Rechercher
Rechercher

À La Une - liban

Nouveau procès pour Michel Samaha le 16 juillet

La cour a refusé une demande de libération présentée par les avocats de l'ancien ministre.

L'ancien ministre libanais, Michel Samaha. Photo d'archives AFP Louai Bechara.

L'ancien ministre libanais Michel Samaha sera rejugé le 16 juillet après l'annulation mardi de sa condamnation à quatre ans et demi de réclusion pour avoir voulu mener des attentats au Liban.

"La cour de cassation militaire a accepté la requête en annulation présentée par le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Sakr Sakr, et a fixé au 16 juillet la date du nouveau procès", a affirmé une source judiciaire. La cour a refusé une demande de libération présentée par les avocats de Michel Samaha.

Le pourvoi en cassation sollicitait la présentation des bandes vidéo et enregistrements qui n'ont pas été utilisés lors du premier procès. Dans ces enregistrements, l'on voit clairement M. Samaha converser avec un informateur des services de sécurité libanais, Milad Kfoury, lui livrant les plus infimes détails de l'opération terroriste planifiée, notamment des attentats qui devaient être commis dans le nord du pays, visant des personnalités politiques et la population civile. M. Samaha a également révélé dans les vidéos les noms des commanditaires, à savoir le président syrien Bachar el-Assad et le général Ali Mamlouk, son conseiller en matière sécuritaire.


L'ex-ministre de l'Information avait été condamné le 13 mai à 4 ans et demi de prison par un tribunal militaire, qui l'a aussi déchu à vie de ses droits civiques et politiques. Le tribunal l'a reconnu coupable "d'avoir tenté de mener des actions terroristes et d'appartenance à un groupe armé". Comme l'année judiciaire est de neuf mois et qu'il avait été arrêté en août 2012, M. Samaha devrait donc être libéré à la fin de l'année.

Le procureur avait jugé cette peine trop légère et réclamé un nouveau procès, avec le chef d'accusation d'homicide avec préméditation, afin qu'il soit condamné à la peine maximale, soit la peine de mort.

Le verdict avait aussi suscité un tollé dans plusieurs milieux politiques libanais, qui l'estiment trop clément. Le ministre de la Justice Achraf Rifi avait ainsi qualifié le jugement de "scandaleux". Il avait demandé la fin des tribunaux militaires.

Selon l'acte d'accusation, M. Samaha, qui a été également conseiller de Bachar el-Assad, avait planifié, avec le chef des services de sécurité syriens Ali Mamlouk, des attentats au Liban et l'assassinat de personnalités politiques et religieuses libanaises hostiles à Damas.
Son procès avait été reporté à plusieurs reprises. Lors de la première audience, le 20 avril, l'accusé avait reconnu avoir transporté des explosifs dans sa voiture en août 2012 de Damas jusqu'au Liban, en assurant avoir cru que les attentats étaient destinés à protéger le Liban.
M. Samaha a affirmé que l'idée était de mener des attentats à la frontière afin de provoquer sa fermeture et de stopper ainsi le passage de combattants libanais allant se battre auprès de la rébellion syrienne contre le régime de Damas. Il a indiqué avoir été poussé au crime par l'informateur Milad Kfoury.

 

Pour mémoire
Affaire Samaha : mobilisation civile et judiciaire pour contenir la frustration sunnite

Le cheikh Salem Raféï à « L'OLJ » : Rendez-nous justice ou laissez-nous vivre seuls

Appels indignés à une révision des prérogatives du tribunal militaire

L'ancien ministre libanais Michel Samaha sera rejugé le 16 juillet après l'annulation mardi de sa condamnation à quatre ans et demi de réclusion pour avoir voulu mener des attentats au Liban."La cour de cassation militaire a accepté la requête en annulation présentée par le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire, Sakr Sakr, et a fixé au 16 juillet la date du nouveau...
commentaires (5)

Il se fait prendre en flagrant délit, il est jugé condamné, et on remet le couvert !!! Liban, ta justice est en déroute !!!!

FAKHOURI

22 h 05, le 02 juin 2015

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Il se fait prendre en flagrant délit, il est jugé condamné, et on remet le couvert !!! Liban, ta justice est en déroute !!!!

    FAKHOURI

    22 h 05, le 02 juin 2015

  • ESPÉRONS QUE LA JUSTICE HONORERA SON NOM !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    21 h 41, le 02 juin 2015

  • Si je comprends bien. Si je commets un crime et declare y avoir ete inciter par une tierce personne, je suis innocent du crime. Nous sommes un pays de fous!

    sancrainte

    21 h 33, le 02 juin 2015

  • Y-a t-il un lien entre cette decision et la fin imminente du cinglé de Damas ?

    Tabet Karim

    20 h 17, le 02 juin 2015

  • C'est déjà ça ! On verra....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    18 h 19, le 02 juin 2015

Retour en haut