X

À La Une

La bataille d'Alep : les dates clés depuis 2012

repère

La ville du nord de la Syrie, où la violence fait rage depuis près de deux semaines, est entrée dans l'engrenage de la guerre à l'été 2012.

OLJ/AFP
04/05/2016


Premières manifestations

Avr-mai 2011: Des milliers d'étudiants manifestent à Alep, jusqu'alors relativement épargnée par le mouvement de contestation lancé à la mi-mars. Ils sont rapidement dispersés par des étudiants pro-régime et les services de sécurité.



Alep dans la guerre

20 juil 2012: De violents combats opposent l'armée aux rebelles de l'Armée syrienne libre (ASL), composée de civils ayant pris les armes et de déserteurs, dans plusieurs quartiers d'Alep, les premiers du genre.

Le 8 août, les troupes syriennes lancent une offensive terrestre, avant l'entrée en action d'armes lourdes et d' avions bombardier. Le 23, l'armée reprend les quartiers chrétiens dans le vieux centre touristique.
Depuis, la deuxième ville de Syrie est divisée entre secteurs loyalistes dans l'ouest et secteurs tenus par les rebelles à l'est. Les combats s'enlisent dans une guerre d'usure.
La province d'Alep est le théâtre de combats entre les différents protagonistes: jihadistes du groupe Etat islamique (EI) ou du Front al-Nosra (branche syrienne d'el-Qaëda), groupes rebelles, armée gouvernementale et milices pro-régime, combattants du Hezbollah ou kurdes.

 

(Voir aussi : Alep sous les bombes : les images)



- 15 jan 2013: Un carnage ensanglante l'université d'Alep avec la mort de plus de 80 personnes, en majorité des étudiants. Le régime et la rébellion se rejettent la responsabilité.


 

Un patrimoine dévasté

24 avr 2013: Le minaret de la Grande mosquée d'Alep s'effondre, rebelles et régime s'accusant de l'avoir détruit.
Déjà, en septembre 2012, le souk d'Alep, avec ses boutiques parfois centenaires, a été partiellement détruit par un incendie. En juillet 2015, c'est la citadelle d'Alep qui est endommagée par une explosion.




Des barils d'explosifs 

15 déc 2013: des raids contre des quartiers rebelles font 76 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme. D'après l'OSDH et des militants, l'armée utilise des "barils d'explosifs", remplis de TNT, largués à partir d'hélicoptères et d'avions militaires.
Fin juillet 2014, Human Rights Watch affirme que le nombre de secteurs frappés par les barils d'explosifs a presque doublé en cinq mois, faisant près de 1.700 morts.

 

(Lire aussi : La bataille d'Alep offre un sursis supplémentaire à l'État islamique)



Un cessez-le-feu très vite violé

1er fév 2016: le régime, aidé par des miliciens et des combattants du Hezbollah et avec le soutien de l'aviation russe, lance une offensive contre les rebelles dans la province d'Alep. Plus de 500 personnes sont tuées en dix jours (OSDH).
Les rebelles vont subir revers après revers, pris en tenaille entre l'EI, les Kurdes et le régime.
- 27 fév: un accord de "cessation des hostilités", qui exclut l'EI et al-Nosra, entre en vigueur en Syrie. Mais dès le 11 mars, l'aviation entre en action contre des secteurs rebelles d'Alep.
- 22 avr: la trêve vole en éclats avec le début de raids acharnés du régime.

 

 

 

 

- 3 mai: une coalition de groupes rebelles, "Fatah Halab" ("la conquête d'Alep") lance une offensive sur les quartiers pro-régime.
- 3 mai: Alep "est à la Syrie ce que Sarajevo était à la Bosnie", estime l'ambassadeur français à l'Onu, François Delattre. "Alep brûle", s'alarme son homologue britannique Matthew Rycroft.
- 4 mai: poursuite de violents combats. Réunion prévue du Conseil de sécurité.
Depuis le 22 avril, plus de 280 personnes ont péri dans les violences (OSDH).

 

Lire aussi

L'enfer d'Alep : une escalade pour pousser à une nouvelle trêve...

À Alep-Ouest comme à Alep-Est, ce sont les civils qui paient (très) cher

Alep pleure le pédiatre "resté dans l'enfer" pour sauver les enfants

« Si la trêve tient, c’est entre les États-Unis et la Russie, pas entre l’opposition et le régime »

Syrie : les limites de la diplomatie... et de la guerre

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué