X

Culture

Sauver le monde avec « Le Projet Socrate »

Signature Daron Sheehan présente et signe « Le Projet Socrate » (éditions Tamyras) jeudi 30 mai à partir de 17h et rencontrera le public jusqu’à 22h au Garden Show (hippodrome). Un projet non seulement à lire, mais à y adhérer.
29/05/2013
Comment qualifier Daron Sheehan? Un visionnaire? Un utopiste? Un sauveur du monde? Un homme de bonne volonté ou un humaniste comme il n’en existe plus? Ou tout simplement un «sicad» comme il le décrit si bien dans son roman?
Ce comptable anglais qui faisait carrière dans le monde financier et dans les investissements a un jour tout laissé tomber pour se reconnecter avec la terre, qu’il aime tant et qu’il considère en danger. Prenant trois années sabbatiques comme on le dit – mais pour lui ce sera trois années charnières – ce sera après de multiples expéditions, randonnées, rencontres avec personnages-clés de tout milieu ou des associations dans le besoin que Sheehan va enfin concocter son projet Socrate. «J’avais besoin de réfléchir sur l’essentiel de la vie», dit-il.

Pas de planète B...
«Notre civilisation s’effondre. Une solution radicale s’impose. Face aux dangers qui menacent la survie de l’espèce humaine, les Nations unies mettent en place une mission secrète: Le Projet Socrate. Des robots, les sicads dotés de la sagesse ancestrale de Socrate sont déployés partout dans le monde afin d’aider les hommes à trouver des solutions.»
Thriller sociologique, fiction réaliste, roman universel avec, comme couverture, une simple main (pour la tendre ou frapper avec, à choisir!) écrit en anglais et en français parce que l’auteur, après avoir lu Les Misérables de Victor Hugo, était tombé amoureux de la langue française, Le Projet Socrate, traduit en français, avec la collaboration de Diala Gemayel et Cécile Petit-Robert, invite le lecteur à pénétrer dans cet univers si bien dépeint. Se reconnecter avec l’environnement mais aussi avec son frère l’homme, telles sont des propositions si simples mais que l’homme, lui, a tendance à ne plus voir. «Je n’impose pas des solutions pour la Terre. Tout ce que je fais, c’est proposer pour que les autres disposent», dit l’auteur.
Sheehan, qui compte signer son ouvrage un jour sur la cîme la plus haute de la planète, a tenu à assurer cette fois la signature dans un jardin. Quoi donc plus beau qu’un jardin du Liban, ce pays qu’il considère comme «plein d’énergie. Tania Hadjithomas Mehanna partage ma folie, confie l’auteur. C’est ce qui m’a poussé à éditer mon roman chez Tamyras.» Une folie à la fois utopiste et réaliste qui nous entraîne dans ce récit haletant mêlé d’amour et d’action.
Alors, êtes-vous sicad ou non? Si vous l’êtes, rejoignez donc Daron Sheehan au «Garden Show» pour partager sa vision du monde.

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué