Rechercher
Rechercher

Liban - Communautés

« On ne peut se résigner à un Moyen-Orient sans chrétiens », assure le pape François

Gregorios III : Nous portons au Saint-Père le salut filial d'une Église qui compte aujourd'hui parmi ses membres trois nouveaux « véritables martyrs », des hommes de Maaloula qui ont refusé d'abjurer.

Gregorios III, patriarche des grecs-catholiques accompagné de plus de 15 membres de son synode et de près de 500 pèlerins laïcs, a apporté samedi au pape François le « salut filial et dévoué » de son Église, dont il a dit qu'elle est « fière d'être en pleine communion avec le Siège de Pierre (...) malgré les persécutions qui ont fait de nous, pendant des décennies, une Église des catacombes ». Une Église qui compte aujourd'hui parmi ses membres trois hommes de Maaloula qui sont, a dit le patriarche, « de véritables martyrs » pour avoir refusé d'abjurer leur foi.


Le patriarche a présenté au pape François son Saint-Synode avant un entretien en tête à tête marqué du sceau de la franchise, de la simplicité, de la fraternité et de la communion. Le Saint-Père et le patriarche ont ensuite rejoint les pèlerins dans la salle Clémentine.


Venus du Liban, de Syrie, de Jérusalem et de Galilée, d'Égypte, des États-Unis, du Canada et d'Australie, les fidèles représentaient l'ensemble de l'Église grecque-melkite catholique. La délégation libanaise comptait un député, Michel Pharaon, le ministre des Télécommunications, Nicolas Sehnaoui, et le procureur général auprès de la Cour des comptes, Fawzi Khamis. La délégation syrienne comptait aussi un député, Maria Saadé et Riad Sarji, président de la société Saint-Vincent-de-Paul à Damas et son représentant au sein du dialogue islamo-chrétien.


Après avoir salué le Saint-Père, Gregorios III a présenté son Église en soulignant ses « trois principales caractéristiques ». « Une Église en pleine communion avec l'Église de Rome, fidèle à notre tradition orientale, en très bonne relation avec l'Église sœur orthodoxe dans les patriarcats d'Antioche, d'Alexandrie et de Jérusalem » ; « une Église arabe par ses origines et ses racines », et enfin « une Église dans un monde à majorité musulmane ».
« Notre Église, ajoutera Gregorios III, est une Église de communion et de témoignage, qui a une responsabilité toute spéciale envers ce monde, qui est le nôtre. C'est là que nous vivons notre christianisme depuis près de deux mille ans, dont 1 434 années avec l'islam. »
« Cette Église que vous aimez est aujourd'hui une Église en détresse », dira le patriarche au Saint-Père avant de poursuivre : « Pour cette Église qui est dans une situation inédite dans son histoire, vous êtes Simon le Cyrénéen, qui portez sa croix avec elle, et cela avec compassion et amitié. Pour cette Église orientale, surtout en Syrie, vous êtes comme le Christ qui apaisa la tempête sur le lac de Tibériade. Comme le bienheureux pape Jean-Paul II, qui fit tomber le mur de Berlin par sa prière et ses interventions courageuses, vous avez fait, très Saint-Père, un miracle en appelant les chrétiens et le monde entier au jeûne et à la prière le 7 septembre dernier. Vous avez ainsi provoqué un tournant dans la crise syrienne, et même dans la vision de la politique mondiale. Le monde a changé après le 7 septembre 2013 ! »
« Nous vous assurons que, malgré les malheurs et la situation tout à fait tragique que nous vivons depuis bientôt trois ans, nous voulons rester sur place et aider nos fidèles à rester. Vous nous avez interpellés en nous disant de ne pas laisser la flamme de l'espérance s'éteindre dans nos cœurs... Nous voulons être martyrs sur cette terre, martyrs par le sang, comme c'est le cas de certains de nos fidèles, dont trois hommes de Maaloula : Michel Thalab, Mtanios Thalab et Sarkis Zachem. Très Saint-Père, ce sont de vrais martyrs, qui ont été sommés d'abjurer et ont fièrement refusé. Trois autres, cependant, ont cédé et ont été obligés de professer l'islam, mais ensuite, ils sont revenus à la foi de leurs ancêtres. »
Gregorios III conclura son adresse au Saint-Père en disant : « Nous pouvons, nous voulons et nous devons rester ensemble, chrétiens et musulmans, pour être témoins de l'Évangile et construire ensemble, chrétiens et musulmans, un monde et un avenir meilleurs pour nos jeunes générations. »


Le pape François a fait siennes les souffrances de l'Église d'Orient et lancé un appel pressant aux différents responsables « pour que cesse la violence », pour laisser la place au dialogue « pour trouver des solutions justes et durables à un conflit qui a déjà fait trop de mal ». Il a appelé au savoir-vivre ensemble entre chrétiens et musulmans et à la « sauvegarde de la liberté religieuse ». Ajoutant que l'on ne pouvait « se résigner à un Moyen-Orient sans chrétiens », saluant le rôle particulier de l'Église grecque-melkite catholique dans le dialogue islamo-chrétien.


Le Saint-Père a demandé à chacun, patriarche, évêques, prêtres et laïcs, « d'assumer généreusement leurs responsabilités dans l'Église et dans la société ». Rappelant à ceux qui forment la « très importante diaspora » qu'il leur faut « sauvegarder leurs racines spirituelles, leurs traditions et leur identité parce que l'Église a besoin du patrimoine de l'Orient chrétien ».


La journée devait se conclure par les vêpres solennelles au Collège grec de Rome avant une liturgie pontificale célébrée, dimanche 1er décembre, par Sa Béatitude Gregorios III entouré des membres de son Saint-Synode à Santa-Maria in Cosmedin.

 

Pour mémoire
François "implore humblement" les Etats musulmans d'assurer la liberté religieuse aux chrétiens

Geagea dénonce ceux qui "utilisent les chrétiens d'Orient" pour soutenir le régime syrien

Pour le congrès des chrétiens d'Orient, un même danger, les takfiristes !

 

 

 

Gregorios III, patriarche des grecs-catholiques accompagné de plus de 15 membres de son synode et de près de 500 pèlerins laïcs, a apporté samedi au pape François le « salut filial et dévoué » de son Église, dont il a dit qu'elle est « fière d'être en pleine communion avec le Siège de Pierre (...) malgré les persécutions qui ont fait de nous, pendant des décennies, une...
commentaires (5)

HEUREUSEMENT QU'ON A ENCORE LE BEAU LIBAN, BON FRANÇOIS....

ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

14 h 20, le 03 décembre 2013

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • HEUREUSEMENT QU'ON A ENCORE LE BEAU LIBAN, BON FRANÇOIS....

    ANTOINE-SERGE KARAMAOUN

    14 h 20, le 03 décembre 2013

  • JE CONTINUE : SEUL LE NOM DES GLADIATEURS AYANT CHANGÉ !

    LA LIBRE EXPRESSION

    12 h 33, le 02 décembre 2013

  • Une lapalissade...! le Moyen était chrétien ,Hébreux, Philistin, Cananéen ...etc. avant la conquête de l'islam ...même à Médine c'était des tribus des hébreux qui gouvernaient la ville...! avant l'arrivée d'un prophète de plus....

    M.V.

    12 h 23, le 02 décembre 2013

  • Entierement dac avec vous Sa Saintete , mais il faut que les Xtiens prennent les armes contre ceux qui les agressent et les egorgent , vous savez qui ils sont , ils ne se cachent plus , le boulot ne peut pas etre aussi efficace quand il est fait par d'autres . On dit bien en bon libanais que seul ton ongle peut te gratter efficacement .bandar get out !!!!

    FRIK-A-FRAK

    12 h 00, le 02 décembre 2013

  • CE QUI SE PASSE AU MOYEN ORIENT AUJOURD'HUI RESSEMBLE À CE QUI SE PASSAIT AU COLISÉE D'ANTAN !

    LA LIBRE EXPRESSION

    09 h 23, le 02 décembre 2013

Retour en haut