X

À La Une

Ibrahim Maalouf, "artiste de l'année" aux Victoires du Jazz

La bonne nouvelle du lundi Coupures d'électricité, crise économique, malaise social, clivages politiques accrus... Face à l'ambiance générale quelque peu délétère, L'Orient-Le Jour se lance un défi : trouver une bonne nouvelle chaque lundi.
olj.com/AFP
15/07/2013

Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf continue de faire parler de lui. Le 28 juin dernier, il a été désigné "artiste de l'année" dans le cadre des Victoires du jazz, pour son album jazz acoustique "Wind".

"Merci à tous pour ce beau cadeau", a écrit le jeune musicien à ses 30.000 fans sur sa page Facebook. Ibrahim Maalouf avait déjà été sacré en 2010 "Révélation de l'année" également par les Victoires du jazz.

Cette année, la remise des prix s'est déroulée au festival de Jazz à Vienne. Le pianiste Thomas Enhco (Révélation de l'année) et Médéric Collignon (trompette) (Album de l'année pour "A la recherche du roi fripé") sont les autres lauréats.



Ibrahim Maalouf sortira un nouveau disque en novembre, "Illusions", réalisé avec la plupart des musiciens de Diagnostic, son groupe actuel, et une section de quatre trompettes. Il produira également le prochain disque de Grand Corps Malade.

Le trompettiste franco-libanais a collaboré avec de grands artistes tels que Sting, Amadou & Mariam, Vincent Delerm, Lhasa, M, Tryo, Salif Keita ou Oxmo Puccino, qui apprécient sa sonorité unique. Il aussi s’est forgé un nom parmi les plus grands jazzistes contemporains, non seulement par son immense talent, mais aussi par sa présence chaleureuse sur scène, où il décline avec bonheur son humour et noue un lien spontané et complice avec un public conquis.


(Pour mémoire : Salle Pleyel, Ibrahim Maalouf marie le jazz à l’Orient)

Son succès est indissociable de sa fameuse trompette à quarts de tons, inventée par son père, le virtuose Nassim Maalouf. Ce grand musicien a transmis sa passion à son fils Ibrahim quand celui-ci n'avait que 9 ans. Après avoir suivi un cursus classique jusqu’au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Ibrahim, à son tour, a donné une nouvelle dimension à cet instrument inédit en élargissant son répertoire au monde du jazz. Il a réussi à imprimer sa signature unique dans cet univers exigeant, où seuls les grands perdurent.

Son dernier album, "Wind", se veut un hommage à Miles Davis, notamment pour sa musique enregistrée pour le film de Louis Malle, Ascenseur pour l’échafaud. Mais Maalouf va bien au-delà dans l’originalité qui lui est propre.



Pour mémoire
Ibrahim Maalouf : un souffle du Liban sur la Côte d’Azur


Dans la même rubrique
A travers le monde, l'artiste libanais s'exporte bien cet été

Deux artistes libanais récompensés par le Pinchuk Art Center

A 11 ans, un Libanais publie son premier roman et envisage une trilogie


Maher Zain, le chanteur suédois d'origine libanaise qui fait un tabac dans le monde musulman

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants