X

Liban

« L’évêque pour après-demain », Grégoire Haddad, s’est éteint

Disparition
OLJ
25/12/2015

L'ancien archevêque grec-catholique de Beyrouth et de Jbeil, de 1968 à 1975, Mgr Grégoire Haddad, s'est éteint dans la nuit de mercredi à jeudi, à la Maison Notre-Dame de Hadeth, à l'âge de 91 ans.
Le « père Grégoire », comme aimaient à l'appeler ses proches et tous les jeunes qui ont travaillé avec lui pendant de nombreuses années dans le domaine social, est connu pour ses idées (très) avant-gardistes concernant la pratique de la religion chrétienne. D'où le surnom « évêque rouge » que certains intellectuels lui ont attribué. À cet égard, et du fait de la portée de ses écrits, sa renommée a dépassé largement le cadre des frontières libanaises au point que le quotidien Le Monde lui a consacré dans son édition du 2 juin 1974 un article intitulé « Un évêque pour après-demain ».


Dans une série d'articles publiés en 1974 et 1975 dans la revue Afaq (« Horizons »), à caractère culturel et spirituel, qu'il avait lancée avec un groupe de prêtres et d'intellectuels, Grégoire Haddad prônait un retour aux sources au niveau de la chrétienté, en ce sens qu'il soutenait qu'il ne devrait y avoir sur le plan de l'exercice de la foi que deux « critères absolus », le Christ et l'Homme. Toute position au sujet des pratiques chrétiennes ou des structures et de la hiérarchie de l'Église devrait être définie en fonction uniquement de ces deux critères. Pour le père Grégoire, tout ce et tous ceux qui sont en contradiction avec les critères en question peuvent être remis en question et faire l'objet d'un débat, même s'il s'agit d'une haute autorité religieuse ou d'une pratique populaire largement répandue.


Cette position peu commune a valu à Mgr Grégoire Haddad une campagne à grande échelle (en 1974-1975) de la part du patriarche de l'époque, Maximos Hakim, et d'une partie des évêques qui ont saisi le Vatican de ce que la presse avait alors appelé « l'affaire Grégoire Haddad ». En dépit du verdict du Saint- Siège qui a affirmé que les écrits de l'évêque de Beyrouth ne contredisaient en rien les fondements de la foi chrétienne, Mgr Haddad a été malgré tout destitué de l'archevêché de Beyrouth et de Jbeil tout en restant évêque et membre du synode melkite.


« Evêque rouge », mais aussi, pour de nombreux observateurs « évêque des pauvres ». Car le père Grégoire a consacré une grande partie de sa vie à l'action sociale. Il avait fondé ainsi à la fin des années 50 le Mouvement social qui poursuit son action jusqu'à aujourd'hui. Pour le père Grégoire, l'action sociale était perçue sous l'angle du développement socio-économique. À cette fin, il avait mobilisé des centaines de jeunes, dans les milieux scolaire et universitaire, sous le thème du volontariat au service des plus démunis.
Cette sensibilité à l'égard des couches les plus défavorisées de la population puise sa source, à n'en point douter, dans l'origine sociale modeste du père Grégoire. De son vrai nom Nakhlé, il est né en 1924 dans un petit village du caza d'Aley, Souk el-Gharb, où son père (d'origine protestante) était enseignant dans une école privée de la région. Dès son plus jeune âge, Grégoire a suivi des études de théologie à l'Université Saint-Joseph. Il a été ordonné prêtre en 1949 et a été désigné archevêque melkite de Beyrouth et de Jbeil en 1968, l'une des fonctions les plus importantes au sein de sa communauté, après celle du patriarche, en raison du poids politique, social, économique et religieux que représente ce diocèse.


Réputé pour son style de vie simple et modeste, il rejetait l'apparât traditionnel des prélats et se déplaçait même en taxi-service, tout évêque de Beyrouth qu'il était. Il avait fondé au sein des paroisses de son diocèse des conseils paroissiaux pour stimuler la participation des civils à la vie de l'Église, en conformité avec les recommandations du Concile Vatican II. Il avait institué dans ce cadre le système de services paroissiaux gratuits pour les baptêmes, mariages et obsèques, en contrepartie d'une contribution volontaire de la part des paroissiens. Ces contributions étaient versées dans une caisse commune dont les revenus étaient redistribués à égalité aux curés des paroisses, ce qui plaçait ainsi les paroisses « riches » et les paroisses « pauvres » sur un même pied d'égalité. Du fait de cette mesure avant-gardiste, il s'était aliéné une partie du clergé de son diocèse ainsi qu'une partie des grands notables de sa communauté.


Mgr Grégoire Haddad était, à n'en point douter, l'une des personnalités religieuses les plus controversées de l'histoire contemporaine du Liban... Sa perception particulière de l'action sociale, ainsi que de la mission du prélat et du clergé, ainsi que ses idées révolutionnaires sur la pratique de la religion chrétienne lui ont valu de nombreuses critiques et son parcours en tant qu'homme de religion a été souvent la cible d'une vaste campagne de dénigrement. Paru en 2012 aux éditions L'Orient-Le Jour, le livre de Michel Touma, Grégoire Haddad, évêque laïc, évêque rebelle (traduit en arabe), permet dans ce cadre de rétablir les faits et donne l'opportunité aux lecteurs de juger, aujourd'hui, sur pièce.

 

Pour mémoire

Grégoire Haddad, par Michel Touma
L'ère Grégoire Haddad, « un évêque pour après-demain », est enfin là

Grégoire Haddad. Évêque laïc, évêque rebelle

Débat autour de la biographie de Grégoire Haddad : être militant face aux réalités

Grégoire Haddad, un humanisme incompris

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL N'EST MÊME PAS POUR APRÈS DEMAIN... CAR LE GENRE HUMAIN SE DÉGRADE DE JOUR EN JOUR ET SE PRÉCIPITE VERS SON ANNIHILATION SPIRITUELLE ET HUMAINE AVANT DE SON AUTO-ANNIHILATION PHYSIQUE...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Cette glorieuse lutte de Mgr le Père Grégoire porta certes des marques de "défaites". Mais ce n’était pas l'homme chrétien qui succomba, mais les traditionnels appendices "parasites" : paters, prélats et illusions coinniques dont ce "Melikisme Nouveau" n'était pas encore dégagé ; et dont il ne pouvait être affranchi par ses "illusoires" victoires mais seul par une série de défaites.
Ce n'est donc pas par ses prématurités que ce cher Grégoirisme se fraya la voie ! Au contraire, c'est en faisant surgir ce traditionalisme comPact, cet ennemi net à sa hauteur et en le combattant dans les esprits que la belle Rébellion du Père Grégoire devint un aggiornamento religio-culturel.
Dans ce corps à corps entre l’ogre archaïque qui sortit ses cornes et ce "Grégoirisme" Printanier, le premier eut entre ses griffes tous les ecclésiastiques coinniques fanatiques jusqu’à ce que ces dernières Printanières déferlent enfin sur cette "fertile conTrée", où chaque nouvelle apporta un new bulletin Printanier du fin fond même de la Djézîréh ou des confins de Laodicée ! Entretenant l'ivresse des éhhh Sains Libano-syriens, et non de ces autres sectaires ultra "chréti(e)ns". Donnant par-là, à ces Arabes éhhh-là, les témoignages d'1 Victoire qu'ils avaient déjà crue consommée avec la Lutte Primordiale de notre Humain Mgr le Père Grégoire.
Lutte qui n'était qu’une first bataille, certes éminemment essentielle, mais non encore la véritable guerre décisive actuelle !
Que son Esprit repose en paix.

johnny chami

Ceux qui l’ont bien connu savent qu’il est désormais assis à la table du Christ.
Puissent d’autres prélats changer leurs vies et essayer de lui ressembler un peu plus.
Adieu Monseigneur HADDAD.
Johnny Chami

Rotary Beyrouth

Les grands hommes partent et les médiocres restent.

Adieu Père Grégoire


F. Malak

Halim Abou Chacra

Quel est le meilleur, "évêque rouge" du dedans ou "évêque rouge" de l'extérieur ?

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Mission accomplie pour Hassane Diab, mais tout reste encore à faire

Commentaire de Anthony SAMRANI

Chirac-Macron : forces et limites d’une comparaison

Coup de gueule de Maya GHANDOUR HERT

Au secours, un ministère génétiquement modifié !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants