X

Liban

La commémoration du 13 octobre, grande inconnue de la semaine

La situation
10/10/2015

Le Courant patriotique libre (CPL) prépare dans la plus grande discrétion la commémoration du 13 octobre 1990, qui doit se tenir demain dans les environs du palais présidentiel de Baabda.
À la « récupération des droits des chrétiens », slogan présent en force lors des deux précédents rassemblements du CPL, succède « la loyauté à l'armée » : un slogan sobre, fort en symboles, apte à rallier un plus grand nombre de sympathisants, qui continuent d'associer la politique du CPL au combat pour la souveraineté du pays. Les témoignages de ces sympathisants ont occupé l'antenne de la OTV hier.

Alors que les figures du CPL évitent de faire mention d'escalade ou d'appeler à prendre la rue, des recueillements symboliques et silencieux devant des mémoriaux ont ponctué la journée d'hier.
À Douar, dans le Metn, le chef du CPL, le ministre Gebran Bassil et le député Edgar Maalouf ont déposé une couronne de fleurs devant la statue des martyrs de l'armée libanaise, sur la place du village, en présence du député Nabil Nicolas. Sans prononcer d'allocution, MM. Bassil et Maalouf se sont ensuite rendus à Deir el-Qalaa, où ils se sont recueillis sur le mémorial de l'armée libanaise, offert par la municipalité de Beit Méry, en présence des présidents des conseils municipaux respectifs de Beit Méry et Aïn Saadé, Antoine Maroun et Jacques Chakhtoura. À Batroun, c'est une couronne de fleurs « au nom du général Michel Aoun » qu'a déposée le coordinateur du CPL dans le caza devant la statue des martyrs du village de Bejdarfel, en présence de l'ancien député Chamel Mouzaya. À Jbeil, le député Simon Abiramia, représentant le chef du bloc du Changement et de la Réforme, a déposé une gerbe de fleurs, à Ghalboun, devant le mémorial de Jean Joseph Khoury, tué dans la bataille de Dahr el-Wahch.


(Lire aussi : Du 13 octobre 1990 au 13 octobre 2015, la flamme du militant intacte chez Élie Kahwagi)



Néanmoins, même s'il ne révèle pas la position du CPL sur l'échec de l'avancement de Chamel Roukoz, le slogan de loyauté à l'armée porte une référence politique à la polémique sur les nominations militaires. Certains signes présagent d'une agressivité du discours, qui pourrait se confirmer aujourd'hui.
Ainsi, dès ce soir, les partisans du CPL dresseront des tentes sur la route menant au palais présidentiel de Baabda à l'initiative du vice-président du parti, l'ancien ministre Nicolas Sehnaoui. Le rassemblement de demain doit s'étendre de la bifurcation qui mène à la route du palais présidentiel à partir de l'autoroute de Baabda et jusqu'à l'école de La Sagesse. C'est à ce niveau que doit être aménagée la tribune pour le discours du général Michel Aoun, explique le député Nagy Gharios à L'Orient-Le Jour, précisant qu'il est probable que le chef du CPL s'exprime par écran interposé.

Le député revient en outre sur la symbolique du palais de Baabda, mais seulement pour souligner que « la priorité est, pour nous, de rendre hommage aux militaires martyrs... C'est le seul moyen de rester présents ». S'attachant à l'autre symbolique, celle du 13 octobre – qui n'avait jamais été mise en valeur avec autant de solennité par le CPL depuis 2005 –, le député précise que « nous ne comptons pas prendre d'assaut le palais présidentiel, et les tentes seront dressées avec la fin de la cérémonie ».
En outre, M. Gharios n'évoque que subsidiairement les « blocages institutionnels » que conteste son camp. « Nous ne menons pas d'escalade », souligne-t-il, allant jusqu'à démentir toute perspective d'un boycottage définitif du Conseil des ministres par le CPL. Le député réitère en outre l'appui de principe de son camp à la solution au dossier des déchets.


(Lire aussi : Azzi et Hamadé : Que nul ne tente d'outrepasser Michel Sleiman...)



Les milieux politiques du 14 Mars affirment que la semaine prochaine sera tributaire du discours du général Aoun demain. Pour l'instant, rien n'est sûr quant à la tenue d'un Conseil des ministres la semaine prochaine, qui serait consacré exclusivement au dossier des déchets. Le Premier ministre a relancé ses contacts avec les différentes parties pour avaliser la solution Chehayeb. Une source du Futur révèle qu'un nouveau terrain dans la Békaa, proposé par le président de la Chambre pour servir de décharge, est en cours d'étude. Pour ce qui est de l'aménagement de la décharge de Srar, il nécessiterait des décrets en Conseil des ministres (pour permettre par exemple l'expropriation d'une route privée menant jusqu'à la localité). Les informations restent cependant floues quant à la tenue d'une réunion ministérielle la semaine prochaine. Une source parlementaire assure néanmoins que celle-ci aura lieu jeudi prochain. « Le Premier ministre est déterminé à régler le dossier des déchets au plus vite », a assuré hier le ministre Boutros Harb. La convocation d'un Conseil des ministres, en dépit de boycottages éventuels, serait envisagée. Mais le contexte politique actuel reste à l'apaisement relatif, « le Hezbollah préférant attendre les développements en Syrie qu'il pense être en sa faveur », selon une source du courant du Futur.

 

Lire aussi
L'objectif prioritaire du Hezbollah est d'abattre Riyad, pas d'élire un président, l’éclairage de Philippe Abi-Akl

Tout va mal, merci !

Place des Martyrs : scène de désolation au lendemain des heurts

« Ces militaires représentent tous le Liban. Si le dossier n'est pas clos, il n'y aura de solution à rien »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

FAKHOURI

On n'en a pas fini des fantaisies "aouniennes"

Atalante fugitive

Vont ils oser?????

Bery tus

AU LIEU D'ALLER SE CACHER ET DE RECONNAITRE .. COMMENT VOULEZ VOUS FORMER UN PAYS AVEC UNE PARTIE QUI EST ENCORE DANS LES NUAGES !!

c...

Étrange conception que celle de marquer par une commémoration un événement aussi tragique..

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Protecteur" des maronites et non des chrétiens, et d'un. et de deux, le reale "protecteur" serait alors le Primordial Sfééér, mais nullement le Râëéhhh, please ! Merci.

Honneur et Patrie

A mes concitoyens kesrouanais, ce n'est pas digne de vous d'aller brailler et de vociférer sur la route de Baabda pour célébrer une fuite devant l'ennemi.
Vous, les descendants du héros révolutionnaire Tanios Chahine qui, en 1858, dirigea une jacquerie, une révolte paysanne contre la féodalité au Kesrouan. Après 157 ans vous vous laissez entrainer par un individu assoiffé de pouvoir afin d'asservir ses rivaux. Il a séduit certains pauvres gens par son slogan fallacieux qu'il est le "protecteur des chrétiens". Les protecteurs des chrétiens sont leurs patriarches, à leur tête le patriarche maronite.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Sans oublier.... Nâdiâh, bien sûr.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUTES CES COMMEMORATIONS N,EFFACENT PAS LA HONTE D,AVOIR ABANDONNE TOUS SES SOLDATS LES UNS AU MASSACRE... PAR LES ENNEMIS D,HIER ALLIES D,AUJOUD,HUI... ET LES AUTRES ENLEVES ET AU SORT ENCORE INCONNU DANS LES PRISONS ALLIEES...

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Près de dix ans donc que ça coince. Et il paraît qu’il n’y a même plus d’issue que la real Partition. Tant pour le chréti(e)n, que pour le musulm(ent)an…. Et même pour le bossféràRien, le plus "intelligent" à ce qu’il parait de ce patelin, dont le pseudo-programme de son Courant d’Air n’est pourtant qu’un gros et bête programme de simple Cantonisation ! Il n’y a plus que ça ; il le suggère clairement à présent, l’effronté. Et pour ce qui est de maintenir le projet de l'autre fabuleux Grand-Liban d’antan, n’est-ce pas, ce ne sera plus qu’un truc archi-tordu qui sortira on ne sait pas quand, un machin alambiqué comme c’est pas possible, incompréhensible, tarabiscoté et compliqué à mort ; et qu’il n’y a aura qu’Edmôôône Rézékk ou Bottross Harébb pour arriver à lire presque jusqu’au bout. Un bazar qui ne serait signé qu’avec des sourires de convaincus rentrant en clinique pour de la chimiothérapie! Un fatras juridico-politico-sectariste dont on expliquera chez le 14 Mars pâmé qu’il veut dire kawa et chez le 8 Marz-ébaubi : Tchaï. Et de suite recommencera la campagne de qui-on-sait, le grimpion Nain boutronnais ; le Beauf lourdaud ; pour qu’au plus vite on change tout ça encore parce que ça ne va pas, mahééék, ou plutôt, yâââï, parce qu’ils risqueraient de s’ennuyer Chantâl, Claudîne, Chééémil, Bon-papa et lui ; yîîîh ; si ça allait mieux…. Yâ hassirtîîîh !

Halim Abou Chacra

Commémoration du 13 octobre 1990 ? Avant tout c'est la commémoration de la ruine des chrétiens de ce pays par la folie de la "guerre d'élimination". C'est ONLY IN LEBANON que l'on commémore les ruines "glorieuses" causés par les zaims déifiés.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Algérie, Irak, Liban : la question du compromis

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants