X

Liban

La manifestation du CPL tourne à la confrontation avec les forces de l’ordre

Protestation

Des centaines de militants aounistes ont tenté de s'approcher au plus près du Grand Sérail en vue de soutenir leurs ministres au cours du Conseil qui s'y tenait, mais l'armée et les forces antiémeute avaient bloqué toutes les issues.

10/07/2015

Secteur Mirna Chalouhi, au point de rassemblement des militants du Courant patriotique libre (CPL), hier matin. Nombreux sont ces militants, en grande majorité des étudiants, qui attendent les informations en provenance du Conseil des ministres. Or, les premiers échos qui parviennent à travers les ondes parlent d'une violente altercation entre le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, l'un des grands cadres du CPL, et le Premier ministre Tammam Salam. Les militants ne tardent pas alors à se regrouper en longs convois de voitures, brandissant les drapeaux orange de leur formation. « Nous ne pouvons vous dévoiler ce qui suivra, il y aura des surprises », nous lance un groupe de jeunes. Instantanément, des portraits du général Michel Aoun, président du CPL et chef du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme, sont distribués aux automobilistes du convoi.

 

(Lire aussi : Violente altercation entre Salam et Bassil en Conseil des ministres)


Entre-temps, au centre-ville, les forces de l'ordre se déploient pour bloquer toutes les entrées du Grand Sérail, à des centaines de mètres à la ronde. Quand les convois des militants aounistes, qui avaient auparavant fait un crochet par Achrafieh, arrivent au centre-ville, le secteur est déjà entièrement bouclé par un grand nombre de militaires et d'agents des Forces de sécurité intérieure (FSI), notamment les forces antiémeute. Les militants aounistes profitent cependant d'une brèche pour s'approcher du Grand Sérail, du côté de la Maison des Nations unies. Ils sont très motivés. « Nous sommes là pour faire imposer le respect que l'on nous doit », nous dit Anthony, un étudiant de 19 ans. Les manifestants scandent des slogans en l'honneur de leur leader, notamment : « Aoun reviendra à Baabda. »
Les manifestants sont motivés et plus convaincus que jamais du bien-fondé de leur cause. Salim Chémaly, un militant de très longue date, pense que le recours à la rue est une « obligation », que ce n'est pas simplement lié à telle ou telle nomination, mais à des changements profonds qui tardent à se concrétiser au niveau du système libanais. « Les droits des chrétiens ont déjà été assez bafoués durant la période de la tutelle et après le départ de l'armée syrienne », renchérit Naji Hayek, un cadre du CPL. « Ceux qui font partie de l'establishment qui avait profité de la présence syrienne durant quinze ans continuent de jouir des mêmes privilèges, déplore-t-il. Notre mouvement de protestation ne fait que commencer. »

 

(Lire aussi : Une source constitutionnelle dénonce « un nouvel abus de minorité »)

 

Jeu du chat et de la souris
Les militaires, eux, ferment instantanément la route aux manifestants qui, après avoir garé leurs voitures, se dirigent vers la place des Martyrs pour reprendre le chemin du Grand Sérail par la rue des Banques.
C'est à ce moment que les protestataires entament un jeu du chat et de la souris avec les forces de l'ordre, qui durera un bon moment. Les premières escarmouches commencent très tôt, à la rue des Banques, quand une première « discussion » animée avec les soldats fait, selon les organisateurs, deux blessés légers. Les manifestants essaient alors de prendre les forces de l'ordre de court en tentant une percée par Bab Idriss. De nouveau, la route leur est fermée. La confrontation et la colère montent d'un cran. Cela n'est pas totalement du goût de Tina, une militante de longue date qui était déjà dans les rangs des aounistes au temps des premières manifestations. « Nous n'avons plus que le droit de manifester, dit-elle. Cela fait depuis 1989 que nous revendiquons les mêmes droits, sans les obtenir. Mais le général Aoun nous a demandé de rester pacifiques. Nous ne voulons pas de confrontation avec l'armée. »


Sur le terrain, un responsable du CPL lance un appel au calme. Les manifestants font une nouvelle fois marche arrière, scandant des chants patriotiques en hommage à l'armée. Ils reviennent vers la rue des Banques... qui reste infranchissable. À ce point, l'atmosphère s'envenime. Ici et là, des blessés légers, dont un qui est soigné par ses camarades à même la rue. Les tentatives répétées des militants pour ouvrir des brèches se heurtent au mur humain formé par les militaires (des rangées de soldats de l'armée et, derrière, des rangées des forces antiémeute). Par vagues, la violence gagne du terrain et les cris fusent de part et d'autre, les coups de bâton pleuvent.

 

(Lire aussi : Aoun crie victoire : « Nous avons obtenu ce que nous voulions en Conseil des ministres »)


L'arrivée de plusieurs députés du bloc du Changement et de la Réforme – Ibrahim Kanaan, Alain Aoun, Hikmat Dib, Naji Gharios, sans compter les anciens ministres Gaby Layoun et Fadi Abboud – n'apaise pas les tensions. Ils se retrouvent même pris entre deux feux. « Nous ne sommes pas responsables de cette confrontation, nous sommes simplement en train de manifester, déclare Ibrahim Kanaan à L'Orient-Le Jour. Ceux qui incitent à la violence sont ceux qui ont donné l'ordre aux militaires de repousser les manifestants. Pourquoi les forces de l'ordre devraient-elles être mises dans une situation de confrontation avec des citoyens ?
Qu'auraient fait ceux-ci s'ils avaient pu s'approcher de l'entrée du Grand Sérail ? Ce ne sont que des jeunes gens sans armes ni intention belliqueuse. » « Nous ne venons pas occuper le Grand Sérail, mais exposer un point de vue, renchérit Fadi Abboud. Ce n'est pas une façon de se comporter avec des manifestants. »
Dans les rangs de ces derniers, on entend beaucoup de réflexions sur « les comportements qui rappellent ceux qui prévalaient au temps de la tutelle syrienne ». « Nous ne faisons que revendiquer nos droits, et cela inclut notre souci de préserver le prestige de l'armée, nous ne méritons pas cela », crient des manifestantes aux soldats. Plus tard, l'armée publiera un communiqué précisant que sept de ses soldats ont été blessés dans les heurts avec les manifestants et qu'ils ont été hospitalisés.

 

(Lire aussi : Le bloc de la Fidélité à la résistance se déchaîne contre le courant du Futur)

 

« Nous sortons victorieux de cette réunion »
Grâce à des pourparlers entre les députés et des responsables du CPL, d'une part, et des membres des services de sécurité, d'autre part, le groupe de manifestants avance de quelques mètres. Le calme revient enfin quand les deux ministres du bloc parlementaire aouniste, Gebran Bassil et Élias Bou Saab, font une apparition surprise très acclamée par les manifestants. « Nous sortons victorieux de cette réunion du Conseil des ministres, lance Gebran Bassil à la foule. Nous avons consacré le principe selon lequel les prérogatives du président de la République seront conservées telles quelles en attendant son élection. »
Les manifestants, visiblement fatigués, prennent alors le chemin du retour. Les barbelés que les forces de l'ordre commencent à poser pour former une barrière supplémentaire n'ont plus lieu d'être. Fadi Abboud pense que les objectifs sont atteints pour la journée. « Je crois que nos revendications concernant nos droits sont désormais claires, dit-il à L'Orient-Le Jour. Tous les Libanais sont aujourd'hui conscients qu'il y a un déséquilibre et qu'il faut y remédier. » Quels résultats pratiques ? « Les décisions en Conseil des ministres devront dès lors être prises à la majorité des deux tiers ou à l'unanimité, répond-il. En l'absence de président de la République, nous ne pouvons nous suffire d'une majorité simple en Conseil des ministres. À chaque fois qu'une partie essentielle s'oppose à une décision, il faut que celle-ci soit gelée. »

 

Lire aussi

La politique du n'importe quoi...,le commentaire de Michel TOUMA

Une source constitutionnelle dénonce « un nouvel abus de minorité »

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dounia Mansour Abdelnour

Grande question: Quand est-ce que Iznogoud-Aoun comprendra-t-il qu'il ne sera jamais président car il est incompétent aux yeux de la majorité du peuple libanais ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

QU'ONT-ILS GAGNÉ ? UN RIEN DE RIEN...

Abdallah Youmna

Encore un article propagandiste et pathétique pour retourner encore et toujours les francophones contre le CPL. Petite question, vous trouvez que les voyous des FL se comportent mieux peut-être, sur la place Sassine et à Ain El Remmaneh?

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Manifestation", imbécile et dangereuse donc.

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Ou, les nouvelles chemises oranges-brunes lâchées dans les zkkâks et les ruelles !

FAKHOURI

ça devient usant et lassant les propos de M.AOUN.
Je me demande si cet homme aime son pays?
Il est dévoré par une ambition incommensurable et il ne se rend même pas compte qu'il n'a aucune capacité à assumer cette ambition.
Il sème la pagaille dans son pays qui a déjà beaucoup de difficultés à survivre au milieu des Hezbollah, jihadistes et autres malfaisants
Un si pays petit face à des monstres barbaresques dignes du moyen âge. Quand les chrétiens du Liban vont-ils se réveiller ?
En écoutant les charabias d'un M. Aoun qui récite toujours les mêmes arguments, les chrétiens du Liban courent à leur perte

Pierre Hadjigeorgiou

Honnêtement a part le fait que Aoun veut être Président, coûte que coûte, et qu'il veut a tout prix caser ses gendres, je n'ai toujours pas compris a quoi rime ce tintamarre. Est-ce la les droits des Chrétiens? Je pense que ses supporters doivent commencer a remettre en question la politique qu'ils prétendent vouloir voir appliquer dans le pays. S'ils se battent pour les reformes et le changement, ils devient impératif qu'il commencent par la maison elle même. Il devient nécessaire de voir Aoun pensionné et le restant des membres de sa famille mis au placard pour incompétence. Spécialement ses gendres.

George Khoury

Quelle bataille epique hier! Quelle popularite ce michel aoun! 100 ou 200 ecervelé en train de crier des slogans eclué et son gendre en costard smalto et cravate gianfranco ferre en train d'haranguer la grappe d'ahuri. Malgre le tintinmare ils ont reussi a bloquer juste un cinquantieme de la rue des banques.
Tout compte fait ils auraient du faire cela a rabieh, l'effet d'optique aurait ete meilleur alors que la on aurait dit un cheveux sur la soupe.
la journee a ete couronnee par une conference de presse de michel aoun, un discours toujours aussi pateux, ou l'incoherence la disputait au burlesque.
michel aoun n'a-t-il pas dit que son mandat de depute est illegitime? alors il n'a pas d'immunite et les forces de l'ordre devraient l'arreter pour trouble a l'ordre publique.

Halim Abou Chacra

Plus "joli" tu meurs ! Les députés du CPL se torchent tous les jours avec la Constitution en refusant de faire leur devoir constitutionnel d'élire un président, anéantissent la présidence et les prérogatives du président, puis investissent les rues pour réclamer respect à la Constitution et aux prérogatives du président !!

Bery tus

« Nous sortons victorieux de cette réunion du Conseil des ministres, lance Gebran Bassil à la foule. Nous avons consacré le principe selon lequel les prérogatives du président de la République seront conservées telles quelles en attendant son élection. »

hum quel prérogatives? mais vous dites deja depuis des annees que les prérogatives du PR sont deja limiter et diminuer .. c'etait meme votre fer de lance pendant les campagnes électorales !!! donc vous avez fait tout ce brouhaha pour ca ?!?!?

Quels résultats pratiques ? « Les décisions en Conseil des ministres devront dès lors être prises à la majorité des deux tiers ou à l'unanimité, répond-il. En l'absence de président de la République, nous ne pouvons nous suffire d'une majorité simple en Conseil des ministres. À chaque fois qu'une partie essentielle s'oppose à une décision, il faut que celle-ci soit gelée. »

MAIS PQ CHERCHEZ VOUS PAR LA FORCE LE TIERS DE BLOCAGE? pour bloquer quoi? moi je vous dis c'est pour pouvoir avoir un choix soit le commandement de l'armee soit la presidence .. mais la 2 eme je crois pas que vous la verrez !!

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’inquiétant ADN d’un ministre libanais

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué