X

Liban

Bou Saab promet aux bacheliers une solution le lendemain du Fitr

Liban
OLJ
24/07/2014

Face à des bacheliers inquiets de ne pouvoir intégrer les universités à la prochaine rentrée universitaire, rassemblés hier en signe de protestation devant les locaux du ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, le ministre Élias Bou Saab a réitéré sa promesse de trouver une solution à leur problème d'ici à la fête du Fitr. Cette promesse intervient alors que les enseignants, entraînés par le Comité de coordination syndicale et par son président Hanna Gharib, poursuivent leur mouvement de grève et refusent formellement de corriger les examens officiels du bac et du brevet. Elle devrait concerner les 45 000 bacheliers, aussi bien ceux qui poursuivront leur éducation universitaire au Liban que ceux qui envisagent de partir pour l'étranger.
Mais en quoi consiste cette solution ? Rien n'est moins clair pour l'instant, car le ministre de l'Éducation refuse de révéler son plan. Il indique toutefois à L'Orient-Le Jour qu'il doit « assumer (ses) responsabilités ». « Le premier jour qui suit la fête du Fitr, je dois me réunir une nouvelle fois avec le Comité de coordination syndicale, je dévoilerai alors ma solution pour que les élèves puissent s'inscrire à l'université », affirme-t-il, laissant entendre que les tractations n'ont pas encore abouti.

 

(Pour mémoire: Sans bac, pas d'université pour 45 000 élèves, mais Bou Saab promet une solution)


Quoi qu'il en soit, il semble toujours hors de question de distribuer des attestations aux élèves, au cas où ces derniers ne recevraient pas leur diplôme de fin d'études secondaires. « Les attestations risquent de porter atteinte au niveau de l'enseignement au Liban », leur a-t-il dit lors d'une réunion, en présence du directeur général de l'Éducation, Fady Yarak. « Il est impensable que ceux qui ont bûché dur soient traités comme ceux qui n'ont pas étudié », a-t-il ajouté à ce propos. Il préfère donc envisager « des solutions plus responsables ». M. Bou Saab est également soucieux de respecter le droit des enseignants. Après avoir écouté les doléances des élèves, il a précisé qu'il ne chargera personne d'autre que les enseignants grévistes de corriger les épreuves d'examens. « Il n'est pas non plus question d'organiser des corrections sans l'accord de l'intersyndicale », a-t-il encore dit.

 

Pour mémoire
Siniora au CCS : Vous aurez vos droits, mais il faut préserver la stabilité

François Bassil affirme craindre pour la stabilité financière du pays

CCS : Pas de stabilité sociale sans grille des salaires

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Des messages indirects entre la Syrie et des pays arabes résonnent à Beyrouth

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué