Rechercher
Rechercher

Lifestyle - Le Weekender

Un Libanais à Bora-Bora, une bonne dose de sable et une touche de Goncourt : découvrez le Weekender

Au menu, aussi, cette semaine : un tour d'horizon des festivals de l'été, au Liban ; une visite dans les quartiers d'enfance du chef du Hezbollah et une galerie d'art qui fait de la résistance à Nabatiyé.

Illustration Jaimee-Lee Haddad / L'Orient-Le Jour

Dans Le Weekender, L'Orient-Le Jour vous propose une sélection d'articles à (re)lire durant le week-end. Pour faire une pause, déconnecter (un peu) d'une actualité souvent trop sombre ou encore découvrir de belles histoires libanaises.

Une station balnéaire à Damour, dans le Chouf, en mai 2024. Photo Mohammad Yassine / L'Orient-Le Jour

L'entrée à la plage au Liban, à l'ombre de la guerre : combien ça coûte ?

Envie de piquer une tête loin du quotidien anxiogène ? Layal Dagher a écumé les plages et les piscines de la côte libanaise pour vous. Prix, style, localisation... Elle vous dit tout (sauf l'indice de la crème solaire à mettre dans votre sac).

Sur L'Orient, ça a parlé !

L'Orient-Le Jour, c'est un quotidien d'actualité. Mais c'est aussi une histoire que nous revisitons à l'occasion de notre centenaire, notamment via des capsules vidéos humoristiques signées Raphaël Abdelnour. Pour ce troisième épisode, il revient sur les mythes, rumeurs et clichés qui entourent le journal : supplément du Nahar, gazette du quartier huppé d'Achrafieh, repaire d'ambassadeurs... Les histoires ne manquent pas ! 

Tous les articles des 100 ans de L'Orient-Le Jour sont à retrouver sur notre site dédié : L'Orient-Le Siècle

La « mouhallabiyé » au lait de coco de Omar Khalil. Photo DR

L’« uru’mous » et la « mouhallabiyé » au lait de coco de Omar Khalil, un pont entre le Liban et la Polynésie française

Omar Khalil a choisi le bout du monde, à plus de 20 000 kilomètres du Liban, pour développer son entreprise de traiteur et chef à domicile. C'est en Polynésie française, à Bora Bora, que ce chef libanais, né en France, a posé ses valises. Et qu'il a choisi de faire découvrir la gastronomie libanaise.

Philippe Claudel / L'Orient Littéraire

Philippe Claudel : L’air du temps et le Goncourt de printemps

Pour Philippe Claudel, président du Goncourt de Printemps, « l’humanité n’a jamais autant lu et écrit qu’aujourd’hui. Pour autant, si on prend le continent des livres, le bilan est différent. » Et si, entre mails et messages, vous ouvriez un livre ?

Si vous avez raté le Weekender de la semaine dernière

Des micropuces saoudiennes, un Orient Express libanais et deux très généreuses sœurs : le Weekender

En dépit de la guerre à leur frontière sud, les Libanais s’apprêtent à passer une saison « musicale » enflammée... Montage Jaimee Lee Haddad

La guerre gronde, la crise s’éternise, les Libanais se ruent aux concerts

Avec plus de 80 concerts au compteur, le Liban, dont le Sud subit jour après jour une guerre qui ne dit pas son nom, s’apprête à passer une saison festive enflammée. En mode électro-décibels et variétés orientales. Et en dépit du renchérissement notable des prix des billets semble-t-il. Zéna Zalzal vous dit tout sur cet été.

Une femme passant devant un portrait du chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, le 3 juin 2024, dans le quartier de Nabaa, en banlieue de Beyrouth. Photo Matthieu Karam / L'Orient-Le Jour

Dans les quartiers d’enfance de Hassan Nasrallah, la diversité écrasée par la précarité

Lors d'un discours fin mai, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a évoqué sa jeunesse dans le quartier de la Quarantaine et à Nabaa, en banlieue de Beyrouth. Retraçant l'enfance de celui qui dirige le parti de Dieu, Matthieu Karam, caméra au poing, s'est rendu sur place.

Des « petites peintures » aux cimaises de la galerie Nour Ballouk au Liban-Sud. Photo DR

Dans un Liban-Sud sous les bombes, une galerie d’art a ouvert ses portes

Elle s’appelle Nour Ballouk et son nom d’artiste est désormais associé à celui d’une galerie ouverte depuis le début de l’année à Nabatiyé, au Liban-Sud. Alors que l'on y entend le bruit des bombardements pas si lointains, le public vient rêver devant les œuvres de grands artistes libanais. Fifi Abou Dib fait le guide.

Nicole Gazal O’Neil, invitée au défilé Chanel croisière à Sydney, en novembre 2022. Photo DR

De Miss Australie à star de télé-réalité… le parcours de la Libanaise Nicole Gazal O’Neil

« Dans une ville faite pour les riches, la vraie richesse ne se trouve que chez soi. » Nouvelle coqueluche de la télé-réalité australienne, c’est avec cette phrase que la Libanaise Nicole Gazal O’Neil s’est fait remarquer dans l’émission Real Housewives of Sydney. Devenue la nouvelle favorite des téléspectateurs australiens, elle a accueilli Olivia Bula et Amanda Haydar dans sa villa de la banlieue de Sydney.

Dans Le Weekender, L'Orient-Le Jour vous propose une sélection d'articles à (re)lire durant le week-end. Pour faire une pause, déconnecter (un peu) d'une actualité souvent trop sombre ou encore découvrir de belles histoires libanaises.Une station balnéaire à Damour, dans le Chouf, en mai 2024. Photo Mohammad Yassine / L'Orient-Le JourL'entrée à la plage au Liban, à l'ombre de la guerre...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut