Rechercher
Rechercher

Liban - Liban

Loi sur la violence domestique : la société civile trahie par ses députés

Au premier jour du débat parlementaire, la société civile et les femmes ont ressenti comme une «trahison », ou, pire, comme un « poisson d’avril », le vote à l’emporte-pièce, et sans aucun débat, sur la violence contre la femme. Photo Jean-Georges Prince

Déception, indignation et un énorme sentiment de trahison. C'est ainsi que l'on peut résumer l'atmosphère qui régnait hier en début d'après-midi dans le jardin Gebran Khalil Gebran, place Riad el-Solh, où un sit-in était observé, à l'initiative de KAFA, parallèlement à la tenue de la séance plénière du Parlement.
Vers 14h, en fait, le Parlement a promulgué la loi pour la protection de la femme et des autres membres de la famille de la violence domestique, sans pour autant tenir compte des remarques émises par KAFA.


Pourtant, quelque 71 députés s'étaient engagés à défendre ces remarques au cours de la séance plénière, en signant la pétition préparée par KAFA dans ce sens. Or durant la session parlementaire, aucune intervention en faveur de ces remarques n'a été entendue, le président de la Chambre, Nabih Berry – qui avait entamé cette journée en affirmant que « nous ne légiférons pas sous la pression » – faisant taire Simon Abiramia (du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme) avant de passer immédiatement au vote de la loi. De leur côté, les parlementaires n'ont pas déployé les efforts nécessaires pour se faire entendre et honorer, par conséquence, leurs engagements envers KAFA. Comme si ces remarques n'avaient jamais existé.

 

« C'est une loi truquée, qui ne protège pas les femmes », affirme Maya el-Ammar, responsable de la communication à KAFA.
« Le vote tel qu'il a été fait est une réponse à notre manifestation du 8 mars. C'est une façon de nous punir, parce que le président de la Chambre ne "légifère pas sous la pression" », s'insurge Leila Awada, avocate et membre de KAFA. « Ce n'est pas vrai, poursuit-elle. Si cette loi a été votée aujourd'hui (hier) avec toutes les mutilations dont elle a fait l'objet, c'est pour en finir avec la pression exercée dans la rue. Ils avaient hâte de réaliser un "exploit", comme certains députés ont d'ailleurs qualifié le vote (en allusion à Sethrida Geagea, Samy Gemayel et Simon Abiramia), estimant que les gens sont futiles et acceptent les miettes. Ils ne respectent pas l'intelligence des gens ! Ils ne pensent qu'à préserver leur image vis-à-vis de la communauté internationale, faisant fi des besoins réels et des revendications du peuple. Le seul exploit réalisé aujourd'hui (hier) c'est d'avoir réussi à introduire le concept des "droits conjugaux" à la culture chrétienne. Nous les en félicitons ! »

 

(Pour mémoire : Violence domestique : les députés dans le collimateur de la société civile libanaise)


Hier, la société civile s'est sentie poignardée dans le dos. « Après tous les crimes survenus récemment suite à des violences domestiques, nos députés ont jugé que c'était trop pour les femmes d'avoir une loi qui les protège », s'exclame Zoya Rouhana, directrice de KAFA, au cours d'un deuxième sit-in observé en fin d'après-midi, également à la place Gebran Khalil Gebran.
Des manifestants, révoltés par « la mascarade » du matin, ont apposé leurs empreintes marquées à l'encre rouge sur les portraits des députés : « Vous n'avez pas voté pour nous, nous ne voterons pas pour vous », un mouvement qui est appelé à s'élargir.


En effet, KAFA ne compte pas baisser les bras et recourra à l'escalade. « Nous poursuivrons notre action en vue d'amender les articles contestés, explique Leila Awada. Dès que cette loi entrera en vigueur, nous présenterons une proposition pour l'amender. Par ailleurs, nous poursuivrons notre pression dans la rue. Mais que les députés soient tranquilles, nous ne mettrons pas le feu aux pneus. Après tout, nous sommes civilisés. Par contre, nous allons publier leurs photos, ce qui les avait dérangés auparavant. Nous entamons à partir de cet instant une campagne qui vise à les sanctionner aux prochaines législatives. La mascarade de ce matin (hier) nous pousse à nous demander comment le peuple accepte que de tels parlementaires légifèrent et ne pense même pas à leur demander des comptes ! Les femmes doivent prendre leur sort en main. Nous constituons la moitié de la société libanaise. Nous formons le plus grand nombre des électeurs. Nous devons agir en conséquence et ne voter que pour ceux qui méritent nos voix ! »

 

 

Pour mémoire
Violence domestique au Liban : la loi sera-t-elle enfin promulguée ?

Pour que la femme ne soit plus jamais battue...

Pour les femmes du Liban, l'article d'Anne-Marie el-Hage

Nous sommes toutes des salopes, le billet de Médéa Azouri

 

Déception, indignation et un énorme sentiment de trahison. C'est ainsi que l'on peut résumer l'atmosphère qui régnait hier en début d'après-midi dans le jardin Gebran Khalil Gebran, place Riad el-Solh, où un sit-in était observé, à l'initiative de KAFA, parallèlement à la tenue de la séance plénière du Parlement.Vers 14h, en fait, le Parlement a promulgué la loi pour la...
commentaires (7)

Quelle honte! Quand je pense que les parlementaires ont vote pour une loi qui legitimise le viol conjugal!!!! Ben oui, s'il n'y a pas de bleus et de contusions sur le corps de sa femme, le mari a le droit de la VIOLER! C'est scandaleux! On est au Moyen-Age ou quoi?

Michele Aoun

17 h 50, le 02 avril 2014

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Quelle honte! Quand je pense que les parlementaires ont vote pour une loi qui legitimise le viol conjugal!!!! Ben oui, s'il n'y a pas de bleus et de contusions sur le corps de sa femme, le mari a le droit de la VIOLER! C'est scandaleux! On est au Moyen-Age ou quoi?

    Michele Aoun

    17 h 50, le 02 avril 2014

  • Bien dit!!! Il faut sanctionner les imbéciles qui se moque des gens. Faut il encore qu;il y ait des élections et surtout que les protagonistes armés jusqu'aux dents les acceptes sans vouloir changer la majorité a coup d'invasion ou de chemises noires!!!

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 33, le 02 avril 2014

  • Eh oui...il existe une autre part de la population qui ne pense pas...Forza Kafa...

    GEDEON Christian

    15 h 05, le 02 avril 2014

  • Suis ton chemin, et laisse dire les "raisonnables", KAFA ! Vas-y, fonce !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    10 h 58, le 02 avril 2014

  • QU'ATTENDAIT-ELLE DE PLUS DE L'ABRUTISSEMENT INNÉ ? LES RONCES NE FONT PAS DES ROSES !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 37, le 02 avril 2014

  • Bravo KAFA ! Le combat civilisé du "printemps feminin' va et doit continuer. Soyons le phare qui guidera notre monde arabe rétrograde vers une société plus juste et equitable.

    Claude AZRAK

    08 h 34, le 02 avril 2014

  • Kafa, "KAFA" Vous representez certes une part importante de la population, mais il existe une autre part qui ne pense pas comme vous. La loi contre la violence conjugale a ete votee et c est un enorme pas en avant. Il etait plus important de passer la loi meme imparfaite que de la remettre a plus tard a cause des miltiples amendements Vos 71 deputes pourront toujoursprposer des amendements plus tard Par contre vos appels a ne pas voter pour tel ou tel parcequ il a estime que passer la loi etait plus important releve de l enfantillage hysterique. Kafa

    Jihad Mouracadeh

    07 h 56, le 02 avril 2014

Retour en haut