Rechercher
Rechercher

À La Une - Réseaux

Qui se cache derrière l'as des prophéties sur Twitter en Turquie?

Fuat Avni affirme avoir pour seule mission de révéler les "sales affaires" du gouvernement.

Fuat Avni, source énigmatique de prophéties sur Twitter, qui avait annoncé à l'avance les arrestations de journalistes dimanche. REUTERS/Murad Sezer.

Opérations de police éventées ou menues révélations sur le président Erdogan : toute la Turquie se demande qui se cache derrière Fuat Avni, source énigmatique de prophéties sur Twitter, qui avait annoncé à l'avance les arrestations de journalistes dimanche.

"Demain, il y aura une opération", a-t-il posté dès jeudi sur son compte @fuatavnifuat, suivi par plus de 672 000 abonnés. La police va arrêter 400 personnes, dont 147 journalistes, ajoutait le message, avec un lien vers un site faisant la liste des journalistes de médias critiques envers le pouvoir qui devaient être interpellés.

Dans les faits, les raids ont eu lieu dimanche, et non vendredi, dans treize villes dont Istanbul. Et la police anti-terroriste n'a arrêté "que" 27 personnes, principalement des journalistes, dont Ekrem Dumanli, le rédacteur en chef de Zaman, l'un des grands quotidiens en Turquie. Avni a affirmé affirme que son tweet avait obligé le gouvernement à repousser son opération de deux jours, et à arrêter moins de personnes que prévu.

 

(Lire aussi : Erdogan : "Ce que pourrait dire l'UE nous est parfaitement égal")

 

Cette source mystérieuse a avancé que l'opération représentait une revanche du parti AKP islamo-conservateur au pouvoir, un an après un coup de filet anti-corruption lancé dans l'entourage de Recet Tayyip Erdogan. Alors Premier ministre, l'actuel président avait dénoncé "une sale opération" de son ex-allié Fetullah Gülen, exilé aux États-Unis. Ce dernier coup de filet parachevait une série d'opérations policières contre les partisans de M. Gülen, chacune prédite par Avni.

 

Un 'cœur charitable' contre le 'tyran'
Personne ne connaît son identité ni ses sources d'information. Mais ses tweets ne font rire personne dans les cercles officiels. "Je trouve qu'ils sont un peu dangereux", a commenté le vice-Premier ministre Bulent Arinc. Le gouvernement a tenté de fermer son compte à plusieurs reprises, en vain jusqu'à présent.

Qui est Avni? Un proche conseiller du président Erdogan, d'après certains. D'autres évoquent un membre des services secrets ou de la CIA, qui chercherait à déstabiliser le pays. D'autres encore pensent qu'il fait partie du groupe des journalistes pro-Gülen, qui disposent d'un excellent réseau de contacts. Des esprits fantaisistes ont même imaginé qu'il pourrait s'agir de la propre femme de M. Erdogan, Emine, qui accompagne le président en permanence.

 

(Lire aussi: En Turquie, la lutte à mort contre "l'Etat parallèle" se poursuit, implacable)

 

A l'appui de cette dernière thèse, il est vrai qu'Avni poste à l'occasion des messages plus légers sur la vie privée du président, ses repas, ses insomnies, le costume qu'il portera le jour suivant, souvent vérifiés dans les faits. Mais Avni réfute tout lien avec Gülen, et affirme avoir pour seule mission de révéler les "sales affaires" du gouvernement "jusqu'à ce qu'il tombe". C'est ce qu'il a déclaré en juillet, toujours par l'intermédiaire du même réseau social, au site américain Vocativ.

Son style unique plaît à ses "followers" (abonnés) parce qu'il maîtrise les ressorts du suspense, et parce qu'il donne aux adversaires du régime l'espoir d'une chute prochaine du gouvernement. Il n'hésite pas à s'en prendre directement au président Erdogan, qu'il qualifie sans relâche de "tyran":

"Ne soyez pas pessimistes ni désespérés, ce sont les pièges d'une fausse dynastie en perdition", a lancé dimanche celui qui se présente comme un "cœur charitable". "Le roi est nu. Tu es nu mais tu n'es pas un roi. Tu es un tyran", a-t-il aussi posté à l'attention de l'homme fort du pays.

 

Lire aussi

Le Parlement turc adopte une loi renforçant l'emprise du régime sur la justice

La Turquie entière en parlait, mais personne ne l'avait vu...


Opérations de police éventées ou menues révélations sur le président Erdogan : toute la Turquie se demande qui se cache derrière Fuat Avni, source énigmatique de prophéties sur Twitter, qui avait annoncé à l'avance les arrestations de journalistes dimanche.
"Demain, il y aura une opération", a-t-il posté dès jeudi sur son compte @fuatavnifuat, suivi par plus de 672 000 abonnés....

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut