X

À La Une

Maliki cède le pouvoir, l'ONU adopte des mesures contre les jihadistes

irak

Accord au sein de l'UE en faveur des livraisons d'armes aux Kurdes irakiens.

OLJ/AFP
16/08/2014

Le Premier ministre irakien sortant Nouri al-Maliki a finalement accepté de céder le pouvoir, sous la pression d'une communauté internationale soucieuse de voir un gouvernement capable de contrer la progression fulgurante des jihadistes.

A New York, l'ONU a adopté une résolution ciblant les jihadistes en Irak et en Syrie tandis que l'Union européenne affirmait cautionner la livraison d'armes aux Kurdes face à la progression fulgurante de l'Etat islamique (EI) en Irak.

La résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, adoptée vendredi à l'unanimité, vise à empêcher le recrutement et le financement des jihadistes en Irak mais aussi en Syrie, un pays en proie à la guerre où les jihadistes sunnites de l'EI se sont emparés également de plusieurs régions et sont accusés de commettre des atrocités.
Il s'agit de la mesure la plus concrète et la plus étendue prise à ce jour par le Conseil face à l'avancée de l'EI. Le texte est placé sous le chapitre VII de la Charte des Nations unies, ce qui permet de recourir à des sanctions, voire à la force, pour le faire appliquer mais n'autorise pas pour l'instant d'opération militaire.
La résolution réclame le désarmement et la dissolution immédiats de l'Etat islamique (EI) ainsi que du Front al-Nosra en Syrie, et des autres formations liées à el-Qaëda.

Parallèlement, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, réunis en urgence vendredi sous la pression de la France, se sont mis d'accord à Bruxelles sur la livraison d'armes aux forces kurdes qui combattent l'EI dans le nord de l'Irak.

La progression des jihadistes en Irak a poussé début août des dizaines de milliers de personnes, appartenant notamment aux minorités chrétienne et yazidie, à la fuite après la chute de plusieurs villes proches du Kurdistan autonome.

 

(Reportage : "Je suis peut-être en sûreté maintenant, mais j'ai perdu mon âme dans cette fuite")

 

"Pas historique"
Face à cette avancée foudroyante et l'incapacité des forces gouvernementales à la stopper dans un pays miné par les divisions, les pressions internes et internationales se sont accrues sur M. Maliki, pour le pousser à céder le pouvoir. Ses détracteurs l'accusent d'avoir alimenté le chaos, surtout la montée en force des jihadistes, en menant une politique autoritaire excluant la minorité sunnite dans un pays majoritairement chiite.

Lâché par ses alliés américain et iranien, des membres de son propre bloc chiite et la plus haute autorité religieuse chiite du pays, M. Maliki a annoncé jeudi soir qu'il renonçait à un 3e mandat, cédant le pouvoir au Premier ministre désigné Haïdar al-Abadi, membre du même bloc politique appelé à former un gouvernement d'union.

La décision de M. Maliki a été qualifiée de "grand pas en avant" par les Etats-Unis et de "pas historique" par l'ONU.
Elle a été aussi saluée en Irak. Son départ est "un pas positif pour mettre fin à la crise", estime Salah Abou al-Qassem, un habitant de Bagdad, même s'il considère "qu'ils (MM. Maliki et Abadi) sont de la même école".

 

(Repère : Le bon, la brute et le truand ?)

 

Tribus sunnites contre l'EI
Au lendemain de son départ, d'importantes tribus sunnites ont pris les armes vendredi dans la province d'Al-Anbar frontalière de la Syrie (ouest) contre les insurgés, a affirmé cheikh Abdeljabbar Abouricha, un chef tribal.
Le général Ahmed Saddak, de la police d'Al-Anbar, a fait état du soutien des forces de sécurité gouvernementales à ce mouvement, affirmant: "Nous n'arrêterons pas avant la libération d'Al-Anbar", où les insurgés contrôlent plusieurs secteurs depuis janvier.

Depuis le 9 juin, l'EI s'est également emparé de pans entiers du territoire au nord de Bagdad rencontrant quasiment aucune résistance des forces armées. Fort de ses succès en Irak et en Syrie, il a proclamé un califat à cheval entre les deux pays sur les zones qu'il contrôle et où il est accusé de persécution des minorités, d'exécutions sommaires et de viols.
Encore vendredi, des jihadistes ont fait exploser un lieu de culte chiite et exécuté publiquement un muezzin de Jalawla, au nord de la capitale, selon des témoins et le chef de la police régionale.

 

(Reportage : À Lourdes, les chrétiens d'Irak implorent la protection de la Vierge)


Il y a une dizaine de jours, ce groupe extrémiste a avancé vers la région autonome relativement calme du Kurdistan (nord) chassant des dizaines de milliers de membres des minorités chrétienne et yazidie (kurdophone et non musulmane) de leurs villes. Les forces kurdes dépassées tentent, non sans grande peine, de les freiner.

Pour leur venir en aide ainsi qu'aux déplacés yazidis assiégés par les jihadistes, les Etats-Unis, dans leur premier engagement militaire en Irak depuis le retrait de leurs troupes fin 2011, ont lancé le 8 août des frappes aériennes dans le Nord.

Vendredi, les Etats-Unis ont annoncé qu'un drone avait détruit deux véhicules de l'EI au sud de la ville de Sinjar.
Washington a aussi envoyé des armes aux combattants kurdes.
A la faveur des raids, le président Barack Obama a annoncé jeudi que le "siège de l'EI a été brisé" dans les monts Sinjar, où avaient trouvé refuge des dizaines de milliers de Yazidis. Il n'y en aurait aujourd'hui plus qu'entre 4.000 et 5.000, selon le Pentagone.

Lire aussi
Maliki, seul contre tous, le point de Christian Merville

Haïdar al-Abadi : de l'exil au poste de Premier ministre

« À Mossoul, 700 femmes yazidies ont été vendues sur la place publique à 150 dollars pièce... »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

UNE ARMÉE INTERNATIONALE CONTRE LE TERRORISME ANTHROPOPHAGE... Où LES PAYS ISLAMISTES COMPOSERAIT
LA PART DU LION... S'IMPOSE !

Halim Abou Chacra

Et quand notre Maliki va-t-il imiter le Maliki de l'Irak renonçant à son ambition qui bloque, paralyse et désintègre le Liban, menacé par les mêmes jihadistes ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants