X

Campus

Des étudiants libanais proposent une solution à la pénurie d’eau

Libre cours
05/04/2014

Leur idée, nommée Re-H20, est née dans le cadre d'un concours visant à résoudre le problème de raréfaction de l'eau qui menace le monde en général et les pays du Moyen-Orient en particulier. Oudey Hamadeh, Nisrine Hammoud, Abed Sherkawi, David Kors, Radwan Othman et Omar Itani ont conçu un procédé « simple à réaliser » et « peu coûteux » qui permet de récupérer et d'épurer l'eau de condensation générée par les appareils de climatisation.

« Au lieu de jeter l'eau condensée des climatiseurs, nous la recueillons à l'aide de tuyaux ; elle est ensuite nettoyée et stockée dans des réservoirs avant d'être acheminée vers les robinets pour utilisation directe par les ménages », explique Oudey Hamadeh, 20 ans, étudiant en deuxième année de gestion des affaires à l'Université libano-américaine (LAU). Une invention qui a valu aux étudiants libanais le premier prix de l'édition 2013 de la compétition Sci-preneurship, une épreuve qui s'est déroulée à Amman, en Jordanie, l'été passé et qui a ressemblé trente-six jeunes de six pays du Moyen-Orient et d'Afrique : le Liban, la Jordanie, la Palestine, l'Égypte, l'Arabie saoudite et le Maroc.

(Lire aussi : Insécurité alimentaire, accès à l'eau, risque de conflits... Les impacts du changement climatique vont s'aggraver)

Les participants, issus de différentes disciplines, étaient appelés à réfléchir hors des sentiers battus pour trouver des solutions, réalisables et commercialement viables, à des problèmes réels auxquels font face leurs pays. Une occasion pour les jeunes concurrents de combiner innovation, créativité et compétences entrepreneuriales avec la science, la technologie, l'ingénierie et les mathématiques.

Les étudiants libanais, en provenance de différentes régions du pays, s'étaient rencontrés pour la première fois dans la capitale jordanienne. « Nous avions uniquement vingt-quatre heures pour proposer une solution innovante et réalisable à la pénurie de l'eau. C'était une expérience très enrichissante et un grand défi », affirme Oudey. Au cours de l'élaboration de leurs projets, les jeunes participants étaient encadrés et guidés par des experts bénévoles des deux compagnies, Injaz el-Arab et Intel, organisatrices de cette compétition annuelle.

« Les ressources, notamment techniques et logistiques, mises à notre disposition nous ont beaucoup aidés. Nous avons pu par exemple contacter un hôpital aux États-Unis pour une consultation », poursuit Oudey, qui s'était occupé du marketing et de la recherche de faisabilité du concept.

(Pour mémoire : Sécheresse : les agriculteurs libanais subissent de plein fouet la rareté de l'or bleu)

Le jury, qui comprenait de nombreux experts, avait souligné la créativité, l'innovation, les techniques de présentation et la solidarité de l'équipe libanaise qui espère révolutionner les approches régionales en matière de conservation de l'eau.

Aujourd'hui, les jeunes entrepreneurs souhaitent enregistrer leur invention en vue de la développer. « Re-H20 sera principalement commercialisée dans le Golfe », indique Oudey avant de poursuivre avec enthousiasme et conviction : « En Arabie saoudite seulement, la réutilisation de l'eau de condensation des climatiseurs au cours d'une année peut approvisionner le Liban, la Jordanie et la Syrie en eau pour une durée d'un an. »

Une invention de valeur donc, surtout dans les pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord où, selon l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), les disponibilités d'eau douce diminueraient de 50 % d'ici à 2050.

À la une

Retour à la page "Campus"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Conférence de Bruxelles : des divergences de fond sur un dossier sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Soutenez notre indépendance!