X

À La Une

La prochaine vague de migrants pourrait venir du Liban

Crise

La crise syrienne a durement affecté l'économie libanaise, déplore Salam devant l'Onu

OLJ/Agences
27/09/2015

Le commissaire à l'Élargissement de l'UE, Johannes Hahn, a estimé samedi que "la prochaine grande vague" de migrants en Europe pourrait venir du Liban, un "Etat fragile" où la situation est "dramatique", dans un entretien au quotidien allemand Die Welt.

"Les développements au Liban m'inquiètent. La situation y est en partie dramatique", a déclaré M. Hahn au journal conservateur. "C'est de là que pourrait venir la prochaine vague de réfugiés", a-t-il estimé, alors que 1,2 million de Syriens ont trouvé refuge au Liban, soit le quart de la population, dans des conditions précaires. "Ce pays a toujours été l'Etat le plus fragile de la région", a-t-il encore dit, insistant sur "l'instabilité de la situation politique" libanaise. "Il y a également un taux de chômage important (autour de 20%, ndlr) et une dette publique exorbitante. C'est un mélange dangereux", a-t-il prévenu.

Pour freiner l'afflux de migrants vers l'Europe, l'UE, qui fait face à la pire crise migratoire depuis 1945, veut aider financièrement des pays voisins de la Syrie (Liban, Jordanie et Turquie), parfois submergés, à mieux accueillir les réfugiés. Les 28 Etats membres de l'UE sont ainsi convenus mercredi de mobiliser au moins un milliard d'euros supplémentaires pour les agences de l'Onu venant en aide aux réfugiés dans les pays voisins de la Syrie. Ils vont aussi assister le Liban, la Jordanie et la Turquie ainsi que d'autres pays au travers d'un fonds régional.

(Lire aussi : Réfugiés syriens: en Jordanie, l'approche sécuritaire prime sur l'humanitaire)

La crise des réfugiés était d'ailleurs au centre du discours prononcé samedi par le Premier ministre libanais Tammam Salam devant l'Assemblée générale des Nations unies à New York. "La crise des réfugiés représente le plus grand défi pour le Liban, a affirmé M. Salam devant l'Onu. Ceci a eu un impact négatif sur le développement et l'environnement, ainsi que sur les secteurs des finances, de la sécurité et de l'éducation". Le conflit syrien a durement affecté l'économie libanaise, a ajouté M. Salam, déplorant le faible engagement de la communauté internationale au niveau humanitaire.

De son côté, le ministre libanais des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui accompagnait M. Salam aux États-Unis, a estimé samedi que la population libanaise est en train d'être remplacée par d'autres populations dans son propre pays. "Un processus de remplacement s'est déclenché au Liban, substituant la population libanaise aux peuples syriens, palestiniens et autres", a indiqué M. Bassil lors d'une rencontre avec la diaspora libanaise organisée par The Lebanon-American Club à Danbury, dans le Connecticut.

"Les réfugiés syriens partent pour l'Europe parce que les pays comme le Liban sont dans l'incapacité d'en accueillir plus. Et lorsque l'Europe sera dans l'incapacité d'accueillir ce flot, ils se dirigeront vers les États-Unis", prévient le chef de la diplomatie libanaise.


Lire aussi

En Jordanie, des demandeurs d'asile irakiens s'impatientent en rêvant d'Europe

Pourquoi les réfugiés boudent la France

À Bagdad, la vente de gilets de sauvetage explose

Pourquoi les réfugiés syriens cherchent à quitter la Turquie ?

Entre les pays du Golfe et les réfugiés, un désintérêt mutuel

 

Repère
Crise migratoire en Europe : les chiffres et les principales routes

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Irene Said

"...ceci a eu un impact négatif sur le développement et l'environnement etc., etc..."

C'est bien d'aller pleurnicher devant l'ONU !

Messieurs, expliquez nous quel developpement ???Notre pays n'est pas plus avancé en développement que certains pays du tiers-monde. Quant à notre environnement, en ce moment il est décoré par des amoncellements d'ordures partout, défiguré par des constructions illégales, nos rivières polluées à l'extrême...et j'en passe !

Il est vrai que l'afflux des réfugiés a augmenté ces problèmes. Mais ils existaient bien avant leur arrivée, à cause de l'icroyable négligence et la corruption de nos IRRESPONSABLES-INCAPABLES.

Et cela, le monde entier le sait déjà...lisez les
différents rapports de la Banque Modiale ainsi que d'autres organismes internationaux concernant ces problèmes !

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS NOUS JETTENT... DES KAKA-HUÈTES !!! ET PUIS SE LAVENT LES MAINS LES PONCE PILATE...

C.K

Bon vent a tous ceux qui partent et qui ne sont pas libanais,,,,,,

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

On comprend mieux le désastre du non-réfugié, quand "on" lui impose la migration prolongée. Cet abus ne se distingue que par la forme des abus que subit l’autre réfugié, car l’abuseur est le même : Ces politiques qui abusent de la situation de ces réfugiés en vue de le ménager. Ces requins exploitant cette masse avide par le mercantilisme de se protéger d’être réfugiée ; qui n’est que le talisman au moyen duquel ces submersibles carnassiers l'auront ensorcelé, et le prétexte avec lequel ils l’ont excité contre le réfugié issu surtout d'autres Communautés. Seul la mise au pas des régimes autocrates peut élever le simplet libanais(h) ; seul, un système anti-népotisme peut le faire sortir de sa dégradation morale ! Ce pays est celui des xénophobes-démagogues coalisés. Et celui futur des libertés, sera celui des exploités réfugiés et non-réfugiés alliés. Mais la balance varie selon l’humeur que ces politiques exploiteurs jettent dans l'arène communautariste alambiquée. Ceci devient encore + compréhensible grâce aux dires contraires de cette espèce de populistes qui, par leur grossièreté de l'interprétation des Saines idées, atteignent le cervelet du non-réfugié en excitant sa convoitise du fruit défendu : les bien-aimées "refuges" de l’autre réfugié ! Mais le plus compréhensible, ce sont les épreuves que ce réfugié et/ou non-réfugié a subi depuis, et les déceptions qui, dans la précipitation des multiples guerres "civiles" depuis, coup sur coup, s'étaient abattues sur lui !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants