Rechercher
Rechercher

Décryptage

Pas encore de compromis régional à l’horizon...

Nouveaux combats à Ersal, avancée de l'État islamique (EI, ex-Daech) en Syrie, contacts infructueux en Irak pour la formation du gouvernement : la région tout entière semble au bord d'un volcan. La lueur d'espoir qu'a constituée la soudaine visite du ministre adjoint des Affaires étrangères iranien, chargé du monde arabe, à Riyad ne s'est pas encore concrétisée et les sources proches des deux camps ne débordent pas d'enthousiasme à ce sujet. Elles estiment qu'un accord entre les deux pays n'est pas encore en vue, même dans le cadre de « la grande bataille contre l'EI », déclenchée officiellement par les États-Unis et consacrée par le Conseil de sécurité de l'Onu.

Des sources libanaises proches du 8 Mars estiment à cet égard qu'en dépit des déclarations officielles, la position des pays du Golfe, dont l'Arabie et le Qatar, reste ambiguë au sujet de l'EI.
Selon ces sources, l'argent continue d'affluer dans les caisses de l'EI, en provenance des pays du Golfe, notamment le Koweït, le Qatar et l'Arabie, sachant que le million de dollars quotidien gagné par ce groupe grâce à la vente du pétrole, via la Turquie, suffit à peine à acheter les munitions, l'EI ayant besoin d'autres revenus pour assurer la survie de l'État islamique qu'il a fondé. Selon les sources proches du 8 Mars, l'origine de la pensée takfiriste vient d'ailleurs de l'Arabie, dont plusieurs milliers de combattants ont rejoint l'EI. D'ailleurs, la récente attaque contre un bâtiment sécuritaire officiel saoudien, dans la ville de Charoura à la frontière avec le Yémen, a montré à quel point l'esprit takfiriste est bien implanté dans le royaume.

Selon les quotidiens saoudiens, les membres du commando sont saoudiens, même s'ils sont venus par le Yémen pour faire sauter le bâtiment, dans un attentat-suicide spectaculaire. Malgré cela, les ulémas dans les mosquées n'ont pas condamné cette attaque. Aujourd'hui, les autorités saoudiennes exercent de fortes pressions sur les ulémas dans une tentative de les pousser à promouvoir la « modération », décrétée par le roi Abdallah dans son dernier discours à la nation. Elles ont même annoncé l'arrestation d'une dizaine d'ulémas qui ne se sont pas conformés à cette injonction, mais lorsque la presse saoudienne annonce l'arrestation d'une dizaine d'ulémas, c'est qu'il y en a beaucoup d'autres qui sont dans la même situation, mais les autorités cherchent à leur faire peur. Par exemple, aux Émirats arabes unis, les autorités ont carrément ordonné aux ulémas qui prêchent dans les mosquées de s'inspirer de la doctrine d'al-Azhar en Égypte, au lieu de la ligne religieuse wahhabite. C'est dire combien « le mal takfiriste » est bien ancré au sein de la hiérarchie religieuse saoudienne et au sein de la base populaire. Même chose au Koweït, où des manifestations pro-EI ont eu lieu, et en Jordanie, où la province de Maan est quasiment acquise aux thèses extrémistes.

Les sources proches du 8 Mars estiment ainsi que ces pays ont joué avec le feu en laissant ce phénomène s'amplifier chez eux, dans le but de mobiliser les jeunes pour qu'ils aillent combattre contre le régime syrien de Bachar el-Assad et contre le gouvernement irakien de Nouri al-Maliki. Tout le monde s'est mis de la partie pour un forcing contre ces deux régimes sans penser aux risques internes et à la menace que pourrait constituer ce phénomène pour ces pays eux-mêmes et pour l'ensemble de la région. Tout cela avec l'indifférence bienveillante des États-Unis. Même lorsque l'EI a pris le contrôle de Mossoul, aussi bien les pays du Golfe que la Turquie et les États-Unis ont réagi mollement. Ils ont commencé à réaliser l'ampleur de la menace lorsque les combattants de l'EI se sont approchés d'Erbil au Kurdistan et lorsqu'ils se sont approchés de la frontière avec l'Arabie (ils ne sont plus séparés du royaume wahhabite que par une centaine de kilomètres de désert) et de celle avec la Jordanie, où ils ont pris le contrôle du poste-frontière. Immédiatement, le roi Abdallah d'Arabie a d'ailleurs dépêché des émissaires aux tribus installées dans la zone proche de la frontière avec l'Irak pour leur enjoindre de combattre l'EI au cas où il songerait à entrer sur le territoire saoudien. C'est à partir de ce moment que la communauté internationale et les pays du Golfe ont commencé à réagir et à réclamer une alliance pour la lutte contre le terrorisme. Mais même aujourd'hui, les positions restent ambiguës.

 

(Lire aussi: Obama peut-il vaincre l'État islamique en s'en tenant à sa doctrine ?)

 

Les sources proches du 8 Mars sont convaincues que tant que les fonds continueront à affluer vers l'EI cela signifiera que la guerre contre ce groupe n'est pas sérieuse. Même la résolution 2170 du Conseil de sécurité qui condamne l'EI ne prévoit pas un mécanisme de lutte contre ce phénomène. Il s'agirait encore d'une position de principe qui ne s'est pas vraiment concrétisée. D'une part, parce que dans les pays du Golfe, cet esprit est largement implanté et qu'il faut du temps pour le combattre et, d'autre part, parce que certains États régionaux et internationaux continuent à croire que l'EI, s'il est contenu, peut être utile dans la lutte contre l'Iran et ses alliés dans la région. Tant que cette idée continuera à prévaloir, précisent les sources du 8 Mars, il y a peu de chances d'aboutir à des compromis qui seraient de nature à soulager la région. L'heure des solutions, au Liban et ailleurs, n'a donc pas encore sonné. Reste à savoir si l'EI pourra être contenu ou bien s'il lancera une nouvelle attaque-surprise là où on ne l'attend pas.

 

Lire aussi
Hollande : Nous avons décidé de livrer des moyens opérationnels à l'armée libanaise, en liaison avec Riyad

La première partie de l'aide américaine promise à l'armée arrive aujourd'hui


Nouveaux combats à Ersal, avancée de l'État islamique (EI, ex-Daech) en Syrie, contacts infructueux en Irak pour la formation du gouvernement : la région tout entière semble au bord d'un volcan. La lueur d'espoir qu'a constituée la soudaine visite du...

commentaires (8)

C'est du top au point de vue analytique! Scarlett for présidainte!!

Ali Farhat

00 h 01, le 30 août 2014

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • C'est du top au point de vue analytique! Scarlett for présidainte!!

    Ali Farhat

    00 h 01, le 30 août 2014

  • Je me delecte a te lire chere Scarlett . Continue dans la voie de la logique et de la verite laquelle tu nous as habitués

    Hitti arlette

    19 h 24, le 29 août 2014

  • Toujours vouloir a persister dans une direction n'est plus du journalisme cela s'appelle du propagandisme . .. Je me rapelle aussi qu'au mois de septembre un important diplomate français vas visiter Damas lol, svp arrêter de prendre le peuple pour des brebis ... Si vraiment daech est une émanation des pays que vous citer pq il n'ont pas apparut bien plus tôt ke cela justement pendant la débandade us en irai par exemple .... Mettre sur les autres qlq chose est facile surtout quand on veut pas voir la réalité en face quand la révolution en Syrie a commencer on ne comptais pas des islamiste parmis les rang des rebelle ( sauf dans les prisons d'assad ) ... Aller un peu de courage et regarder la réalité en face !!!

    Bery tus

    14 h 23, le 29 août 2014

  • C'est bien vrai que "le mal takfiriste est bien ancré au sein de la hiérarchie religieuse et de la base populaire" en Arabie saoudite et d'autres pays du Golfe. La manifestation hier du mufti d'Arabie qualifiant les combattants de l'Etat islamique - EI (ex-Daech) de "pervertis ennemis de l'islam" n'est point suffisante. Un travail de longue haleine bannissant nommément et spécifiquement le takfirisme d'autres religions, confessions et sectes, est nécessaire dans ces pays. De même en ce qui concerne le financement de cette organisation criminelle de l'EI et similaires. Mais il est nécessaire de nous arrêter tous à l'extraordinaire interview à L'OLJ ce jour du professeur Jean-Pierre Filiu, ayant pour titre "Plus longtemps on garde Assad, plus dangereux devient Baghdadi". Le professeur dit en somme que sans la tyrannie de Damas, il n'y aurait ni Daech ni Etat islamique ni Baghdadi. C'est la vérité absolue. Lisons et relisons bien son intrview.

    Halim Abou Chacra

    12 h 09, le 29 août 2014

  • Ce qui est intéressant, voire amusant, c'est de reprocher l'attitude américaine quelle que soit la stratégie : intervention ou pas. Par ailleurs, il ne faut pas confondre la participation au financement du terrorisme (s'il fallait retenir cette notion) lorsque cela émane d'un gouvernement ou de quelques particuliers fortunés comme c'est le cas avec les groupuscules islamistes dans le monde arabe et ailleurs. Enfin, le métier de journalisme ne consiste pas à rapporter des sources de manière automatique mais à effectuer des analyses

    Olivier Georges

    10 h 51, le 29 août 2014

  • Ce que vous dites est extremement sense... C'est a croire que l'Amerique - avec ses allies dans le Golfe - veulent qu'un Etat islamique soit instaure au Proche-Orient pour faire la sale besogne a leur place... Comme vous le dites si bien, l'Amerique n'a pas bouge le petit doigt devant toutes les exactions commises par l'EI, sauf quand ses miliciens se sont rapproches d'Erbil. C'est grave cette avancee de Daech en Syrie et en Irak et peut-etre au Liban (?)! L'avenir reste sombre et inconnu...

    Michele Aoun

    09 h 18, le 29 août 2014

  • On peut analyser à l’infini les causes, la doctrine sous-jacente, mais ils sont aux frontières, pour nous protéger il est légitime de faire un pacte avec le diable lui-même si nécessaire

    Bahijeh Akoury

    09 h 12, le 29 août 2014

  • DU BARATIN PUISÉ AUX SOURCES HUITISTES ! LES CAUSES ÉTANT LES EXACTIONS ET CRIMES CHIMIQUEMENT, ET AVEC PARTENARIAT, COMMIS. TOUT LE RESTE N'EST QUE DÉTAIL !!!

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    07 h 59, le 29 août 2014