X

Comment expliquer la vague de barbarie qui frappe le Proche-Orient aujourd’hui ?

Comment expliquer la vague de barbarie qui frappe le Proche-Orient aujourd’hui ?

Analyse

« Nous nous guérissons de la violence subie par la violence qu'on fait subir à l'autre », explique le psychanalyste Chawki Azouri.

25/08/2014

Sommes-nous devant le retour à l'ère de la barbarie ? De Gaza à Bagdad, en passant par Raqqa et Mossoul, le Proche-Orient est frappé actuellement par une vague de violence indescriptible. Une violence née d'une frustration et d'une haine si fortes, et qui dépasse tout entendement.

La région semble tourner dans un cercle vicieux : en Irak, la chute du régime dictatorial de Saddam Hussein a entraîné la montée en puissance des chiites longtemps opprimés. Ces derniers, une fois au pouvoir, ont à leur tour marginalisé les sunnites qui se sont insurgés contre le gouvernement de Bagdad, sous la houlette des jihadistes de Daech. En Syrie, la population majoritairement sunnite se rebelle contre le régime dictatorial de Bachar el-Assad. S'ensuit une répression sanguinaire qui se transforme en guerre civile qui a fait, trois ans plus tard, plus de 180 000 morts. Le conflit israélo-palestinien fête près de 70 ans de guerre sans entrevoir le bout du tunnel. D'une guerre à une autre, les morts se multiplient, la vengeance et la haine entre les deux peuples aussi.

(Repère : Tout ce qu'il faut savoir sur l'Etat Islamique)


Comment expliquer ce schéma qui se perpétue d'une génération à l'autre ? Comment expliquer cette violence inhumaine et barbare qui inonde les réseaux sociaux et les télévisions ? Bien que rien ne puisse justifier ces atrocités, le pourquoi reste une question légitime pour mieux comprendre l'irrationnelle barbarie des protagonistes.

Le psychanalyste libanais Chawki Azouri explique la violence par une « impossibilité d'élaborer quelque chose avec des mots, et que la passivité devient une obligation ». Il donne l'exemple d'une enfant qu'on emmène chez le dentiste et qui subit passivement la douleur ou tout au moins la frayeur. « En revenant à la maison, cette enfant refait la même expérience traumatisante à sa poupée », affirme Chawki Azouri, ajoutant : « Pour comprendre ce mécanisme, l'identification à l'agresseur est le seul moyen éprouvé par l'enfant pour s'en sortir du traumatisme qu'elle a subi chez le dentiste dans un état de passivité. »

Guérir la violence par la violence

Selon lui, « le mécanisme est très simple : ce que nous avons subi d'une manière passive est insupportable. Par l'identification à l'agresseur, nous devenons nous-mêmes agresseurs. Nous nous guérissons de la violence subie par la violence qu'on fait subir à l'autre ».

Ce qui explique d'une certaine manière cette violence inconcevable que le Proche-Orient est en train de vivre actuellement. Ainsi, les chiites en Irak refont les mêmes erreurs du pouvoir baassiste. Ils font subir aux sunnites les mêmes discriminations qu'ils ont eux-mêmes subies sous le régime de Saddam Hussein. Pour se venger, les insurgés sunnites, guidés par les jihadistes de l'État islamique (ex-Daech), s'acharnent contre les autres communautés. Même les chrétiens. Faut-il rappeler les exactions des forces américaines dans la prison d'Abou Ghraib ? Les humiliations subies par les partisans sunnites du Baas de la part de l'armée américaine suffisent amplement à alimenter la haine contre les chrétiens.

(Lire aussi : L'impasse politique, plus que "les convictions idéologiques", pousse les Syriens vers l'Etat islamique)


Le schéma est identique en Syrie où la population est prise en tenaille par les forces de Bachar el-Assad et ses « chabbiha », d'une part, et une opposition divisée en milices et jihadistes qui s'entretuent aussi, d'autre part. Entre la haine d'un régime sanguinaire et la peur engendrée par un repli identitaire, le pays s'enfonce dans une violence inextricable où l'anéantissement de l'autre est le but ultime des protagonistes.

Chawki Azouri revient en outre sur le conflit israélo-palestinien. Selon lui, le peuple israélien est assez éduqué, les Israéliens sont intelligents. Comment peuvent-ils faire subir aux Palestiniens ce qu'eux-mêmes ont enduré ? « Il y a ainsi une violence insupportable subie dont on ne peut sortir qu'en la faisant subir aux autres. Ou alors cette violence se retourne contre soi-même. »
Le psychanalyste revient sur la notion de culpabilité du survivant. « C'est un symptôme-syndrome qu'on a pu observer chez les juifs qui ont survécu dans les camps de concentration. Ils se sabotaient eux-mêmes. Ils se faisaient violence à eux-mêmes de différentes manières : en manquant par exemple un contrat important ; en ayant la possibilité de réussir quelque chose, ils se mettaient en état d'échec juste avant ; une IVG chez une femme qui aurait pu ne pas avorter... »

Une violence extrême

L'exemple le plus poignant est celui de Bruno Bettelheim, auteur notamment de Psychanalyse des contes de fées. Psychologue célèbre, fondateur de l'école de Chicago et survivant de l'Holocauste, il s'est suicidé par asphyxie de la même manière dont ses parents sont morts. « C'est pour dire que même un psychanalyste comme Bruno Bettelheim n'a pu dépasser sa culpabilité du survivant qui illustre une violence extrême dont ne peut sortir sauf par l'exercice de la violence sur autrui ou sur soi-même allant jusqu'au suicide », explique le psychanalyste.

(Lire aussi : Ces responsables musulmans qui dénoncent l'Etat islamique)


Cet éclaircissement à lui seul ne suffit pas à analyser les atrocités commises par les groupes jihadistes en Syrie et en Irak. Un autre facteur joue également un rôle prépondérant. C'est l'appartenance à un groupe dans un contexte particulier, à savoir l'absence de l'État.

Chawki Azouri explique : « Quand on hypnotise quelqu'un en lui demandant d'aller tuer, l'hypnotisé ne peut pas le faire, contrairement aux idées reçues. Au moment où il s'approche de la victime pour obéir aux ordres, sa conscience morale, le sur-moi, lui interdit de tuer ».
En groupe, la situation devient différente. Le moi s'efface complètement. « Sous hypnose collective, lui disant que la victime potentielle l'a trahi, a pris ses biens, a tué ses proches, etc., l'instinct grégaire devient plus fort que le sur-moi et la conscience morale, et l'individu pourrait ainsi faire collectivement ce qu'il n'a pas pu faire individuellement », affirme Chawki Azouri.

Nazisme, chabbiha, milices...

Quand la loi de la jungle prédomine, c'est le groupe, la bande, le gang les plus forts, les plus terrifiants, qui s'imposent pour survivre, qu'ils soient motivés par une idéologie nationaliste, religieuse, tribale ou autre. Dans ce contexte, la liste est longue : les nazis en Allemagne, le conflit en ex-Yougoslavie récemment en Europe, le génocide des Tutsis par les Hutus au Rwanda, les Khmers rouges au Cambodge, etc.
C'est tout à fait le cas en observant les exactions des milices pendant la guerre libanaise et irakienne, celle des chabbiha en Syrie, des jihadistes dans l'État islamique, du Hamas à Gaza, etc.

(Lire aussi : Les jeunes Britanniques attirés par les groupes extrémistes)


Y a-t-il un moyen de sortir de cet engrenage de la violence ?
« L'exemple principal d'un travail de mémoire relativement réussi s'est passé en Afrique du Sud », explique Chawki Azouri. Selon lui, « on a remarqué dans ce pays que le fait de proposer aux anciens tortionnaires d'éviter un tribunal classique, mais d'être condamnés symboliquement par un tribunal spécial, a permis d'identifier ces personnes et de les présenter devant la justice. Ces tortionnaires ont donc reconnu, même si c'était parfois malgré eux, qu'ils ont torturé le fils d'un tel ou le mari d'une telle, etc. En reconnaissant de tels actes, ils ont demandé pardon aux familles de leurs victimes. Le pardon demandé par ces anciens tortionnaires ne pouvait être obtenu qu'après la reconnaissance des méfaits, des tortures et des assassinats. Et les familles des disparus acceptaient de leur pardonner ».

Faire le deuil

Le psychanalyste raconte en outre que « pendant toute cette période, le plus grand signe de violence a été un crachat qu'une mère a lancé au visage du tortionnaire de son fils qui reconnaissait ses agissements et demandait pardon ».

De ce fait, on peut se demander si le fait qu'un tortionnaire ayant reconnu ses méfaits, ses meurtres, ses assassinats et demandé pardon à une famille pourrait suffire à diminuer quantitativement le volume de la violence. Pour répondre à cette question, il faut l'analyser du point de vue du deuil.
L'impossibilité du deuil qui a frappé une communauté déterminée durant une guerre, une période dictatoriale, l'occupation d'une armée étrangère joue un rôle important.

(Lire aussi : Islamisme ou autoritarisme ? Ni pile ni face !)


Chawki Azouri explique : « Dans le deuil, la première chose que nous éprouvons pour le mort, c'est de la haine. C'est cette dernière qui va nous permettre de faire notre deuil. Comment ? Au début, on éprouve de la haine, et le deuil nous empêche d'en prendre conscience parce qu'il y a un mort, la vue du cadavre, la réalisation de la mort réelle. Par la suite, la prise de conscience de cette haine envers la personne disparue va m'emmener à m'en vouloir de lui en vouloir... et donc je rentre en tant qu'endeuillé dans un cercle vicieux qui ne se termine qu'après l'épuisement de cette ambivalence, à savoir le rapport amour-haine envers le mort qui se traduit à merveille par les rites mortuaires qui ont bien saisi cette période d'ambivalence dans le deuil : trois jours, une semaine, 40 jours, une année. »

Que se passe-t-il si on a un mort ou un disparu dont on ne connaît pas la raison de la mort, dont on ne connaît pas l'assassin ?
« Je ne peux pas en vouloir à mon mort ! Je ne peux en vouloir qu'à l'assassin de mon mort. Tant que j'en veux à son assassin, je ne peux pas entrer dans mon deuil. Si je n'entre pas dans mon deuil parce que je ne hais pas le mort, mais son assassin, je serai comme un mort-vivant. Voilà en quelques mots toute la mécanique de l'histoire. »

Ainsi, pour revenir au cas sud-africain où une mère a craché sur l'assassin de son fils, que s'est-il passé ? En lui disant que c'est lui l'assassin, le tortionnaire a soulagé la mère du poids d'un deuil inaccompli : à partir d'aujourd'hui, elle sait qui a tué son fils, et elle peut le haïr et faire son deuil.

(Portrait : Abou Bakr al-Baghdadi, entre la barbarie de ses actions et l'ubiquité de ses silences)

Contribution extérieure

Pour sortir de ce cercle vicieux de la vengeance, Chawki Azouri propose de revenir sur un texte écrit par Sigmund Freud à Albert Einstein et intitulé « Pourquoi la guerre ? ». Dans cette lettre, le père de la psychanalyse propose, pour pouvoir arrêter la violence sur un plan mondial, la mise en place d'une force internationale qui puisse intervenir d'une manière juste et équilibrée. En gros, il faut la contribution d'un pouvoir extérieur coercitif plus fort que celui des protagonistes.
On peut ainsi se poser aujourd'hui la question de savoir que si l'Occident, avec à sa tête les États-Unis, avait frappé le régime de Bachar el-Assad il y a un an, on n'aurait pas pu éviter ce bain de sang quotidien avec ces dizaines de milliers de morts depuis un an ainsi que l'émergence de l'État islamique.
Ensuite, il faut élaborer, sans copier ce qui s'est passé en Afrique du Sud, un processus juridique qui relève du pardon et de la réconciliation.

Barbarie vs humanité

Enfin, Chawki Azouri se penche sur cet état de barbarie dans lequel est noyée la région. Ce qui caractérise la violence aujourd'hui, c'est le fait qu'elle a perdu toute humanité.
Le psychanalyste s'indigne face aux violences perpétrées contre les convois funéraires. Il se rappelle ainsi les frappes israéliennes contre une foule qui enterrait un proche lors de la guerre de 2006 ou bien contre un cimetière à Gaza récemment. Ou bien des kamikazes qui se font exploser dans des mosquées en Irak. Ou bien l'exhibition par les jihadistes des têtes décapitées sur les places publiques...
Il y a trois tabous qui désignent anthropologiquement le début de l'humanité et donc du dépassement de la barbarie : l'inceste, le parricide et l'enterrement des morts.
« On a commencé par enterrer les morts pour ne plus les manger parce que le cannibalisme prévalait dans une perspective tout à fait barbare : par exemple, manger son ennemi après l'avoir tué pour prendre sa force. Aujourd'hui, on revient à une période où il n'y a aucun respect pour les morts, on a l'impression de retourner à l'état de barbarie », conclut-il.


Lire aussi

Daech, une menace pour le monde, selon des rapports américains, l'éclairage de Scarlett Haddad

Les jihadistes prennent le dernier bastion du régime dans la province de Raqqa

Eclairage

Le califat, un rêve pour les islamistes

À la une

Retour au dossier "Comment expliquer la vague de barbarie qui frappe le Proche-Orient aujourd’hui ? "

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES TYRANS ET LES DESPOTES SANGUINAIRES BARBARES, QUE PERSONNE N'AVAIT ÉLUS, ONT APPELÉ LES SANGUINAIRES BARBARIES...

CBG

La réaction à une violence subie dépend toujours des conséquences subies....si c'est votre argent qui est touché vous penserez à le gagner ailleurs ou à aller voler...mais quand c'est un être humain cher qu'on vous enleve.....cela ouvre la voie à des multitudes de réactions dites non civilisées mais humaine puisque c'est l'être humain qui est en est capable ...

stambouli robert

Ne pensez vous pas que c'est une question d'education?

Apprendre aux jeunes enfants de hair l'autre pour quelque raison que ce soit, meme la plus valable, entraine psychologiquement ces enfants a devenir plein de haine aupres d'autrui et a les massacrer ou du moins a leur faire le plus de mal possible quand l'occasion se presente

Seule la reconciliation met un terme a la folie meurtriere des hommes mais la frustration du passé doit aussi etre combattue. Lybie: que de morts depuis que khazafi est parti/ Yemen, Syrie,Somalie,Irak que d'example de sauvagerie pour aucun resultat positif reelement

laissons les psychanalistes faire leurs etudes, le resultat est connu : seul la paix entre les gens et les nations pourra arretter ces folies

LA PREUVE: L'ALLEMAGNE< LE JAPON en paix en Europe et avec les USA depuis la fin de la deuxieme guerre mondiale
C'EST LE SEUL EXAMPLE A SUIVRE et cela malgre toutes les horreurs qu'on commis ou subis ces pays

M.V.

Nous somme retourné à la conquête islamique divine du 14 siècle ...le kalachnikov en plus ...donc ...la mentalité de ceux qui ont un seul livre entre les 2 oreilles n'a pas changé ...la grande difficulté , c'est de demander à Vladimir Bartol ...de réécrire son livre Alamut en version sunnite....!

Robert Malek

Il y a quelques jours, le Vatican avait déclaré être pour une intervention militaire contre l'EI et nous avions réagi en disant que le pape ne devrait pas prendre de telles positions. Malheureusement, les événements montrent bien que le fanatisme est en train de gagner du terrain partout du simple fait que la violence appelle la violence et que ce sont les idéologies les plus radicales et les plus obscures qui l'emportent, le terrorisme étant l'arme absolue. Ce qui rend extrêmement difficile le fait de prendre position et de donner son avis sans être taxé, à tort, de pro-truc ou anti-machin. Depuis le temps que l'on débat ici, certains persistent à considérer que si on est contre le boucher de Damas, le Hezbollah ou le Hamas, cela signifie qu'on est systématiquement du côté d'Israël ou, pire encore, du côté de la vermine de l'EI. Qu'ils continuent à se ridiculiser tant que ça ne tue pas.

Bahijeh Akoury

et alors? les arméniens, pourquoi ils n'ont pas réagi de la sorte?

Sabbagha Antoine

Avec tout notre respect pour les psychologues , ne compliquons pas trop les choses , les cheikhs musulmans et dignitaires devront trouver une nouvelle plateforme pour condamner et juger les terroristes et réconcilier sunnites et chiites sur une nouvelle base moderne d’entente .

Halim Abou Chacra

J'ai un grand respect pour Dr Chawki Azouri et ses (psych)analyses. Je me permets d'observer qu'il aurait été souhaitable qu'il s'étende davantage sur "la motivation par l'idéologie religieuse" de la violence, qu'il mentionne. S'il n'y avait pas le fanatisme religieux des extrémistes et colons juifs de la "Judée et de Samarie", la paix aurait été possible entre Israel et les Palestiniens. De même sans la fanatisme des extrémistes islamistes qui croient fermement qu'il faut imposer le nom d'Allah par le sabre, il n'y aurait pas des Daech. Et ainsi de suite.

Bustros Mitri

Pour reprendre l'élément de la violence passive subie citée dans l'article, de l'impuissance dans laquelle se trouve l'individu qui d'elaborer une réponse autrement que dans la violence, peut-etre faudrait-il souligner, aussi, quelque chose qui semble aller de soi aujourd'hui, alors qu'il n'est pas évident: la deconstruction de l'homme dans le monde occidental, porté loin par le vecteur de la mondialisation, la dissolution au nom du progrès et de la paix sociale, de facteurs identitaires, et qui prends pour certains jeunes sur le plan du vécu, non seulement de la région, mais aussi de jeunes issus de sous-groupes vivant au sein des populations occidentales , l'allure d'une véritable violence culturelle. Un vague déferle sur le monde d'aujourd'hui, habillée de succès technologique, de promesses économiques universelles, un modèle unique de développement , ne se posant meme plus la question de sa légitimité, qui intime au monde de le suivre, sans délai, sous peine d'etre laissé-pour-compte, et écrase partout les modèles et croyances culturelles des pays sur lesquels il s'abat. Comment, sinon expliquer par cette violence silencieuse, insurmontable, que nombre de ceux qui ont baigné, grandi , produits eux-meme du système, aillent chercher très loin parfois, dans la violence la plus primaire, la quête insensée d'une réponse impossible sur place.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué