Rechercher
Rechercher

La situation

En dépit de tout, la dynamique du dialogue reste la plus forte

« Nous luttons contre le retour du fantôme de la guerre civile. » De toutes les prises de position samedi de Saad Hariri, c'est peut-être la phrase qui résume le mieux les orientations politiques générales internes du chef du courant du Futur : la volonté de concorde, l'option en faveur du dialogue. D'évidence, les intérêts des deux courants politiques, pourtant si fortement opposés, se rejoignent sur la nécessité de préserver la stabilité et le dialogue en cours.

Cette option, le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah la confirmera très probablement aujourd'hui en évitant de répondre aux critiques adressées par Saad Hariri, samedi, à sa politique d'implication en Syrie, en particulier dans le Golan. M. Hariri l'avait qualifiée de « folie ».
Dans les cercles aounistes, on affirmait hier que le Hezbollah « comprend » que M. Hariri ne peut tenir un autre langage, aux yeux de ses partisans, et qu'en échange, M. Hariri « comprend » lui aussi très bien – trop bien ? – « l'équilibre des forces » dont le Hezbollah est l'un des facteurs irremplaçables.

(Lire aussi : Répondra, répondra pas aujourd'hui à Hariri ? Nasrallah entretient le suspense)

 

Realpolitik

Le Futur serait ainsi « condamné » à une « realpolitik » tout à fait éloignée de ses convictions intimes, que l'avalanche des témoignages devant le TSL confirme de jour en jour...
Par ailleurs, la volonté du 8 Mars de courtiser Saad Hariri – et d'ignorer son discours – se reflète aussi de nombreuses autres façons : par exemple, dans la présence à la commémoration du Biel de nombreuses personnalités du CPL et les vœux de bon retour que lui a transmis hier, par téléphone, le député Sleimane Frangié.

On ignore combien de temps le chef du Futur restera au Liban. Mais il y restera assez longtemps pour voir et remercier tous ceux qui se sont associés, politiquement, au souvenir de son père, assure-t-on. Hier, il a longuement rencontré Fouad Siniora et le mufti Abdellatif Deriane, et reçu notamment des appels de Tammam Salam, Nabih Berry et Robert Ghanem.
Du côté du Hezbollah, il y aurait en outre à la volonté d'apaisement des raisons proprement militaires. Avec plusieurs milliers de combattants engagés dans des combats cruciaux autour de Deraa et Kuneitra, en Syrie, le Hezbollah n'a pas intérêt à trop braquer sur lui les feux des projecteurs internes.

Geagea tire sur le Hezbollah

Profitant de ce profil bas, le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, n'a pas hésité à décocher une flèche au parti de Dieu, assurant samedi devant ses visiteurs que le Hezbollah et Daech sont « les deux faces d'une même monnaie ».
Mais s'il garde cette liberté de parole, le chef des Forces libanaises tient lui aussi très fort au dialogue de son propre camp avec le général Michel Aoun ; un dialogue qui est complémentaire à celui que mènent les formations sunnite et chiite.
Tant et si bien que la OTV a claironné hier que certains développements dans le dossier du dialogue entre FL et CPL « pourraient surprendre les plus optimistes ».

(Lire aussi : Les miraculés du Saint-Georges se souviennent de l’explosion qui a fait basculer leur vie)


Sommes-nous à la veille d'une rencontre entre les deux leaders chrétiens? C'est très possible. En tout état de cause, la OTV a souligné hier d'un gros trait de marqueur orange le fait que Samir Geagea n'ait pas tardé plus de 24 heures après son retour d'Europe, pour dépêcher Melhem Riachi auprès d'Ibrahim Kanaan. Les deux hommes, apprend-on, se sont longuement retrouvés à Rabieh, samedi, et auraient apporté, en présence de Michel Aoun, la touche finale à la déclaration d'intention (souveraineté, rapports avec l'environnement régional) qu'ils préparent, comme aux étapes proprement politiques qui vont la suivre : présidence de la République, loi électorale et même gouvernement postélectoral. Il ne manquerait plus, sur ce plan, que le paraphe final de Samir Geagea. Le proche avenir dira si cet optimisme est justifié.
En tout état de cause, le climat international est favorable à une élection sans tarder d'un président de la République, comme vient de le rappeler le secrétaire d'État américain John Kerry.

Le gouvernement

Par ailleurs, la semaine politique sera marquée par les conséquences du congé forcé accordé par Tammam Salam au gouvernement, qu'il a congédié jeudi dernier sans lui donner de nouveau rendez-vous. M. Salam a consulté samedi Nabih Berry à ce propos. Va-t-on en revenir à un fonctionnement normal du Conseil des ministres, conforme à l'article 65 de la Constitution ? De toute évidence, il le faudra pour en finir avec les crocs-en-jambe que les ministres ne cessent de se poser les uns aux autres, transformant les séances du Conseil des ministres en séance de troc, puisque les décisions y sont prises à l'unanimité, à titre extraordinaire, en raison de l'absence du chef de l'État chrétien.

(Lire aussi : Dix ans après, Damas de nouveau dans le collimateur de la justice internationale)


Il y a lieu de noter que c'était hier le premier anniversaire de la formation de ce gouvernement « de nécessité ». La OTV, encore elle, qui rapportait l'information, y a ajouté que la mise en congé forcé du gouvernement pourrait avoir pour but de faire passer en douce la prorogation, par le ministre de la Défense, Samir Mokbel, du mandat du général Mohammad Kheir, secrétaire général du Conseil supérieur de défense, dont les fonctions venaient normalement à expiration fin février.
Le véritable but de cette façon de faire, selon la télévision, serait de paver la voie à une autre prorogation : celle du directeur général des FSI, Antoine Basbous, qui doit faire valoir ses droits à la retraite fin mai. Selon la télévision, le couplage de ces deux prorogations pourrait provoquer une grave crise gouvernementale.


Lire aussi

Dix ans après, la chronique de Nagib Aoun

Rafic Hariri ou l'autre islam, l'article d’Élie Fayad

D'horreur et d'espérance, l'article de Michel Hajji Georgiou

Beyrouth, l'amnésique, a du mal à se souvenir de ses blessures


« Nous luttons contre le retour du fantôme de la guerre civile. » De toutes les prises de position samedi de Saad Hariri, c'est peut-être la phrase qui résume le mieux les orientations politiques générales internes du chef du courant du Futur : la volonté de concorde, l'option en faveur du dialogue. D'évidence, les intérêts des deux courants politiques, pourtant si fortement...

commentaires (6)

CORRECTION ! MERCI : ".... un bête bâton-bambou ou un caillou dans l'intention de poursuivre, avec d'autres moyens moins préhistoriques n’est-ce pas...."

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

07 h 49, le 18 février 2015

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • CORRECTION ! MERCI : ".... un bête bâton-bambou ou un caillou dans l'intention de poursuivre, avec d'autres moyens moins préhistoriques n’est-ce pas...."

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    07 h 49, le 18 février 2015

  • LA DYNAMIQUE ! ET LE DIALOGUE ???

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    21 h 18, le 17 février 2015

  • Le dialogue avec qui ? Avec l'Iran via le Hezbollah ? Vous appelez cela un dialogue ??? Lier le Liban aux histoires nucléaires de l'Iran n'aboutira jamais à une solution rapide dans le marasme libanais Par ailleurs, le Hezbollah, allié aux syriens sous contrainte iranienne, ne donne aucune possibilité de discussion sur les problèmes libanais Le Hezbollah, vivement associé aux syriens dans l'assassinat de Rafic Hariri provoque automatiquement une relation antinomique dans la discussion Tant que le Hezbollah se comporte en état dans l'état, dictant sa loi au peuple libanais, il n'y aura jamais de solutions concrètes et rapides aux difficultés libanaises Le Hezbollah est un véritable cancer pour le Liban et dans le domaine politique il n'existe pas de chimiothérapie Notre pays est embarqué dans un long calvaire Israel, l'Iran,la Syrie, le Hezbollah, la Russie, les USA, c'est beaucoup trop d'intervenants pour un si petit pays et soumis à la destruction massive dès que le Hezbollah voudra jouer les gros bras contre Israel, Que feront les 5.000 miliciens du Hezbollah combattant en Syrie rentrant (peut-être) au Liban ? Ils seront massés au Sud du Liban et taquineront l'armée israélienne, alors, bonjour les dégâts !

    FAKHOURI

    09 h 05, le 16 février 2015

  • PRIMAUTÉ AU DIALOGUE ! SI LE YÉMEN N'EST PAS LE LIBAN... LE LIBAN AUSSI N'EST PAS LE YÉMEN... IL RESTE QUE LE HEZBOLLAH N'EST PAS UNE ORGANISATION DE CANNIBALES COMME CELLES DES TAKFIRISTES... ET CHEZ QUI LA RAISON PEUT PRÉVALOIR !!! ON N'A PAS VU DES CHIITES COMMETTRE LES CRIMES ABJECTS DES HORDES TAKFIRISTES TOUTES ISSUES MALHEUREUSEMENT DU SUNNISME...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 56, le 16 février 2015

  • Décidément ce pays se trouve dans un "dilemme de Salomon" : "partager l'enfant en deux" c'est à dire sacrifier cet enfant disputé entre les deux femmes ou se résigner à une autre solution. Le Liban c'est cet enfant. Le dilemme est s'engouffrer dans la guerre civile la plus meurtrière de son peuple et la plus destructrice dans tous les sens, en conséquence des aventures guerrières irresponsables de l'incorrigible Hezbollah ou se résigner à un "dialogue" pour au moins éviter le pire. Hariri choisit la deuxième alternative pour le moment.

    Halim Abou Chacra

    07 h 03, le 16 février 2015

  • Depuis que le Libanais(h) eut la judicieuse idée de ramasser un bête bâton-bambou ou un caillou dans l'intention de poursuivre, avec d'autres moyens n’est-ce pas, l'examen de la divergence de vues qui le séparait d'un semblable et autre Libanais(h) à sa "belle" image, on n'a jamais cessé de déplorer la guerre, de la dénoncer, de la vomir et.... de la faire. Eh oui ! C'est pourquoi, malgré la formidable décharge émotionnelle qui a marqué ce week-end.... de la Saint valentin mahééék au Bièèèl, malgré ces longs poncifs et ces salamalecs dans lesquels, ce n'est pas si fréquent, les "amateurs experts" avaient rejoint les "experts professionnels" ; malgré le cœur qui bat plus vite et l'espoir qui luit comme un brin de paille ou de chïîîîr, il faut continuer à se dire qu’après toutes ces dizaines d’années définitivement perdues, yâ hassértéhhh, Rien n'est encore joué pour cette ferme-bled. Mais bon, disons, yîîîh, "à la grâce de dieu" ; et n’challâh, yâââï, yâ allâh !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    03 h 15, le 16 février 2015