Rechercher
Rechercher

Parfum d’avenir

Jusqu'à preuve du contraire et à moins que les Hébreux ne viennent touiller le merdier, le parti barbu et le courant barbichu ont tout l'air de se la couler douce à l'ombre d'une lune de miel programmée, mais dont la consommation tarde à se concrétiser au vu des dysfonctionnements érectiles de leurs encéphalogrammes respectifs sur les sujets de fond. Ne reste alors que le subsidiaire du secondaire négligeable. Ce qui n'est pas peu puisque les deux protagonistes ont décidé de desserrer la mâchoire sur le poignard suspendu entre leurs dents, et de mettre un terme au concours « ma binette partout » en torchant les murs de leurs quartiers de leurs slogans niais et de leurs trombines peu ragoûtantes.

Idem pour le courant Agrume et les Fleus, dont les comiques troupiers ont repris langue, mais sans aucune connotation sexuelle, vu qu'à ce stade, ils en sont encore aux préliminaires des préambules préalables... Leurs deux patrons, qui ne sont plus des perdreaux de l'année mais avec encore toutes leurs dents, patienteront bien un brin pour voir s'il y a de l'espoir au fond du bavoir, avant de se jeter l'un sur l'autre comme des malades.
Une chose est sûre, ces deux papotages parallèles entamés avec une discrétion de rosière ont momentanément occulté les miasmes qui se dégagent de la décharge de Naamé. Et ce n'est même pas un changement de sujet, le passage de la ménagerie politique aux ordures ménagères se faisant en douceur et quasiment dans le même parfum.
En effet, lorsque les Libanais répugnent à gérer le mélange de leurs remugles, lorsque maronites, sunnites, chiites et druzes veulent traiter chacun à part leurs propres ordures, ce n'est pas demain la veille qu'ils s'entendront sur des sujets plus hygiéniques.
La décharge de Naamé aura été finalement le seul laboratoire actif de solidarité communautaire. Voilà sans doute pourquoi les Israéliens ne s'aviseront jamais de la bombarder en profondeur. Les effluves tenaces d'unité nationale qui s'en échapperaient pourraient les soûler.

gabynasr@lorientlejour.com

Jusqu'à preuve du contraire et à moins que les Hébreux ne viennent touiller le merdier, le parti barbu et le courant barbichu ont tout l'air de se la couler douce à l'ombre d'une lune de miel programmée, mais dont la consommation tarde à se concrétiser au vu des dysfonctionnements érectiles de leurs encéphalogrammes respectifs sur les sujets de fond. Ne reste alors que le subsidiaire du...

commentaires (7)

Une chronique de Gaby Nasr sans Istiz Nabeuh, n'est pas une véritable chronique. A vendredi prochain, Inchallah !

Un Libanais

20 h 47, le 30 janvier 2015

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Une chronique de Gaby Nasr sans Istiz Nabeuh, n'est pas une véritable chronique. A vendredi prochain, Inchallah !

    Un Libanais

    20 h 47, le 30 janvier 2015

  • Ah ...! j'avais oublié ...! je suis Gaby ...! lol;

    M.V.

    13 h 30, le 30 janvier 2015

  • Humour, amour pour la patrie , degout des politiciens encore une belle fresque de Gaby . Merci

    Sabbagha Antoine

    13 h 00, le 30 janvier 2015

  • Bravo Mr Baby Nasr , je salut votre humour et votre retenu ...pour nous avoir privé du descriptif ....du traitement du lixiviat local.....

    M.V.

    11 h 41, le 30 janvier 2015

  • LA MERDE... ET LES MERDIERS... SUPERBE! FORMIDABLE !

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    09 h 22, le 30 janvier 2015

  • C'est depuis que l'Istiz l'a inventé en 2006 que ce "dialogue" est maintenu par le "parti barbu" "aux préliminaires des préambules préalables". Pendant que lui accumule ses victoires divines et ses libérations de Jérusalem. Rien qu'en Syrie, conjointement avec l'armée du petit Hitler, clles-ci sont déjà innombrables. Tant innombrables que Daech et al-Nosra -pour notre plus grand malheur- viennent l'en "remercier" au Liban même.

    Halim Abou Chacra

    05 h 04, le 30 janvier 2015

  • Merci Gaby NASR !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    03 h 53, le 30 janvier 2015

Retour en haut