Rechercher
Rechercher

Liban

Réfugiés syriens : Nicolas Sehnaoui répond à Nadim Gemayel

Suite à l'article « Réfugiés syriens : N. Gemayel répond à Sehnaoui et Abs » paru dans notre édition du 20 mars, le bureau de presse de l'ancien ministre des Télécommunications, Nicolas Sehnaoui, nous a fait parvenir la réponse suivante :


1- Le CPL a été le premier à faire entendre sa voix, dès le début de la crise syrienne, demandant de régler la présence des réfugiés syriens, ainsi que d'empêcher leur déploiement, surtout ceux qui étaient armés (décembre 2012). Il a été sur-le-champ accusé de racisme par des partis politiques au sein du Conseil des ministres et en dehors. Nous n'avions pas entendu à l'époque M. Nadim Gemayel joindre ses appels aux nôtres pour faire triompher la voix de la raison.


2- Au lieu de lancer une attaque contre nous, le député Nadim Gemayel aurait mieux fait de proposer de joindre ses forces aux nôtres et de prendre exemple sur notre approche non partisane. Mieux vaut tard que jamais... Il peut encore le faire aujourd'hui. Quant à nous, notre main est tendue et, pour rappel, nous avons proposé durant notre conférence de presse de dimanche dernier de mettre nos moyens et ceux de nos concurrents politiques à la disposition de la municipalité de Beyrouth, forts de notre conviction que le terrorisme nous met tous en danger et ne fait pas de distinction entre un parti politique et un autre.


3- Le député Gemayel dispose de représentants au conseil de la municipalité à laquelle était adressée notre conférence de presse. Qu'ont-ils fait jusque-là pour faire entendre leur voix sur ce sujet ? Vont-ils répercuter les inquiétudes légitimes des habitants d'Achrafieh auprès du président et des membres du conseil municipal ? Est-il au courant que Beyrouth est une des rares municipalités au Liban à ne pas avoir pris les mesures de prudence listées dans notre lettre ?


4- Quant aux propos rassurants du député Gemayel concernant la non-recrudescence des vols et des crimes dans la région d'Achrafieh depuis l'afflux des réfugiés syriens, il aurait été doux à nos oreilles s'ils ne contredisaient pas les innombrables communiqués des FSI. De même, il nous invite à dormir tranquilles, indiquant que les terroristes se sont avérés être des Libanais, oubliant que les voitures piégées étaient presque toutes préparées en Syrie, et que plus de la moitié des combattants d'al-Assir qui ont abattu 21 soldats de l'armée libanaise à Abra étaient de nationalité syrienne.


Notre intention n'est pas de provoquer un réflexe raciste ou xénophobe ni d'alarmer la population, mais de pousser les autorités locales à prendre les mesures qui s'imposent. C'est notre droit de citoyens. Il n'est jamais trop tard pour faire ce qui est juste, surtout lorsque la sécurité de nos familles est en jeu.

 

Lire aussi

Bassil dénonce un complot pour créer des camps militaires de réfugiés syriens au Liban

 


Suite à l'article « Réfugiés syriens : N. Gemayel répond à Sehnaoui et Abs » paru dans notre édition du 20 mars, le bureau de presse de l'ancien ministre des Télécommunications, Nicolas Sehnaoui, nous a fait parvenir la réponse suivante :
1- Le CPL a été le premier à faire entendre sa voix, dès le début de la crise syrienne, demandant de régler la présence des réfugiés...

commentaires (4)

Lorsque la guerre a éclaté en Syrie, M. Sehnaoui et ses amis étaient au pouvoir. Donc la décision des actions à prendre était entre leurs mains. Clamer des intentions ne peut être pris en considération, les actions elles le peuvent. Qu'ont ils donc fait de leurs intentions? Elles en sont restées à ce niveau. Faire le matamore en tirant à blanc est l'apanage des faibles. Nous n'en voulons plus au pouvoir. M. Gemayel lui est dans l'opposition et joue très bien son rôle de député et d'opposant. Au lieu de répondre sur des prises de positions, le Sehnaoui aurait mieux fait d'agir quand il le fallait et il le pouvait.

Pierre Hadjigeorgiou

16 h 42, le 25 mars 2014

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Lorsque la guerre a éclaté en Syrie, M. Sehnaoui et ses amis étaient au pouvoir. Donc la décision des actions à prendre était entre leurs mains. Clamer des intentions ne peut être pris en considération, les actions elles le peuvent. Qu'ont ils donc fait de leurs intentions? Elles en sont restées à ce niveau. Faire le matamore en tirant à blanc est l'apanage des faibles. Nous n'en voulons plus au pouvoir. M. Gemayel lui est dans l'opposition et joue très bien son rôle de député et d'opposant. Au lieu de répondre sur des prises de positions, le Sehnaoui aurait mieux fait d'agir quand il le fallait et il le pouvait.

    Pierre Hadjigeorgiou

    16 h 42, le 25 mars 2014

  • Tres bien dit M. Sehnaoui!

    Michele Aoun

    12 h 53, le 25 mars 2014

  • SA7 IL NOM : PRÉSENT !

    SOUTENONS L,OLJ. CONDAMNONS SES CENSURES.

    08 h 52, le 25 mars 2014

  • Et dire que cet originaire de Sahnâyâh en Syrie, cherche par tous les moyens à démontrer qu'il est plus libanais que les Libanais !

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    02 h 01, le 25 mars 2014

Retour en haut