X

Liban

Place des Martyrs : scène de désolation au lendemain des heurts

Manifestations

Après une nuit de violents affrontements entre les protestataires et les forces de l'ordre, la vie a repris hier dans l'après-midi son cours normal au centre-ville de Beyrouth.

Nada MERHI | OLJ
10/10/2015

Le centre-ville de Beyrouth s'est réveillé hier sur une scène de désolation. Au lendemain de la manifestation organisée par le collectif « Vous puez ! », qui a une fois de plus dégénéré en violents heurts entre certains manifestants et les forces de l'ordre, la place des Martyrs ressemblait hier matin à un vrai champ de bataille.
Des pierres, des bouteilles de verre vides et d'autres, en plastique, remplies de boue jonchent les rues et les trottoirs face à l'immeuble d'an-Nahar. À ce niveau, la route était encore coupée hier matin par les blocs de pierre et les barrières métalliques placées la veille par les forces de l'ordre pour interdire aux manifestants l'accès à la place de l'Étoile, où se trouve le siège du Parlement. Ce n'est qu'après une tournée d'inspection effectuée sur les lieux par le ministre de l'Intérieur, Nouhad Machnouk, que les barrières érigées entre les manifestants et les forces de l'ordre ont commencé à être levées et que la place a été nettoyée. En début d'après-midi, la vie a vite repris son cours normal, dans cette région de la ville.

Seul l'hôtel Le Gray portait encore les stigmates de ces affrontements. Les dégâts matériels occasionnés dans le bâtiment sont considérables. Le carrelage des colonnes de la façade de l'hôtel est à moitié arraché. Il en est de même du revêtement du trottoir qui longe l'établissement. Les lampes posées sur la façade ont été brisées, ainsi que la porte en verre du café de l'hôtel. « Nous ne pouvons pas encore estimer la valeur exacte des dégâts », explique à L'Orient-Le Jour Rita Saad, directrice du département des relations publiques et du marketing de l'hôtel. « Nous attendons les rapports des experts », ajoute-t-elle.
« C'est la première fois depuis le début des manifestations (le 22 août dernier) que nous sommes touchés de cette façon, poursuit Rita Saad. En général, c'était le business qui pâtissait. Le soir des manifestations, nous ne pensions qu'à assurer la sécurité du personnel et des clients. » Les portes ont été en effet cadenassées et n'ont été rouvertes que lorsque les fauteurs de troubles ont été dispersés.

 

(Voir aussi : Manifestants vs forces de l'ordre place des Martyrs, les images)

 

Connaître les spécificités du Liban
Les émeutes du jeudi soir et les dégâts qui ont suivi n'ont pas réussi à décourager l'équipe de l'hôtel. « Ces événements nous attristent, confie-t-elle. Mais être au Liban sous-entend la nécessité de connaître ses spécificités, de les accepter et de pouvoir continuer malgré tout. »
La direction de l'hôtel compte-t-elle prendre des mesures de sécurité supplémentaires ? « Jusqu'à une période récente, les mesures prises consistaient essentiellement à informer les clients des dates et des heures des manifestations, pour qu'ils puissent s'organiser, d'autant que beaucoup d'entre eux sont des hommes d'affaires qui viennent au Liban pour quelques jours, répond Rita Saad. Probablement que pour l'avenir, nous allons renforcer les mesures de sécurité de manière à garder les manifestants le plus loin possible de l'établissement. »

Cette dernière manifestation a, en quelque sorte, porté préjudice au mouvement civil. En effet, plusieurs témoins et citoyens ont souligné ne plus vouloir « le soutenir », mettant l'accent sur « un certain civisme » qui aurait dû caractériser ces manifestations. « Si, réellement, des personnes se sont infiltrées parmi les manifestants pour gâcher l'action du collectif "Vous puez ! ", je pense que celui-ci doit mieux s'organiser justement pour éviter les dérapages », avance un citoyen.
De son côté, le mouvement civil fait assumer aux forces de l'ordre la responsabilité des événements de jeudi soir. Dans une déclaration à la LBCI, Assaad Zebiane, un des militants du mouvement civil, a ainsi affirmé que « la destruction a été majoritairement causée par les canons à eau activés par les forces de l'ordre en direction des manifestants ». Et d'insister : « Notre combat n'est pas dirigé contre les établissements commerciaux, ni les propriétés publiques et privées, ni même contre les forces de l'ordre. Notre combat est dirigé contre le pouvoir politique. »

 

Lire aussi
Forcing de la société civile pour libérer les activistes détenus

Salam promet de faire face avec fermeté et dureté aux agressions et aux atteintes contre les biens

« Ces militaires représentent tous le Liban. Si le dossier n'est pas clos, il n'y aura de solution à rien »

« Vous puez ! », l’histoire d’une grogne populaire qui a enflé

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

ecouter j'etais actif au liban concernant les manif anti-syrien de 93 a 2003 ... je connais la rue libanaise par cœur ...

lors de nos manifs contre la fermeture de la mtv par exemple oui il y avait des voyous qui essayer de prendre les devants (on savait d'où venait ses voyous la) mais les vrais manifestants ne les ont pas laisser monter au devant et on vite ete entourer puis ejecter par les manifestants meme

je me rappelle juste une fois ou il y a eu du grabuge mais sans casse ou encore sans cette agressivite ou tony orien oui un CPL dure des dure est monter sur le camion de pompier avec les drapeau libanais .. il a fait comme un certain ELIE des FL plutôt ce jour la !!

tout ca pour vous dire que ces manifs (et j'avais raison depuis le debut) qu'elle n'etait pas representative de la population libanaise au complet ..leur revendication sont justes mais malheureusement le slogans entendues sur place ne font pas honneur aux anciens activistes ..

un exemple qui trahit leur impartialite le slogan sur solidere mais c'est faire montre d'une haine immense envers une societe qui a reconstruite le centre ville pendant que ce temps la personne n'osez s'en approcher et on sait qui les empêchaient

Le Faucon Pèlerin

Ils ne sont que des casseurs et des voyous, ni plus ni moins. Sans commentaire.

Beauchard Jacques

Le mouvement qui détruit la ville tombe dans la barbarie qui triomphe au MO, malheureusement.

Tabet Karim

L'introduction de hooligans à l'intérieur de manifestations à caractère pacifique est l'evidence même. Ce n'est pas la premiere fois que les mouvements civiques se font déborder par des voyous. Donc, il est grand temps que tous ces mouvements s'organisent pour une meilleur gestion du problème. Sinon, le risque est de voir leur justes causes réduites a peau de chagrin..... à la grande joie de tous les malveillants qui lui cherchent noise.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU,ON NE NOUS CHANTE PLUS LE CARACTERE PACIFIQUE DES MANIFESTATIONS PILOTEES PAR DES MANIPULATEURS PARTISANS DE L,INSTABILITE ET DE L,INSECURITE BIEN CONNUS !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué