupe jihadiste État islamique (EI) contre un fief du Hezbollah au sud de Beyrouth fait 44 morts.

En Syrie aussi, le mausolée de Sayeda Zeinab, où le Hezbollah dit combattre les "takfiris", a été la cible de plusieurs attaques jihadistes, dont une triple explosion en janvier dernier (au moins 70 morts) et un double attentat suicide en février (134 morts).

 

Le commandant militaire du Hezbollah tué

- 21 mars 2016: Le Hezbollah restera en Syrie jusqu'à la défaite des jihadistes, annonce Nasrallah, une semaine après l'annonce par la Russie du retrait d'une partie de son contingent. "Que les Russes partent ou restent, et je vous dis même plus, si les Iraniens partent ou restent, (...) notre destin, nous le Hezbollah, et celui de nos frères syriens est le même et indivisible".

- 13 mai: Le Hezbollah annonce que son commandant militaire Moustapha Badreddine a péri dans une attaque près de l'aéroport de Damas, sans préciser la nature ou la date de cette attaque.

 

Lire aussi

Nasrallah : L'EI a été créé pour combattre le Hezbollah

Pour le Hezbollah, la BDL « attise une guerre d'élimination »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Quasi en "Mort Clinique", yâ hassirtîîîh !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DIVAGATION QUAND TU LES TIENS ET TU LES ENTRETIENS...

AIGLEPERçANT

5 ans ! et on donnait ce parti de la résistance fini en 6 mois avec ses alliés .

Et si dans 5 ans on avait toujours pas fini avec cette résistance qu'inventeraient les bulbes rachidiens vides et creux, pour cacher leur ignorance sur la puissance de ce parti vaillant combattu par les plus grandes puissances du Mal, coalisées ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants