Rechercher
Rechercher

Lifestyle - La bonne nouvelle du lundi

Des Libanais à la conquête des plus hauts sommets pour un enfant leucémique

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, « L'Orient-Le Jour » se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

Les cinq libanais au sommet de l'Elbrous. Photo fournie par Climb for Cancer.

Issa, originaire de Tyr, est un enfant de 9 ans. L'année dernière, il a appris qu'il souffrait d'une leucémie. Depuis, c'est au Children's Cancer Center of Lebanon (CCCL) qu'il est soigné. Ce centre accueille autant d'enfants cancéreux que ses capacités d'accueil lui permettent, et les soigne grâce à des dons. Pour que Issa puisse suivre le reste de son traitement et vaincre la maladie, l'association Climb for Cancer a décidé de lui venir en aide, à sa façon.

Cet été, plusieurs Libanais membres de Climb for Cancer ont marqué une pause dans leur vie quotidienne afin d'escalader quatre des plus hauts sommets européens et africains. En relevant ces défis, ils espèrent sensibiliser le public et collecter les fonds nécessaires pour le traitement du petit Issa.

Basée à Dubaï, l'association Climb for Cancer a été fondée en 2009 par Nizar Fakhoury, un Libanais fanatique d'escalade. Son objectif : financer le traitement d'enfants cancéreux. « Parce que tous les enfants méritent une chance de découvrir la vie », indique le jeune homme de 34 ans à L'Orient-Le Jour.

C'est d'abord le plus haut sommet du Caucase (en Russie) et d'Europe, le mont Elbrouz, avec ses 5 642 mètres, que cinq Libanais membres de l'association – Ali Abbas, 29 ans, Moustapha Mroueh, 34 ans, Oscar Asly, Karam Barnaba et Joanne Hayek, tous les trois âgés de 27 ans – ont gravi. Au quotidien, ces jeunes Libanais travaillent dans une banque, un bureau d'architecture ou une entreprise. Mais pour une bonne cause, ils deviennent sans hésiter des grimpeurs, prêts à relever tous les défis.

Photo fournie par Climb for Cancer.


« Après mes journées de travail, ne pouvant pas bien m'entraîner pour l'aventure faute de temps, je montais un total de 200 étages afin de muscler mes jambes », raconte à L'Orient-Le Jour Joanne Hayek, architecte, cocréatrice de Vanina et seul élément féminin de l'équipe. Les randonnées en montagne, la natation, la course à pied, le yoga... toutes les activités sportives étaient bonnes pour que la jeune femme se prépare physiquement trois mois avant l'expédition.

Joanne Hayek, qui avait déjà gravi le mont Ararat en 2014 et le Kilimandjaro en 2013, raconte avoir fait face à certains désagréments lors de l'ascension de l'Elbrouz : le froid intense, des courbatures musculaires, des migraines et le mal des montagnes. Mais la douleur s'est peu à peu dissipée. « Au sommet, l'émotion était tellement forte et la nature si magnifique que j'ai oublié toutes les difficultés », se souvient-elle.
Après l'Elbrouz, direction le Mont-Blanc, le plus haut sommet des Alpes et de l'Union européenne (4 807 mètres), pour deux membres de l'équipe : Oscar Asly et Karam Barnaba. Là encore, ils ont réussi à hisser le drapeau de Climb for Cancer.

« Le cancer n'a pas de nationalité »

Depuis sa création, Climb for Cancer a planté son drapeau sur les plus hauts sommets du monde, collaboré avec plusieurs centres, aidé neuf patients du monde arabe et recueilli 600 000 dollars de donations grâce aux exploits de 26 volontaires. Issa est le premier enfant libanais que l'association aide, Nizar Fakhoury, lui-même libanais, soulignant que « le cancer n'a pas de nationalité ».

Pourquoi gravir des montagnes pour récolter des dons ? « Les gens ont besoin d'entendre une histoire, et lorsque l'on se lance un défi difficile comme escalader une montagne, nous attirons leur attention, explique M. Fakhoury. C'est grâce à ce projet que certaines personnes ont entendu parler de Issa et lui ont fait des dons. » Le jeune homme précise que 100 % des dons seront destinés à assurer les médicaments et couvrir la chimiothérapie du petit. « Traiter un cancer coûte une fortune et nombreuses sont les familles qui n'ont pas les moyens, pas d'assurance, ou une assurance qui ne couvre pas un tel traitement », ajoute-t-il.

Charles Hélou, chargé de la collecte de fonds au CCCL, explique de son côté qu'« un traitement coûte en moyenne 50 000 dollars par an et les familles qui viennent au centre ne sont pas toutes couvertes par une assurance, comme la famille de Issa ». « À travers la Sécurité sociale et le ministère de la Santé, nous recevons un soutien minimal, mais qui ne représente pas grand-chose comparé à la somme requise pour le traitement, poursuit-il. Les dons récoltés pour Issa permettront au CCCL d'accueillir et de soigner d'autres enfants. »

Grâce aux deux expéditions déjà accomplies, le groupe de jeunes Libanais a déjà réussi à récolter 20 000 dollars des 30 000 dollars requis pour la suite du traitement de Issa. Nizar Fakhoury est certain que la somme totale sera récoltée, surtout que deux expéditions vont suivre : l'une au « Jbel Toubkal », point culminant de l'Afrique du Nord (4 167 m), et l'autre au mont Kilimandjaro, point culminant de l'Afrique (5 895 m).

 

Pour faire des dons: sur la page Facebook de Climb for Cancer ou sur le site du CCCL.

 

Dans la même rubrique

Le projet de l'architecte libanaise Lina Ghotmeh présélectionné pour « réinventer Paris »

Un chercheur libanais de Cambridge primé par la Royal Historical Society

Un étudiant libanais crée « Beachill », un matelas de plage high-tech et écolo

Jad Melki, pilier de la formation aux médias à l'AUB, récompensé par l'Unesco


Issa, originaire de Tyr, est un enfant de 9 ans. L'année dernière, il a appris qu'il souffrait d'une leucémie. Depuis, c'est au Children's Cancer Center of Lebanon (CCCL) qu'il est soigné. Ce centre accueille autant d'enfants cancéreux que ses capacités d'accueil lui permettent, et les soigne grâce à des dons. Pour que Issa puisse suivre le reste de son traitement et vaincre la maladie,...

commentaires (2)

Quel exemple de générosité de coeur! Laquelle mène vers la Charité qui, pour une fois "charité bien ordonnée ne commence pas par soi-même!!! À bon entendeur salut!!! À la courageuse équipe Climb for Cancer: votre campagne devrait atteindre les coeurs de tous les libanais, surtout les plus nantis! Mais j'ai bien peur que ceux parmi eux qui manifestent leur appui, ne soient pas nombreux... Vous méritez un grand succès. Bonne chance!!!

Zaarour Beatriz

14 h 11, le 10 août 2015

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Quel exemple de générosité de coeur! Laquelle mène vers la Charité qui, pour une fois "charité bien ordonnée ne commence pas par soi-même!!! À bon entendeur salut!!! À la courageuse équipe Climb for Cancer: votre campagne devrait atteindre les coeurs de tous les libanais, surtout les plus nantis! Mais j'ai bien peur que ceux parmi eux qui manifestent leur appui, ne soient pas nombreux... Vous méritez un grand succès. Bonne chance!!!

    Zaarour Beatriz

    14 h 11, le 10 août 2015

  • UNE INITIATIVE QUI DEVRAIT SERVIR D'EXEMPLE... POURQUOI NOS ABRUTIS NE METTENT PAS LA MAIN DANS LEURS LARGES POCHES... REMPLIES DES SOUS EXTORQUÉS DE CELLES DU PEUPLE... OU DU MOINS DE SACRIFIER UN SALAIRE.. . OBTENU SANS TRAVAIL... POUR VENIR EN AIDE DANS DE TELS CAS QUI BRISENT LE COEUR... MAIS... L'ABRUTISSEMENT A-T-IL DES SENTIMENTS ET DU COEUR ???

    CENSURE + CARENCE + BOURDES = FUITE DES ABONNES.

    11 h 59, le 10 août 2015

Retour en haut