Rechercher
Rechercher

À La Une - Moyen-Orient

Les Kurdes progressent en Irak, l'EI avance en Syrie

Les groupes armés non contrôlés par l'Etat n'ont rien à faire en Irak, déclare Abadi.

 

Un pershmerga brandit le drapeau kurde lors d'un déploiement intensif à Jalawla, ville que les troupes kurdes cherchent à reprendre à l'EI, le 22 août 2014. REUTERS/Stringer

Les forces kurdes irakiennes gagnaient du terrain lundi en Irak sur les jihadistes de l'Etat islamique (EI, ex-Daech) qui ont en revanche enregistré une importante victoire en Syrie voisine en s'emparant d'un aéroport militaire stratégique.

Le gouvernement irakien fait face depuis le 9 juin à une offensive de l'EI, un groupe sunnite extrémiste qui s'est emparé de territoires dans cinq provinces du pays, entraînant la fuite de dizaines de milliers de personnes.

Les forces kurdes peshmergas, appuyées par l'aviation irakienne, ont réussi lundi à reprendre trois villages au nord-est de Bagdad, dans la province de Diyala, ainsi que l'une des routes principales utilisées par l'EI pour transporter combattants, matériel et vivres. Les troupes kurdes sont en outre sur le point de contrôler toutes les entrées de la ville de Jalawla, qu'elles cherchent à reprendre à l'EI depuis deux semaines. "Jalawla est stratégique car c'est une porte d'entrée pour Bagdad" a déclaré à l'AFP Shirko Merwais, haut responsable d'un parti politique kurde. L'Irak "mène des frappes aériennes et les peshmergas (...) des combats au sol", a-t-il ajouté.

 

"Coopération historique"
"Au début, la coordination entre les peshmergas et le gouvernement irakien était faible, mais maintenant que le danger que représente d'EI est devenu plus important, elle est bien meilleure", a souligné Shirko Merwais. Bagdad a décidé début août d'appuyer la contre-offensive des peshmergas, un mouvement rare de coopération illustrant la gravité de la situation.

Suite à un entretien téléphonique, le vice-président américain Joe Biden et le chef des Kurdes Massoud Barzani "ont convenu de l'importance de continuer la coopération historique en cours entre les peshmergas et les forces de sécurité irakiennes", a déclaré la Maison Blanche dimanche.

Les Kurdes, toujours soutenus par l'aviation irakienne, ont également réussi à repousser deux assauts sur la ville majoritairement chiite de Touz Khourmatou, à 175 km au nord de Bagdad, après avoir repris dimanche la zone de Qaraj, au sud-est de Mossoul (nord), première ville tombée aux mains des insurgés le 10 juin et leur place forte depuis.

Dimanche, le ministre irakien des Affaires étrangères a appelé la communauté internationale à aider son pays à lutter contre les jihadistes. L'Irak "a besoin d'aide et de soutien de la part de tout le monde", a déclaré Hoshyar Zebari lors d'une conférence de presse.

 

Outre la menace jihadiste, Bagdad doit également apaiser les tensions confessionnelles attisées par une attaque ayant fait 70 morts vendredi contre une mosquée sunnite dans la région de Diyala qui avait entraîné des heurts entre sunnites et chiites. Alors que cette attaque a été attribuée à une milice chiite, le Premier ministre désigné Haïdar al-Abadi a affirmé que les groupes armés devaient rester "sous la direction de l'Etat", saluant néanmoins leur rôle dans la lutte contre les jihadistes. Lundi, un attentat suicide contre une mosquée chiite dans l'est de Bagdad a encore fait 11 morts.

 

 

En Syrie
De l'autre côté de la frontière, en Syrie, l'EI a en revanche enregistré une importante victoire en prenant dimanche l'aéroport de Tabqa, dernier bastion du régime de Bachar el-Assad dans la province septentrionale de Raqa. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a fait état de 541 morts, dont 170 soldats tués pour la seule journée de dimanche, depuis le lancement mardi de l'assaut des jihadistes contre l'aéroport.


L'EI, qui affronte en Syrie à la fois les rebelles et le régime de Bachar el-Assad, a proclamé fin juin un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak.

 

(Lire aussi : Ces responsables musulmans qui dénoncent l'Etat islamique)

 

Suite à l'exécution sommaire du journaliste américain James Foley, les Etats-Unis ont durci ces derniers jours leur rhétorique envers les jihadistes, condamnant une "attaque terroriste" et annonçant une réponse puissante qui pourrait s'étendre à la Syrie, malgré la menace de l'EI de tuer un second otage américain si les raids se poursuivaient. Depuis le 8 août, Washington a mené plus de 90 frappes contre l'EI dans le nord de l'Irak et reste déterminé à poursuivre ses raids.

"Si vous vous en prenez à des Américains, nous irons vous chercher où que vous soyez", a déclaré Ben Rhodes, conseiller adjoint à la sécurité nationale du président américain, cité par le Wall Street Journal. Un responsable militaire américain a déclaré au même quotidien que la préparation de frappes contre des "objectifs très importants", comme des personnalités de l'EI, pourrait prendre entre "une heure à une semaine".



Lire aussi
Comment expliquer la vague de barbarie qui frappe le Proche-Orient aujourd'hui ?

Les jihadistes lient la survie des otages libanais au retrait du Hezbollah de Syrie

 

Repères
Tout ce qu'il faut savoir sur l'Etat Islamique

Les dates-clés de l'offensive de l'Etat islamique en Irak

Qui contrôle quoi en Syrie ? La réponse cartographiée


Les forces kurdes irakiennes gagnaient du terrain lundi en Irak sur les jihadistes de l'Etat islamique (EI, ex-Daech) qui ont en revanche enregistré une importante victoire en Syrie voisine en s'emparant d'un aéroport militaire stratégique.
Le gouvernement irakien fait face depuis le 9 juin à une offensive de l'EI, un groupe sunnite extrémiste qui s'est emparé de territoires dans cinq...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut