X

À La Une

Les Américains forcés de redéfinir leur stratégie contre el-Qaëda au Yémen

Etats-Unis

La situation au Yémen "est un revers majeur" pour les États-Unis et l'Arabie saoudite, estime un ancien de la CIA.

OLJ/AFP
26/03/2015

Les États-Unis sont contraints de redéfinir leur stratégie face à el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa), pour éviter que le groupe extrémiste ne profite de la situation chaotique dans le pays pour revenir au premier plan.

En septembre encore, le président Obama présentait en modèle de stratégie anti-terroriste la coopération étroite entre Washington et Sanaa pour lutter contre Aqpa, la plus dangereuse des branches d'el-Qaëda. Les États-Unis formaient les forces de sécurité yéménites et utilisaient les renseignements des services de sécurité locaux pour frapper les chefs d'Aqpa avec leurs drones, à 107 reprises depuis 2002, selon un décompte de la fondation New America. Mais la prise de contrôle de la capitale Sanaa par les milices chiites des Houthis, la fuite vers le sud du pays du président Hadi et les affrontements qui s'y déroulent ont mis fin à cette coopération.

Les dernières troupes américaines au Yémen, une centaine de forces spéciales stationnées dans la base aérienne d'Al Anad dans le sud du pays, ont plié bagages juste avant le weekend. "Certainement, le départ de nos forces du Yémen rendra notre combat contre el-Qaëda au Yémen plus difficile, il n'y a aucun doute là dessus", a déclaré mardi le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone. Mais les États-Unis pourront continuer à frapper Aqpa malgré les évènements, a-t-il souligné. "Je ne veux pas préciser comment nous conduisons nos opérations de renseignement, comment nous collectons des informations (sur l'Aqpa), mais ne vous y trompez pas, nous conservons notre capacité de pourchasser et tuer les terroristes où qu'il se trouvent", a déclaré le colonel Warren.

 

(Lire aussi : Le Yémen au bord de la guerre civile)

 

Physiquement, les Américains disposent d'infrastructures à proximité du Yémen, comme à Djibouti, d'où ils peuvent mener des frappes aériennes. Mais les experts soulignent qu'il est beaucoup plus difficile de mener des frappes contre un ennemi sans avoir de relais dans le pays. Le Pentagone lui-même explique régulièrement que l'absence d'oreilles et d'yeux sur place est l'une des raisons pour lesquelles il est si difficile de marquer des points en Syrie contre le groupe État islamique (EI).

La situation au Yémen "est un revers majeur" pour les États-Unis et l'Arabie saoudite, estime Bruce Riedel, un ancien de la CIA qui a longtemps traqué les menaces extrémistes au Moyen-Orient. Les Etats-Unis n'ont plus qu'à utiliser "ce qu'il reste des forces du président Hadi" et à chercher "à obtenir toute l'aide qu'ils peuvent des voisins d'Arabie saoudite et du sultanat d'Oman, qui ont des liens avec les tribus" yémenites, estime t-il.
"D'un autre côté, s'il y a un groupe au Yémen qui est bien anti-el-Qaëda, ce sont les Houthis. El-Qaëda a attaqué leurs mosquées, leurs partisans", reconnaît-il également.

Pour Jon B. Alterman, chercheur au CSIS, les Américains ne doivent pas en tout cas "chercher la défaite" des milices chiites houthies, au risque de contribuer à la cristallisation d'un conflit larvé au Yémen mettant aux prises l'Iran et les pays du Golfe, Saoudiens en tête. "Les circonstances appellent à un accord courageux qui définit l'influence de tous, à l'intérieur et à l'extérieur du Yémen, et accorde un degré d'autonomie aux différentes populations du pays", a-t-il souligné. "Cela nécessite une entente entre les pays du Golfe, l'Iran, et des donneurs extérieurs", ajoute-t-il, en prévenant qu'un effondrement du Yémen "déstabiliserait tout le Golfe".

 

Lire aussi

« La rivalité régionale Riyad-Téhéran complique et amplifie le conflit au Yémen »

Reportage
Les cloches des églises de Aden restent silencieuses au milieu des tensions

Pour mémoire
Le président du Yémen proclame Aden "capitale"

« Le risque de partition du Yémen est plus fort que jamais »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants