L’édito de Michel TOUMA

Les digues de la fermeté

L’édito
Michel TOUMA | OLJ
27/03/2015

Les amateurs de gymnastique cérébrale le savent pertinemment bien : dans un puzzle, toute pièce ne peut être perçue indépendamment du tableau global que l'on tente patiemment de reconstituer. De manière un tantinet similaire, l'offensive déclenchée dans la nuit de mercredi contre la milice yéménite pro-iranienne des houthis par une vaste coalition de pays arabes et islamiques, conduite par l'Arabie saoudite, ne saurait être dissociée de l'enjeu géopolitique de l'aventure guerrière et déstabilisatrice dans laquelle s'est engagée depuis plusieurs années la République des mollahs iraniens afin de se forger, manu militari, une place prépondérante sur l'échiquier du Moyen-Orient.
Du Yémen à la banlieue sud de Beyrouth, en passant par l'Irak, la Syrie, Bahreïn ou Gaza, Téhéran fait preuve d'une folle démesure dans ses ambitions régionales. Dans un contexte marqué par le double péril des tensions sunnito-chiites et des velléités d'hégémonie perses sur le monde arabe, la réaction des États dits modérés ne pouvait se faire attendre davantage. Menacée directement à ses frontières par le coup de force des miliciens houthis et leurs alliés, l'Arabie saoudite s'est, finalement, départie de sa légendaire prudence et de sa traditionnelle réserve pour lancer, pour la première fois dans son histoire contemporaine, une fulgurante offensive militaire « à l'américaine » (avec tout ce que cela signifie comme moyens « hollywoodiens » mis en œuvre) afin de juguler l'irrésistible expansion de l'influence iranienne.
Une évidence s'impose d'emblée dans le sillage de cette situation nouvelle : le profil (communautaire) de la coalition qui a lancé l'opération « Tempête de la fermeté » ne trompe personne. Et la cible, chiito-perse, est tout aussi évidente, comme l'illustre la décision du Soudan de fermer toutes les représentations et associations iraniennes sur son territoire, ou la position adoptée par le Pakistan qui a tenu à souligner hier soir qu'une éventuelle agression contre l'Arabie saoudite entraînera une riposte pakistanaise appropriée. Nous assistons de ce fait, bel et bien, à un véritable sursaut sunnite de dimension régionale. L'appui ou la participation de pays tels que l'Égypte, le Maroc, la Jordanie et la Turquie – en sus, évidemment, des pays du Golfe – à l'offensive dont le Yémen est le théâtre ne laisse planer aucun doute sur la portée sunnite de l'opération, parallèlement au contentieux arabo-perse né des appétits outranciers du régime des mollahs.
Mais au-delà de cette double dimension explosive, l'appui sans équivoque des États-Unis à l'offensive saoudienne, sur le double plan logistique et des renseignements, illustrerait un autre paramètre non moins stratégique : Washington aurait peut-être voulu transmettre, hier, aussi bien à Téhéran qu'à ses alliés arabes un message dont il ressort que la signature d'un accord-cadre avec l'Iran ne signifie pas nécessairement l'octroi d'un blanc-seing régional au pouvoir en place à Téhéran. Bien au contraire, l'administration US pourrait, après la conclusion de l'accord tant attendu, se montrer plus ferme, plus vigilante face à la République islamique, en limitant ses ardeurs débordantes, en imposant des garde-fous, des lignes rouges, à son élan moyen-oriental... Sans pour autant faire pencher radicalement la balance dans un sens ou dans l'autre. Histoire, sans doute, de créer un nouvel abcès de fixation dans la région, au risque de plonger l'ensemble du Moyen-Orient, et pour de nombreuses années encore, dans des conflits sans horizon mais s'inscrivant dans un double cadre déstabilisateur sunnito-chiite et arabo-perse.

À la une

Retour à la page "L'édito"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Soeur Yvette

Merci pour ces explications ca nous eclaire un peu ....

AIGLEPERçANT

La coalition des arabes+les pakis ?? hahahahaha.....
Ou en est on avec la riposte sur les bacteries qui ont immoles un pilote jordanien? ou en sommes nous avec la decapitation des 22 coptes et qui a fait reagir l'egypte contre les bacteries en lybie ??? c'est bon , c'est fini , on ne s'occupe plus des salafowahabites ?? alors on jubile a l'idee que les arabes des regimes democratiques (???) coalises vont reussir contre l'Iran democratique , parce qu'on a une reaction epidermique a tout ce qui touche les perses allies de Bashar et des resistants du hezb ? hahahaha !!!! en plus croire que les arabes coalises doivent s'unir contre babayahou et ses 40 voleurs et que c'est l'Iran qui les en empeche depuis 70 ans ??? what a mess !!!!! voila comment on fait reagir les profanes en leur servant du chiite/sunnite a chaud , mais qu'on decouvrira en fait que c'est une coalition chiite/sunnite des opprimes contre les serviteurs des sionistes qui les engraissent en leur faisant miroiter leur propre siege a ces affameurs de peuple qui verront bientot que la lutte sera beaucoup moins religieuse que ca .On aurait eu cet evenement 2 ans plus tot , les ricains auraient annules les reunions 5+1(+1) , mais on voit que c'est 2 choses separees comme le disent les ricains eux memes , donc je ne donne pas cher de la peau des bensaouds s'ils venaient a s'enfoncer , malgre leur coalition d'états tres democratiques , hahahaha ......Mr Touma , merci de m'avoir autant amuse , aujourd'hui !

Pierre Hadjigeorgiou

Bien vu et tout a propos. Les conflits provoqués par l’impérialisme Iranien a donné de l'eau au moulin des puissances qui vont en profiter pour garder la région dans une instabilité constante afin de contrôler et limiter l'essor de la violence terroristes des organisations musulmanes qui seront plus occupées a s’entre-tuer qu'a faire chier le monde. C'est bon pour le business aussi. Sinon, le compte a rebours a commencé et l'Iran va devoir descendre un peu plus le pantalon surtout au Liban, a Bahreïn et au Yémen. En Iraq et en Syrie ils les laisseront dépenser leurs sous et jouer aux Rambos au pire il partagerons les influences.

Tabet Karim

Excellente analyse à laquelle je souscris. "Check and balance" est une arme que les Americains utilisent parfaitement bien. Exciter les uns et les autres mais sans jamais permettre a l'un ou l'autre de reprendre le dessus. Ca promet pour les années a venir dans la region. Quant a chez nous, au bled, bonjour la stabilité.....

Halim Abou Chacra

Comme vous avez raison, M Touma d'écrire : "Du Yémen à la banlieue sud de Beyrouth, en passant par l'Irak, la Syrie, Bahrein ou Gaza, Téhéran fait preuve d'une folle démesure dans ses ambitions régionales". Il suffit en effet d'avoir un peu de bon sens et de réflexion pour voir nettement la folie et le fanatisme dont les mollahs d'Iran font preuve en lançant la provocation la plus arrogante et la plus insupportable au monde sunnite, à travers le coup d'Etat au Yémen de leurs agents et protégés, les Houthis. Je le disais hier, c'est l'impérialisme perse à la fois anachronique, aveugle et bête au XXIe siècle, qui profite immensément à Daech. On dirait que Téhéran fait là un jeu de complicité indirecte incroyable. Et plus encore : ce jeu est mené juste au moment où le monde arabo-musulman devrait s'unir et profiter de la sérieuse crise entre le fasciste gouvernement de Netanyahu et l'administration Obama, pour essayer d'obtenir le maximum de concessions d'Israel en faveur d'un Etat palestinien avec Jérusalem comme capitale ! C'est vraiment une immense irresponsabilité de ces mollahs iraniens.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.