Rechercher
Rechercher

Campus - GOUVERNANCE INCLUSIVE

WE4LEAD, pour accroître la présence féminine aux postes de direction au sein des universités

Cette initiative cherche à autonomiser les femmes dans les établissements d’enseignement supérieur et à augmenter leur accès à des postes décisionnels.

WE4LEAD, pour accroître la présence féminine aux postes de direction au sein des universités

Le lancement du projet Erasmus+ WE4LEAD a eu lieu le 14 décembre 2023 lors d’une cérémonie au rectorat de l’Université libanaise. De gauche à droite : Véronique Kazpard (enseignante à l’UL), père Ziad Maatouk (secrétaire général de l’UA), Dr. Huguette Abou Mrad, père Michel Saghbiny (recteur de l’UA), Bassam Badran (recteur de l’UL), Leila Saadé, Sélim Mekdessi, père Jean al-Alam (vice-recteur au développement humain à l’UA) et Nidaa Abou Mrad (vice-recteur aux affaires académiques et à la recherche à l’UA). Photo Karl Abou Mrad

Baptisé « Women’s Empowerment for Leadership and Equity in Higher Education Institutions » (WE4LEAD) (L’autonomisation des femmes pour le leadership et l’équité dans les établissements d’enseignement supérieur), ce projet a été lancé le 14 décembre 2023, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au rectorat de l’Université libanaise (UL). Il s’inscrit dans le cadre du programme Erasmus+ de renforcement des capacités dans l’enseignement supérieur. Porté par l’Université d’Aix-Marseille et l’Université libanaise (UL), il rassemble d’autres universités partenaires situées dans six pays du pourtour méditerranéen : l’Université la Sapienza de Rome (Italie), l’Université de Sousse (Tunisie), l’Université Antonine (Liban), l’Université de Tunis el-Manar (Tunisie), l’Université autonome de Madrid (Espagne), l’Université Abdelhamid ibn Badis de Mostaganem (Algérie) et l’Université Constantine 3 – Salah Boubnider (Algérie) – ainsi que le Réseau francophone des femmes responsables dans l’enseignement supérieur et la recherche (Resuff), partenaire international du projet.

Cette initiative a pour but d’accroître l’accès des femmes aux postes décisionnels les plus élevés pour contribuer à une gouvernance et à une gestion des établissements d’enseignement supérieur (EES) pleinement inclusive et de transformer la gouvernance des EES du pourtour méditerranéen par la diffusion d’une culture d’égalité femmes-hommes. WE4LEAD répond, par la même occasion, aux objectifs du développement durable (ODD), et en particulier au cinquième qui concerne l’autonomisation des filles et des femmes dans le monde entier et qui vise à mettre fin aux discriminations dont elles pourraient faire l’objet.

Un projet inclusif à visée transformative

« En mettant en place des formations, des outils d’évaluation non discriminatoires et des politiques institutionnelles, le projet WE4LEAD cherche à promouvoir une gouvernance inclusive et une culture d’égalité femmes-hommes au sein des établissements d’enseignement supérieur », résume le professeur Sélim Mekdessi, doyen de la faculté des sciences économiques et de gestion de l’UL. Activement engagé dans ce projet, il souligne que la participation de l’Université libanaise à cette initiative démontre son engagement envers la création d’un environnement académique plus égalitaire, inclusif et propice à la croissance et au succès de toutes les personnes, indépendamment de leur genre. « Sur le plan local, poursuit-il, cela contribue à la transformation de la gouvernance des universités libanaises tout en les intégrant pleinement dans la société civile. La sensibilisation, la formation et l’évaluation approfondies prévues dans le cadre du projet visent à faire changer les mentalités et aident les établissements d’enseignement supérieur libanais à évoluer. »

« Si, dans les EES, les femmes sont majoritaires dans les échelons inférieurs, elles deviennent minoritaires au fur et à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie. Une telle injustice ne prive pas seulement ces institutions de la moitié de leur capital humain disponible, mais elle est également préjudiciable aux communautés universitaires et à la société dans son ensemble », regrette Dr. Huguette Abou Mrad, directrice du Centre de langue de l’Université antonine et porte-parole de l’UA. Elle souligne que l’ensemble de la communauté universitaire bénéficiera de l’impact du projet WE4LEAD qui se concentre sur la transformation institutionnelle des établissements d’enseignement supérieur. Dr. Abou Mrad rappelle que l’UA, qui participe à ce projet, « encourage et évalue l’égalité entre hommes et femmes ainsi qu’un principe élargi de non-discrimination dans tous les domaines et niveaux de l’institution ». L’UA s’engage notamment à travailler sur la rédaction d’un guide explicitant la nature et la fonction d’un plan égalité femmes-hommes et d’un document-type pour guider la mise en place d’une cellule parité dans les établissements d’enseignement supérieur. « Soucieux de promouvoir la parité au sein des universités, et déjà largement engagés dans cette voie, nous considérons le projet WE4LEAD comme très important pour avancer vers notre objectif d’égalité entre les femmes et les hommes au sein de la communauté universitaire.

La coopération, la mutualisation de compétences et le partage d’expériences avec les universités partenaires permettront des avancées décisives en matière d’égalité femmes-hommes à l’Université », souligne pour sa part la professeure Leila Saadé, présidente du comité scientifique du Resuff. Cette dernière explique que le Réseau francophone des femmes responsables dans l’enseignement supérieur et la recherche sera impliqué dans la diffusion, la dissémination et la valorisation des résultats du projet WE4LEAD. « Le Resuff a, en effet, la possibilité de toucher un grand nombre d’institutions universitaires et de recherche francophones ainsi qu’un large public à l’occasion des manifestations scientifiques et colloques qu’il organise régulièrement », rappelle Leila Saadé, qui considère que l’engagement dans ce projet dynamisera la société et favorisera l’égalité des chances et des droits ainsi que la démocratie dans le milieu universitaire.

En somme, le projet Erasmus+ WE4LEAD fait partie de ces initiatives qui, en œuvrant pour favoriser l’égalité des opportunités et la réussite des femmes, promettent d’édifier un avenir éducatif et social équitable et inclusif au sein d’institutions dynamiques et alignées sur les objectifs du développement durable. Pour rappel, le Resuff, créé en 2015, est un réseau membre de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF). Il compte 90 membres institutionnels (universités), associatifs et individuels. Il a pour missions principales de promouvoir l’accès des femmes aux postes de responsabilité dans les établissements d’enseignement supérieur et de recherche, de lutter contre les discriminations dont sont victimes les femmes, plus particulièrement universitaires, et de militer à travers ses actions pour une université égalitaire et paritaire.

Baptisé « Women’s Empowerment for Leadership and Equity in Higher Education Institutions » (WE4LEAD) (L’autonomisation des femmes pour le leadership et l’équité dans les établissements d’enseignement supérieur), ce projet a été lancé le 14 décembre 2023, lors d’une cérémonie qui s’est tenue au rectorat de l’Université libanaise (UL). Il s’inscrit dans le...
commentaires (1)

- ON N,AUGMENTE PAS LE NOMBRE, - PAR RESOLUTION TOUT DROIT, - TOUT EN LES GARDANT A L,OMBRE. - ELLES ONT LE MEME DROIT, - DE SE PRESENTER POUR GUIDE, - ET L,APTITUDE DECIDE.

LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

11 h 36, le 11 janvier 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • - ON N,AUGMENTE PAS LE NOMBRE, - PAR RESOLUTION TOUT DROIT, - TOUT EN LES GARDANT A L,OMBRE. - ELLES ONT LE MEME DROIT, - DE SE PRESENTER POUR GUIDE, - ET L,APTITUDE DECIDE.

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    11 h 36, le 11 janvier 2024

Retour en haut