X

À La Une

L'une des plus vieilles bibliothèques du Liban incendiée

Tripoli

Le feu a détruit les deux tiers des quelque 80.000 livres et manuscrits qui étaient entreposés dans la Librairie Saeh.

OLJ/AFP
04/01/2014

Une bibliothèque vieille de plusieurs décennies et appartenant à un prêtre orthodoxe grec a été incendiée vendredi soir à Tripoli, ville à majorité sunnite dans le nord du Liban, au lendemain de frictions communautaires, a-t-on appris de source proche des services de sécurité.

"Des agresseurs non identifiés ont mis le feu à la Librairie Saeh à Tripoli, détruisant les deux tiers des quelque 80.000 livres et manuscrits qui y étaient entreposés", a indiqué cette source à l'AFP sous condition d'anonymat.

L'incendie survient au lendemain de la découverte d'une "brochure offensante à l'égard de l'islam et du prophète Mahomet", a ajouté la source. "Ensuite, le propriétaire de la bibliothèque, le père Ibrahim Surouj, a rencontré des dirigeants musulmans à Tripoli. Il est apparu évident que le prêtre n'avait rien à voir avec la brochure, et une manifestation prévue a été annulée", a-t-on expliqué de même source.

L'ancien Premier ministre libanais, Fouad Siniora, a condamné l'attaque contre la librairie du prêtre orthodoxe, qualifiant l'incident de "criminel". "Ceux qui sont responsables de cet acte travaillent au profit des ennemis du Liban, a dit le chef du bloc parlementaire du Courant du Futur. Ils cherchent à détruire l'image de Tripoli".

Dans un communiqué publié samedi, l'ancien chef des services de renseignement des Forces de sécurité intérieure (FSI), le général Achraf Rifi, a affirmé qu'une "brochure mensongère et écrite au nom du père Surouj circulait depuis quelques temps sur Internet". Selon lui, la personne à l'origine de ces "mensonges" n'est pas de nationalité libanaise. "Le père Surouj est un prêtre intellectuel originaire de Tripoli, poursuit le général Rifi. Il y a vécu toute sa vie et a entretenu de très bonnes relations avec tous ses habitants. Le père Surouj est connu et respecté pour ses positions appelant au dialogue, à la coexistence et au respect des religions".

Le général Rifi accuse les agresseurs de vouloir porter atteinte à la coexistence dans la ville de Tripoli, appelant les autorités sécuritaires et judiciaires à arrêter les coupables "sans attendre".

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

Les infects et indigènes autodafeurs à leur Basse œuvre !

Talaat Dominique

et on va dire que c'est le Hezbollah , les Alaouites ?
non c'est toujours les mêmes, mais c'est vrai il ne faut pas le dire, cela va être une offense !!!
mais qui tue , massacre, attaque les églises, les couvents, tue les gens des autres religions ???
c'est toujours les mêmes mais ils ont une protection,
comme j'ai eut sur mon FB, c'est ceux qui foutent la m... qui se posent en victimes

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CETTE PHOTO MONTRE QUE LA BIBLIOTHÈQUE EST DANS LES VIEUX QUARTIER DE LA VILLE... ET QUE LA PRÉSENCE EN CE LIEU ÉTAIT CONSIDÉRÉE COMME UNE INTRUSION ! UN LIEU Où IL NE FALLAIT PAS ÊTRE POUR CERTAINS...

Sabbagha Antoine

Triste de voir ce degré de fanatisme détruire les plus vieilles bibliothèques dans Tripoli devenue la ville la plus sauvage du Liban .

M.V.

Après réflexion ...et je pèse mes mots....quand l'on n'a l'encyclopédie Britannica entre les deux oreilles ...et seulement le 1/4 d'un livre, est ce une raison suffisante pour brûler les livres des autres...??

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

BIZARRES TOUS CES ASSASSINATS, ATTENTATS ET BIBLIOTHÈQUE BRÛLÉE ET TANT D'AUTRES ACTES... ON CHERCHE À FOMENTER UNE GUERRE CIVILE DANS LE PAYS. ET QUE FONT TOUS NOS ABRUTIS ? AU LIEU DE DIALOGUER ET DE S'ENTENDRE... ILS SE LA LANCENT BIEN GROSSE À TRAVERS LES MÉDIAS... QUITTE À DÉTRUIRE LE PAYS POUR QUE CHACUN IMPOSE SES PROPRES RÈGLES AUX AUTRES...

Charles Fayad

C'est grave, et ce n'est pas la première fois qu'on brûle des livres ou des bibliothèques au Liban, pour se limiter au pays dit des gens "cultivés". En d'autres époques, un sauvage déclarait fièrement "quand j'entends le mot culture, je sors mon revolver", au Liban on sort la voiture piégée. Incendier une bibliothèque est un crime contre quoi ... ?

Halim Abou Chacra

Chapeau pour les moukhabarat "frérotes", leurs agents et lécheurs de bottes ! Ils sont intelligentes et compétents. En plus des attentats aux voitures piégées et des assassinats, ils savent faire des "brochures offensantes à l'égard de l'islam et du prophète Mahomet".

M.V.

La bêtise humaine alimentée par l'obscurantisme...est le véritable ennemi du peuple...! Et les °politichiens locaux , n'en sont que les suppôts en costume cravate...

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

L’arnaque

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants