X

Économie

Les autorités saoudiennes mettent la pression sur l’entreprise de Hariri

Saudi Oger
S.Ro. | OLJ
10/03/2016

Les choses s'accélèrent à Saudi Oger, l'entreprise de construction détenue par l'ex-Premier ministre Saad Hariri en Arabie saoudite. Alors que ses 38 000 employés souffrent de plusieurs mois de retard de salaires, le quotidien Okaz, basé à Djeddah, écrivait dans ses colonnes lundi que le gouvernement saoudien s'est attelé à une résolution du problème. Selon une source anonyme au sein du ministère du Travail citée par le quotidien, une commission dédiée a été créée au sein du gouvernorat de Riyad. De plus, le ministère aurait décidé – à une date non précisée – de suspendre plusieurs de ses services envers l'entreprise, dont « les services de Sécurité sociale et les services (liés) à la Direction générale des passeports ».

Ce dernier département s'occupe de la délivrance de visas et de permis de séjour (« iqama ») pour les employés étrangers, qui représentent 90 % de la main-d'œuvre de Saudi Oger. La semaine dernière, un cadre a indiqué à L'Orient-Le Jour que le ministère du Travail bloquait la délivrance des permis de séjour de ses employés étrangers ainsi que l'embauche de nouveaux salariés à cause du retard dans le versement des salaires. En conséquence, le permis de nombre d'entre eux a expiré, les empêchant de quitter le pays ou d'effectuer des procédures administratives telles que renouveler leur assurance médicale, ou encore sortir de l'argent de la banque. Ils peuvent toutefois changer d'employeur au bout de trois mois de salaires non payés. Plusieurs ambassades, dont les ambassades française et philippine, essaient de faire pression sur Saudi Oger et les autorités saoudiennes afin que leurs ressortissants soient rémunérés. Alors que l'entreprise emploie plusieurs milliers de Libanais, l'ambassade libanaise à Riyad n'était pas joignable hier pour répondre aux questions de L'Orient-Le Jour.

(Pour mémoire : Ces milliers d’expatriés libanais en Arabie qui attendent leur paye de Hariri...)

 

Plainte d'employés saoudiens
Les initiatives du gouvernement saoudien rapportées par Okaz ont été prises suite à une plainte déposée par des employés saoudiens de l'entreprise. Ceux-ci souffrent également des retards de leurs salaires, qui « les empêchent d'honorer leurs engagements envers certaines banques, sans oublier (les besoins) de leurs familles », note le journal. Contacté par L'Orient-Le Jour, un employé libanais qui tient à rester anonyme n'est pas convaincu que les mesures prises par Riyad lui permettront d'être payé plus rapidement. « Si une solution est trouvée, ce seront d'abord les Saoudiens qui en profiteront. Ensuite viendront les Libanais, et en dernier la main-d'œuvre peu qualifiée. » Selon cette même source, de nombreux ouvriers, en majorité originaires d'Asie du Sud-Est, faisaient grève hier sur de nombreux sites de Saudi Oger dans le pays pour protester contre les retards de salaire.

Dans une lettre envoyée à tous les employés le 14 février, l'entreprise a promis de commencer à les payer régulièrement à partir du mois de mars. Il est donc encore trop tôt pour juger si l'entreprise va respecter cet engagement, selon l'employé interrogé, qui a reçu son dernier salaire à la mi-février pour le mois de septembre 2015. Un retard notamment dû à la politique d'austérité mise en œuvre en Arabie saoudite, suite à l'effondrement des cours du brut. Selon l'agence Reuters, le gouvernement doit plusieurs centaines de millions de dollars à plusieurs entreprises de construction, dont Saudi Oger.


Lire aussi
Privé des clients du Golfe, le tourisme libanais cherche des substituts

Salamé rassure sur la livre dans un climat de psychose entretenu par Riyad

Lutfi el-Zein Group acquiert les parts de Saudi Oger dans Medgulf

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

Saad Hariri est incapable de faire une apologie de cette affaire. Il n'a pas la surface de concentration de son père. Il n'a qu'un seul choix : l'Arabie Saoudite doit venir à son secours avec des conditions sévères
Le groupe SFEDTP/EGTH devait acheter la société Oger . C'est rester arabe grâce à un apport de capitaux saoudiens !!! J'étais directeur administratif et informatique du groupe français
Rafic Hariri a su bien developper Saudi Oger

M.V.

Le Liban ..ce n'est pas Hariri ...alors qu'il honore ses engagements avec les saoudiens ...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SAAD HARIRI DEVRAIT.. SUR CE SITE MÊME... FAIRE UNE APOLOGIE ET EXPLIQUER AUX LIBANAIS SURTOUT EXACTEMENT DE QUOI IL S'AGIT...

Gebran Eid

HARIEI VEUT GÉRER LE LIBAN À LA FAÇON SAOUDIENNE.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants