X

Liban

Le coup de théâtre au Yémen ravive les tensions interlibanaises

La situation
Élie FAYAD | OLJ
27/03/2015

La prestation de Fouad Siniora à la barre du Tribunal spécial pour le Liban, ces jours derniers, avait déjà eu pour effet de braquer les projecteurs une nouvelle fois sur les divisions persistantes au sein de la classe politique et de la société libanaises. Les développements majeurs survenus hier au Yémen ont achevé de ressortir au grand jour l'ampleur intacte de ces dissensions.


Du tableau brossé par le chef du bloc du Futur en quatre jours de témoignage devant le TSL sur les rapports de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri avec le régime syrien, l'ex-président Émile Lahoud, les services de sécurité libanais et le Hezbollah, on retiendra essentiellement que tout ce monde-là était étroitement associé dans une parfaite hostilité à l'égard de Hariri et que c'est dans un tel contexte que son assassinat a eu lieu. De là à suggérer que cette « coalition » serait effectivement coupable de son meurtre, il y a un pas que M. Siniora s'est naturellement abstenu de franchir lui-même de manière explicite, tout en fournissant à l'accusation les clés lui permettant, elle, de le franchir un jour.


La teneur des révélations faites par le député de Saïda, notamment au sujet de nombreuses tentatives d'assassinat qu'aurait entrepris le Hezbollah contre Rafic Hariri, suffisait donc à ramener au-devant de la scène le contentieux entre le courant du Futur et le parti de Dieu, et entre l'alliance du 14 Mars et le camp du 8 Mars. Il se trouve cependant que la prestation de M. Siniora à La Haye avait été précédée, en lever de rideau, par une campagne en règle menée contre lui par le 8 Mars et les médias qui lui sont proches. En gros, on a cherché à suggérer que le chef du bloc du Futur ferait désormais partie du club des « faucons » de cette formation, s'efforçant de saper les fondements du dialogue en cours avec le Hezb. À ce titre, il serait en train de régler des comptes avec le leader du Futur, Saad Hariri, ce dernier étant supposé être devenu, quant à lui, un « modéré ».


Des différences d'approche existeraient-elles au sein du courant haririen ou bien se trouverait-on devant un classique partage des rôles ? Aussi pertinente qu'elle soit, cette question a été reléguée au troisième plan par les développements survenus au cours des dernières trente-six heures au Yémen, après le coup de théâtre de l'intervention saoudienne contre la milice chiite des houthis et la rapide mise en place d'une vaste coalition arabe ou arabo-internationale en soutien à l'offensive de Riyad.


Le grave revers ainsi essuyé par le camp iranien, à l'heure même où d'aucuns en son sein commençaient déjà – assez prématurément, semble-t-il – à crier victoire, aura sans nul doute des retombées politiques et parfois militaires dans l'ensemble de la région, y compris naturellement au Liban. Déjà, les prises de position de part et d'autre de l'échiquier politique libanais au sujet de ce rebondissement majeur montrent clairement que le fossé continue de s'élargir.
Entre, d'un côté, les réactions de Saad Hariri, Walid Joumblatt et Marwan Hamadé, toutes élogieuses à l'égard de Riyad, et de l'autre celle du Hezbollah, qui s'est littéralement déchaîné contre le royaume saoudien, on voit mal ce qui, un jour, pourrait servir de dénominateur commun. La prestation embarrassée du ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, au Conseil de la Ligue arabe, hier à Charm el-Cheikh, illustrait la quadrature du cercle. Il est clair qu'avec cet épisode yéménite, l'avenir du Liban dépend plus que jamais de la victoire de l'un ou de l'autre des axes en présence dans la région.


Toujours est-il que pour le moment, de nombreux observateurs restent convaincus qu'en dépit des événements, le dialogue engagé entre le courant du Futur et du Hezbollah est appelé à survivre. C'est parce qu'il s'agit précisément d'un dialogue a minima que sa pérennité est plus ou moins assurée, estime-t-on. On ne sait pas encore de quoi parleront les protagonistes quand ils se rencontreront à nouveau, le 2 avril prochain, mais ils semblent toujours convenir de la nécessité de dissocier les éléments liés à la stabilité première du Liban, notamment sur le plan sécuritaire, des désaccords profonds qui les séparent.
Quant à l'autre dialogue, interchrétien, il paraît prendre une tournure plus capricieuse, ses contours se calquant sur les courbes des ego. Mais là aussi, les protagonistes assurent que les choses vont de l'avant. Une source politique informée des négociations en cours va même jusqu'à croire possible une rencontre au « sommet » Michel Aoun-Samir Geagea entre les « deux » Pâques, c'est-à-dire entre le 5 et le 12 avril.
Verra-t-on pour autant un déblocage de la présidentielle? Dix mois après le début de la vacance à la présidence, il n'y a toujours pas de réponse à cette question.

 

Lire aussi

Les digues de la fermeté, l'édito de Michel Touma

Pourquoi l'Arabie saoudite a-t-elle décidé d'intervenir militairement au Yémen ?

Une force arabe commune pour combattre... les alliés de l'Iran au lieu des jihadistes

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C'EST QUE LES LIBANAIS LE SENTENT DÉJÀ DANS LEUR PEAU...

OPTION POTION

S'il devait pleuvoir , on aurai vu des nuages auparavant . Ces conferences ne sont pas plus importantes aujourd'hui qu'elles ne l'avaient ete dans le temps , quand il s'agissait de parler de la Palestine . Ou alors concernant la puissance de l'Iran c'est comme la nature qui a peur du vide !

Le Faucon Pèlerin

L'honneur, où es-tu ? Jadis j'ai voté pour Louis Abou-Charaf parce qu'il y avait encore du "charaf" politique au Kesrouan. Maintenant nos quatre députés ne sont que des béni-oui-oui qui rampent derrière un parachuté qui rampe à son tour derrière le Hezbollah. Il avait à choisir entre le 14-Mars souverainiste et le déshonneur du retournement de veste, il a choisi le déshonneur !

Gebran Eid

ILS SONT ALLÉS TROP LOIN NOS MERCENAIRES IRANIENS ET SAOUDIENS. ILS SE SONT TROP ENRICHIS. ILS ONT TOUT VENDU LEUR ÂME, LEUR DIGNITÉ ET FIERTÉ. AU FOND D'EUX MÊME, ILS SAVENT QU'ILS ONT VENDU LE PAYS DE LEUR GRAND PÈRE. COMME QUELQU'UN QUI VEND SA MAISON À UN PRIX BRADÉ POUR ALLER JOUER AU CASINO ET PERD TOUT. REGARDEZ LE REGARD DE CE MERCENAIRE IRANIEN BASSIL. ON VOIT UN REGRET DANS SES EXPRESSION, MAIS HÉLAS C'EST TROP TARD.

Pierre Hadjigeorgiou

Comment peut on dialoguer entre deux idées du pays diamétralement opposées? Le Hezbollah veut transformer le pays en un satellite du Fakih, et les autres veulent un état indépendant, souverain et maître de soi. Si les partis du 8 Mars acceptaient le verdict des urnes il n'y aurai pas eu de probleme, mais vu qu'ils refusent de jouer le jeu démocratique en acceptant l'alternance si elle a lieu, quoi que soit le sujet du dialogue, s'il n'est pas basé sur l'accord du respect des institutions et de la constitution, il est vide de sens et ne fait que retarder l'explosion qui pointe a l'horizon.

Tabet Karim

Dialogue de sourds......et le bled vogue au gre de leurs caprices à ces c.....

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué