X

Économie

Le Libanais flambeur, idée reçue ou réalité ?

Liban - Conférence

Une rencontre a été organisée hier au Salon du livre francophone autour du livre « Les Libanais et l'argent », l'occasion de se pencher sur les comportements de consommation et de dépenses des Libanais.

07/11/2014

Le Libanais est-il réellement un flambeur, ou voitures de luxe et autres richesses apparentes cachent-elles une autre réalité ?
C'est la question soulevée par les résultats de l'enquête nationale « Les Libanais et l'argent » présentée hier par Lamia Bissat, directrice de l'Institut des finances Basil Fuleihan au Salon du livre francophone de Beyrouth. Comment les Libanais gèrent-ils leur argent au quotidien ? Prévoient-ils un budget ? Savent-ils combien ils dépensent ? Anticipent-ils leur avenir ? Si l'enquête menée a confirmé certaines idées reçues, une seconde lecture des résultats révèle la timide émergence d'une gestion plus rationnelle des dépenses, notamment chez les femmes.
« Il faut se méfier des apparences, a prévenu Nada Chaoul, professeur à la faculté de droit de l'Université Saint-Joseph, lors de la présentation des résultats de l'enquête. « Le goût des Libanais pour les belles choses, leur réelle générosité, leur tendance à aimer l'ostentatoire peut donner l'impression d'une richesse qui n'est pas toujours la réalité. »

 

Le Libanais, insouciant ?
Selon les résultats de l'enquête, la moitié des Libanais ne savent pas combien ils ont dépensé au cours de la semaine écoulée, tandis que 47 % des individus n'essaient même pas d'épargner.
« L'étude confirme la difficulté des Libanais à se projeter dans l'avenir, a poursuivi Nada Chaoul. Comment leur en vouloir lorsque l'on vit dans un pays où il est impossible de savoir de quoi le lendemain sera fait ? Pourquoi prévoir l'avenir si l'appartement que l'on a passé une vie à acheter peut brûler en une seule explosion ? Le Libanais préfère vivre au jour le jour et ne pas se priver de nuits folles au SkyBar. »
Près du tiers des Libanais avoue se faire plaisir en effectuant des achats « superflus » avant même de couvrir les besoins primaires, révèle l'étude. « Encore faut-il définir ce qui est superflu de ce qui ne l'est pas, a nuancé le professeur. Dans une maison libanaise, un salon flamboyant peut souvent cacher des chambres à coucher vétustes. Si l'Européen aime se faire plaisir en voyageant ou en consacrant une partie de son salaire à des loisirs, le Libanais pour être heureux a besoin de le montrer. »


Pour Nada Chaoul, ce phénomène est le propre d'une société en conflits dont la survie des individus dépend de la défaite des autres. « Le mode de consommation des Libanais n'est qu'un reflet de ses luttes politiques », a-t-elle estimé.
En l'absence d'État providence, les Libanais s'en remettent à la famille comme bouclier financier, comme le montrent les résultats de l'enquête. Près de 53 % des Libanais ont recours à la famille ou aux amis pour joindre les deux bouts. « Le plan de vieillesse des Libanais, c'est leurs enfants, a ironisé le professeur. Ils investissent dans leurs études en espérant un jour que ces derniers leur rendront la pareille. »


Nassib Ghobril, économiste en chef à la Byblos Bank, a de son côté souligné que 68 % de Libanais ne sont pas disciplinés dans l'établissement d'un budget. « Près de 74 % des ménages empruntent pour joindre les deux bouts », s'est-il exclamé. L'économiste a souhaité lancer un appel à la sensibilisation des ménages quant à leur façon de dépenser.
« Beaucoup trop de Libanais utilisent la carte de crédit comme un bonus ou une sorte de rallonge du salaire et sont surpris à la fin du mois en découvrant les taux d'intérêt, s'est-il indigné. Il est de la responsabilité des ménages de savoir quelles sont leurs ressources et ce qu'ils peuvent se permettre de dépenser ou non. »
L'économiste a rappelé que les créances douteuses s'étaient élevées à 2 milliards de dollars cette année et « continueront d'augmenter tant que la crise économique perdurera ».
Plus inquiétant, 69 % des personnes interrogées ne savent pas que la CNSS (Caisse nationale de Sécurité sociale) ne fournit pas de programme de retraite et 41 % confondent les indemnités de fin de service et le plan de retraite. « Les Libanais pour assurer leur vieillesse ne peuvent compter que sur le secteur privé », a tenu à rappeler Nassib Ghobril.
« Cette enquête ne fait que confirmer la segmentation de la société libanaise via la consommation des ménages », a conclu Nada Chaoul.

 

Lire aussi
Mariages au Liban : fastes de cour et somptueuses cérémonies

Le mal-être de la jeunesse libanaise : une émancipation manquée

À l'université aussi, la crise économique se fait ressentir

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

"Réalité", et comment ! Il se prive même de tous les plaisirs de la vie (bonne alimentation, voyages etc.), juste pour qu'il puisse frimer !

Michele Aoun

C'est tres vrai... Les statistiques ne sont pas etonnantes!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DEPUIS TOUJOURS LES LIBANAIS ÉTENDENT LEURS PIEDS BIEN HORS DE LEUR MATELATS... É LA2 HAL BEIT ZGHIR... WLIK CHOU BI OULOU IL 3ALAM IZA 3ARABITI SGHIRÉ... É MA BDAKHIN ILLA CIGAR... MA BICHRAB ILLA CHIVAS REGAL... MA B2ISS CHA3RI ILLA 3IND FLÉN... 3AYB CHOU 3AM IT OUL ANA BIDDÉ IDFA3 3AN IL KILL ! ET L'ADAGE DIT : IL 3ANZÉ IL JIRBENÉ MA BTICHRAB ILLA MIN RASS IL 3EYN...

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué