X

À La Une

Après Michael DeBaKey, Gabriel Ghorayeb

Liban-Success story Classé meilleur praticien pour le pontage coronarien par le magazine « Capital », le cardiologue dédie cette distinction au Liban et à la France, ses deux « patries de cœur ».
08/10/2013

« Je ressens une fierté et un bonheur pour le Liban », a déclaré à L’Orient-Le Jour le Dr Gabriel Ghorayeb qui vient d’être choisi parmi les 150 meilleurs médecins de France par le magazine Capital. Une sélection qui portait sur 200 000 praticiens en France, toutes spécialités confondues.
Il se classe ainsi au premier rang des chirurgiens spécialisés dans les pontages coronariens et ses confrères français et franco-libanais reconnaissent sa grande maîtrise lors de ses opérations appelées « à cœur battant », c’est-à-dire des interventions sans les traditionnels arrêts du cœur appelés « circulation extracorporelle ». Le Dr Ghorayeb exerce actuellement à l’hôpital privé Parly II.
« C’est pour moi un aboutissement heureux, après plusieurs années de travail, et je dédie cette distinction au Liban et à la France, mes deux patries de cœur », a encore dit le lauréat qui a précisé qu’après avoir appris la nouvelle, sa première pensée est allée à sa famille et surtout à son père, Antoine Ghorayeb, décédé avant l’obtention de son diplôme à l’Université de Bordeaux II en 1984.


Va-t-il mettre ses connaissances et son expérience au service de son pays natal ? « Affirmatif, répond le Dr Ghorayeb, mais il faudra d’abord organiser tout cela et faire les choses comme il faut et au moment opportun dans le cadre d’un plan dont profiteraient le Liban et les Libanais. »
Il veut surtout que son savoir, ses compétences et cette reconnaissance publique professionnelle soient partagés réellement à un moment où le Liban a grandement besoin du savoir et des connaissances de tous ses fils.
Après le célébrissime – et aujourd’hui défunt – professeur Michael DeBaKey (Dabaghi) qui avait porté bien haut le nom du Liban dans le monde de la chirurgie du cœur, le Dr Ghorayeb prend le relais et démontre encore une fois que le talent des Libanais se mesure à l’échelle du monde, dans les domaines les plus difficiles, notamment les techniques médicales de pointe.

 

Lire aussi

Le Nobel de médecine à deux Américains et à un Allemand

 

Pour mémoire

André Choulika veut tutoyer l'immortalité

 

Une jeune chercheuse libanaise en guerre contre le cancer


Un groupe de jeunes créent eTobb, un portail médical pour le grand public

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Macroéconomie

Plus d'un million de pauvres

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants