X

À La Une

Crimée : la porte des mers chaudes convoitée par Moscou

Repère
OLJ/AFP
14/03/2014

A 48 heures du référendum sur le rattachement de la région ukrainienne de Crimée à la Russie, les Occidentaux tentent une dernière fois d'infléchir la position du Kremlin. A Londres se tient aujourd'hui, une rencontre de la dernière chance entre le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

La Russie, qui a déjà pris le contrôle de la Crimée au sud, a, de son côté, lancé de vastes manoeuvres militaires près de la frontière est de l'Ukraine, et jeté un froid en déclarant qu'elle se réservait le droit de se porter au secours de ses "concitoyens et compatriotes en Ukraine", après des heurts qui ont fait un mort jeudi soir à Donetsk, dans l'est du pays.

 

La Crimée, péninsule ukrainienne qui risque de glisser dans le giron russe -une annexion pure et simple aux yeux de l'Occident- représente avant tout pour Moscou un accès aux mers chaudes pour sa flotte qui y est basée depuis le XVIIIe siècle.

 

 

Riche de ses plages, de son passé gréco-romain, byzantin, tatar et turc, connue pour la station balnéaire de Yalta où le sort de l'Europe avait été scellé en 1945, cette région touristique et viticole au climat méridional, alors rattachée à la Russie soviétique, avait été "donnée" en 1954 à l'Ukraine soviétique par Nikita Khrouchtchev, alors maître du Kremlin, lui-même d'origine ukrainienne. Ce cadeau aura empoisonné les relations entre Kiev et Moscou après la chute de l'URSS en 1991.

 

Pour prévenir les penchants séparatistes d'une région peuplée majoritairement de russophones, Kiev accorde en 1992 à la Crimée le statut de république autonome. La péninsule disposera de sa propre Constitution, de son gouvernement, de son Parlement.

Mais, pour nombre de ses habitants, l'appartenance de la Crimée à l'Ukraine relève d'un malentendu historique et l'autorité de Kiev est régulièrement contestée par certains responsables régionaux et officiels russes.

D'autre part, les deux pays ont eu beaucoup de mal à se mettre d'accor

d sur les conditions du maintien dans le grand port de Sébastopol de la flotte militaire russe de la mer Noire.

Sébastopol a une importance stratégique pour la Russie car il lui offre une porte de sortie vers la mer Noire et par là, vers la Méditerranée, et le Proche-Orient.

En 1997, Kiev et Moscou ont fini par signer un bail de 20 ans autorisant la Russie à louer 80% environ des installations portuaires de Sébastopol, l'Ukraine en gardant 18%. En 2010, après des années de querelles, les Parlements ukrainien et russe ont signé, sous la présidence de Viktor Ianoukovitch, un accord prolongeant de 25 ans - jusqu'en 2042 - la présence de la flotte russe, en échange d'une réduction de 30% du prix du gaz russe.

 

 

Minorité tatare

Les 2 millions d'habitants de la Crimée se composent de Russes (59%), d'Ukrainiens (24%) et de Tatars, une communauté de tradition musulmane installée depuis le XIIIe siècle et représentant 12% des habitants de la région qui couvre 27.000 km carrés, soit un peu moins que la Belgique.

Déportés en Sibérie et en Asie centrale sous Staline, puis revenus en Crimée après la chute de l'URSS, les Tatars ont activement soutenu la contestation anti-Ianoukovitch et un de leurs leaders a appelé au boycott du référendum sur le rattachement à la Russie.

Au delà de l'agriculture et du secteur viticole, l'économie de la péninsule bénéficie du tourisme et de l'apport non négligeable de fonds dû à la présence militaire russe. Mais, selon les autorités de Kiev, la péninsule a reçu ces dernières années plus d'argent de l'Etat ukrainien qu'elle ne lui en restituait sous forme de taxes.

 

Lire aussi

Crimée et Sudètes, même combat ?

Abandonner la Crimée pour sauver l'indépendance de l'Ukraine ?

Le rattachement de la Crimée à la Russie et le droit international

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants