Rechercher
Rechercher

À La Une - La bonne nouvelle du lundi

Des Libanais dans le classement Forbes des 10 meilleures start-up du Moyen-Orient

Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus, tensions communautaires... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, L'Orient-Le Jour se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.

Capture d'écran des sites de Instabeat et de Wally.

Malgré les crises à répétition, les start-up tiennent le coup au Moyen-Orient. Telle est la conclusion à laquelle est parvenu l'entrepreneur américain Christopher M. Schroeder dans son ouvrage Startup Rising: The Entrepreneurial Revolution Remaking the Middle East.

 

L'auteur s'est entretenu avec plus de 150 entrepreneurs du monde arabe, des jeunes pour la plupart, et a été surpris par leur potentiel et leurs projets prometteurs. Dans un entretien avec le magazine Forbes, M. Schroeder donne un aperçu des meilleures start-up actuellement sur le marché au Moyen-Orient.

 

Dans le classement établi par Forbes des "dix start-up du Moyen-Orient que vous devez connaître" figurent deux start-up derrière lesquelles se trouvent des Libanais :  "Instabeat" créée par Hind Hobeika, une jeune ingénieur libanaise, et "Wally", une application créée par une équipe comprenant deux Libanais, Makram Saleh et Maya Zankoul.

"Instabeat" est un accessoire qui s'accroche à une paire de lunettes de natation traditionnelle et permet de suivre en temps réel le rythme cardiaque du nageur. Selon Forbes, ce projet a placé le Liban sur la carte mondiale des start-up et l'application fait partie des projets qui présentent un sérieux potentiel à l'international.

"Wally" est une application de gestion des dépenses personnelles qui affiche déjà plus de 100.000 utilisateurs, alors qu'elle n'a été lancée que début 2013, note le magazine.


Le gouvernement aurait-il saisi le potentiel du secteur, le ministre libanais des Télécommunications Nicolas Sehnaoui a annoncé mercredi dernier que la Banque du Liban (BDL) était prête à investir des dizaines de millions de dollars pour encourager la création de start-up au Liban. "Le gouverneur de la Banque centrale, Riad Salamé, vient de diffuser une nouvelle circulaire révolutionnaire qui vise à faciliter les investissements dans les start-up", s'est félicité le ministre sur son compte Twitter.

 

Au delà du Liban, pour Forbes, le secteur mobile est l'avenir du Moyen-Orient. En mai dernier, le site spécialisé Wamda rapportait que la International Finance Corporation (IFC) a annoncé un investissement de 374 millions de dollars pour les petites et moyennes entreprises du Moyen-Orient.

"Je me souviens de ma première rencontre avec Amr Ramadan, qui me présentait son projet, alors que son application [WeatherHD] était déjà téléchargée sur mon iPad depuis six mois", raconte M. Schroeder.  Aujourd'hui, l'application de ce jeune Égyptien originaire du Caire est la plus téléchargée au monde parmi les applications météo.

Pour certains investisseurs, le "e-commerce" est une mine d'or. Le site d'achats en ligne basé à Dubaï "Namshi" dispose d'un financement de 34 millions de dollars de la part de grands noms comme JP Morgan et Rocket Online.
En Egypte, les petites et moyennes entreprises constituent actuellement 70% de l'économie nationale.

 

Les start-up pourraient-elles être la réponse au problème du chômage des jeunes au Moyen-Orient, se demande dès lors Forbes, qui rappelle que selon The Economist, la moitié de la population au Moyen-Orient à moins de 25 ans et 22% des 15-24 ans sont au chômage.

 

 

Lire aussi
Google achète la start-up d’un Libano-Américain pour 30 millions de dollars

Nouvelles technologies : Berytech lance trois nouvelles start-up

Le Liban veut investir dans les startups



Dans la même rubrique

Ibrahim Maalouf, "artiste de l'année" aux Victoires du Jazz

 

A travers le monde, l'artiste libanais s'exporte bien cet été

Deux artistes libanais récompensés par le Pinchuk Art Center

A 11 ans, un Libanais publie son premier roman et envisage une trilogie

Malgré les crises à répétition, les start-up tiennent le coup au Moyen-Orient. Telle est la conclusion à laquelle est parvenu l'entrepreneur américain Christopher M. Schroeder dans son ouvrage Startup Rising: The Entrepreneurial Revolution Remaking the Middle East.
 
L'auteur s'est entretenu avec plus de 150 entrepreneurs du monde arabe, des jeunes pour la plupart, et a été surpris par...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut