X

À La Une

Les Kurdes s'emparent d'un fief de l'EI à Hassaké

syrie

L'opposition syrienne en exil et de l'intérieur s'entend sur une feuille de route.

OLJ/AFP
27/02/2015

Les combattants kurdes ont infligé vendredi une sévère défaite aux jihadistes du groupe État islamique (EI) en s'emparant d'une de leurs places fortes dans la province de Hassaké, dans le nord-est de la Syrie, selon une ONG.

"Les jihadistes se sont retirés sans grande résistance après que les forces kurdes épaulées par des combattants arabes de Jeich Sanadi (Armée des héros) sont rentrés à Tall Hamis", qui se trouve à un trentaine de km de Qamichli, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).
Les Kurdes occupent désormais une bande de territoire reliant Tall Hamis à la frontière avec l'Irak, pays où l'EI est bien implanté, ce qui gène les jihadistes dans leurs mouvements dans ce secteur.

L'Union démocratique kurde (PYD), principal parti kurde de Syrie, a affirmé dans un communiqué que sa branche armée, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), avait libéré Tall Hamis et les localités environnantes à la demande des villageois (arabes) qui voulaient se débarrasser de ces terroristes".

Cette victoire à Tall Hamis, aux mains de l'EI depuis plus d'un an, intervient après sept jours de combats avec le groupe jihadiste durant lesquels les YPG se sont emparés d'une centaine de villages et hameaux de la région.

 

(Lire aussi : En Irak, les Kurdes bloquent le retour d'Arabes dans des régions disputées)



Depuis le début des combats dans le secteur, au moins 175 jihadistes ont été tués dans les accrochages et les bombardements de la coalition internationale dirigée par Washington. Dans l'autre camp, 30 combattants kurdes et des rebelles ont été tués, dont un Australien, le premier Occidental à mourir en combattant avec les unités kurdes en Syrie.
Selon le Pentagone, la coalition a mené plusieurs raids jeudi dans la province de Hassaké, dont trois près de Tall Hamis.

Les jihadistes ont enlevé cette semaine 220 chrétiens assyriens au sud-ouest de Qamichli, dans une autre partie de la province de Hassaké, selon l'OSDH. Quelque 5 000 chrétiens assyriens ont ensuite fui ce secteur, se réfugiant à Qamichli et Hassaké, deux villes tenues par les forces kurdes et gouvernementales.

Jean Tolo, un responsable assyrien à Qamichli, a affirmé que le rythme des arrivées des déplacés s'était ralenti vendredi, après un grand afflux en début de semaine. "Nous offrons aux déplacés de la nourriture et tout ce dont ils ont besoin. Des médecins travaillent gratuitement pour faire face à tout cas urgent", a-t-il expliqué, précisant que 200 familles avaient trouvé refuge à Qamichli et 900 autres à Hassaké.

Les Assyriens, une communauté parmi les plus anciennes converties au christianisme, sont environ 30.000 en Syrie, soit 2,5% des 1,2 million de chrétiens du pays, et ils vivent en majorité dans la province de Hassaké.

 

(Repère : Les Assyriens, une communauté chrétienne récemment implantée en Syrie)

 

Toujours sur le terrain, au moins 18 personnes ont été tuées vendredi dans des raids aériens et un attentat à la voiture piégée dans deux localités rebelles au nord-est de Damas, a indiqué l'OSDH.
Onze personnes ont péri lorsqu'une voiture a explosé près d'une mosquée à Dmeir, à 40 km au nord-est de la capitale syrienne, tandis que sept autres, dont une femme et un enfant, ont été tués dans huit raids aériens de l'armée qui ont visé Merhej, à une dizaine de km de Damas.

Ces violences se sont déroulées dans la région de la Ghouta orientale, principal secteur rebelle dans la province de Damas, qui subit depuis plus d'un an un siège impitoyable de l'armée de Bachar el-Assad. Dans ce secteur situé à l'est de la capitale, des dizaines de milliers de civils sont affectés par les pénuries de nourriture et de médicaments.


Une feuille de route de l'opposition
Sur un autre plan, Les principales formations de l'opposition syrienne de l'intérieur et en exil ont annoncé vendredi être parvenues pour la première fois à un accord sur l'ébauche d'une feuille de route pour mettre fin au conflit qui entrera le mois prochain dans sa cinquième année et qui a fait plus de 210 000 morts.

Le document a été établi durant une rencontre cette semaine à Paris entre des représentants de la Coalition nationale syrienne en exil et du Comité de coordination nationale pour les forces du changement démocratique (CCND), principal regroupement de l'intérieur, toléré par le régime.

La feuille de route "spécifie que le premier objectif des négociations avec le régime d'Assad est d'établir un système pluraliste, démocratique et civil qui assure des droits et des devoirs égaux à tous les Syriens", a affirmé la Coalition dans un communiqué. Elle insiste sur la "nécessité d'un consensus régional et international pour faire aboutir les négociations".

Washington s'est félicité de la réunion de Paris. "Les efforts reflètent la volonté de l'opposition modérée d'aboutir, à travers un processus négocié basé sur le communiqué de Genève, à une Syrie démocratique, pluraliste et unifiée qui respecte l'Etat de droit et les droits des citoyens", a affirmé jeudi la porte-parole du département d'Etat Jen Psaki.

 

Lire aussi
"Bachar el-Assad ne peut pas être l'avenir de la Syrie"

Les sites archéologiques irakiens en danger après la destruction de trésors à Mossoul

"Jihadi John" démasqué, les services de sécurité britanniques mis en cause

Reprendre Mossoul : mission impossible ?

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants