Dossier spécial orientation professionnelle

Les métiers de la cité

Ébéniste : entre dextérité manuelle et sensibilité artistique

L'ébéniste n'est pas seulement un designer, il peut également restaurer des meubles anciens appartenant à des collections de musées ou encore à des particuliers. Photo Damj Design & Craft Ahmad Khouja

23/03/2016

De la fabrication de mobilier contemporain à la restauration de meubles anciens, l'ébéniste crée du mobilier en bois alliant dextérité manuelle et sensibilité artistique.

 

Mission de l'ébéniste
Salarié d'une entreprise ou à son propre compte, cet artisan qui tient son nom d'un bois noble, l'ébène, fabrique, rénove et restaure des meubles en bois. Avant de passer au travail, il choisit les essences de bois à utiliser, puis dessine la forme du meuble et prépare le bois adéquat à la fabrication de celui-ci.
« Aujourd'hui, l'ébéniste doit maîtriser à la fois savoir-faire traditionnel et machines numériques. Alliant design et technicité, c'est un designer qui a la particularité d'être présent de la création à la construction du produit », affirme Ahmad Khouja, designer ébéniste à la tête de Damj Design & Craft à Gemmayzé.
L'ébéniste n'est pas seulement un designer, il peut également restaurer des meubles anciens appartenant à des collections de musées ou encore à des particuliers. Il participe à la conservation du patrimoine en restaurant ce mobilier dans le respect des techniques employées autrefois dans l'ébénisterie (incrustation de nacre, vernissage...).
L'ébénisterie demande une maîtrise du dessin et de la géographie dans l'espace afin d'élaborer des plans exacts. De plus, l'ébéniste doit détenir des notions de design et d'histoire de l'art. Il connaît les différentes techniques d'assemblage et de style propres à chacune des époques.
Cet artisan possède une solide connaissance des différentes essences de bois et leurs propriétés. Il doit faire preuve d'un réel talent artistique afin de jouer avec les matières et les styles de mobilier. Minutieux et habile manuellement, il combine dextérité et sens de l'esthétique.
« J'avais à la base une formation d'architecte, je me suis orienté vers le design et l'ébénisterie pour pouvoir créer et fabriquer manuellement, de par moi-même, des objets après les avoir imaginés et dessinés », explique Ahmad Khouja.
Enfin, le travail d'ébéniste requiert la capacité de travailler en équipe, que ce soit avec des architectes d'intérieur ou d'autres ébénistes. « Il faut savoir être à l'écoute de son équipe, chacun possédant la pratique du bois. On est amené à perpétuellement apprendre de nouvelles techniques ou redécouvrir d'anciens savoir-faire », dit-il.

 

Formations et débouchés
Il n'existe pas de formations exclusivement spécialisées dans l'ébénisterie au Liban. L'apprentissage du métier reste traditionnel. Les jeunes voulant se former au métier deviennent apprentis chez un ébéniste et se forment à l'atelier directement.
Cependant, il est aussi possible de suivre un cursus classique de design ou d'architecture dans les principales universités libanaises et de se spécialiser par la suite à l'étranger dans une formation d'ébénisterie.

 

 

 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué