Rechercher
Rechercher

Élasticité des matériaux

Encore plus épouvantable que la guerre, nous voilà revenus aux sketches permanents sur ce que Balzac appelait « l’envers de l’histoire contemporaine ». Après le numéro d’héroïsme sanglant du Hamas dans les kibboutz et les missiles à domicile israéliens à Gaza, en passant par Sinouar, l’Homo barbudens des tunnels, et le Netanya… hué copieusement à Tel-Aviv, il est réconfortant de savoir que nos bouseux locaux, eux, continuent encore à s’attraper pour des broutilles.

Comme d’une façon générale ils ne s’entendent plus sur rien, ils nous exhibent ce qu’ils maîtrisent le mieux : l’élasticité des matériaux. On allonge, rallonge et prolonge les mandats vers une reconduction sans cesse étirée. Y a des Nobel de physique qui se perdent…

Istiz Nabeuh ne retient plus sa joie, comme sa vessie d’ailleurs. À califourchon sur un nuage, il parle de reproduire pour l’élection présidentielle le négoce qui a permis d’étendre le mandat du bidasse en chef de l’armée. Alors, il enfile à grands coups de cymbales les poncifs autosatisfaits, assortis de pensées définitives sur les « vertus du dialogue », « le respect des institutions », « la responsabilité partagée » et naninanère… Traduction sans langue de bois : le tenancier du Parlement s’en tape. Nous aussi !

Mais brandir le dialogue est une chose, le pratiquer en est une autre. Comment se parler, quand le Sayyed Barbu sirote son thé au fond de son trou et n’envoie que des sous-fifres à la causette ; quand Mikou soubresaute d’un Conseil des ministres à l’autre, dans l’espoir de retrouver sa planque de pleine fonction au Grand Sérail ; quand le Haut-Perché de la Chambre continue de nous abreuver d’initiatives bidon en jouant les roues de secours du Hezbollah…

Si bien que la seule animation qui nous a été donnée à voir cette semaine a été la bronca du Basileus grognon devant les applaudisseurs de son fan club, après qu’il a dégluti son chapeau dans l’affaire de la prolongation. De toute façon, avec les arguments qu’il leur a servis, ils auraient tout aussi bien acclamé un réverbère.

Prochain sujet en or : la nomination d’un chef d’état-major. L’occasion pour les uns et les autres de se castagner, pendant que les gueux d’en bas, oubliant la crise et le chômage, suivront passionnément leurs gesticulations bouche bée et touffe au vent.

Finalement, il n’y en a pas un pour rattraper l’autre dans cette République bananière qui a perdu ses bananes, mais gardé ses épluchures. On a beau farfouiller dans les recoins les plus reculés de leurs neurones engourdis, on ne trouve que des synapses branlantes, agitées par les caprices contradictoires, sans autre perspective que de regarder le Liban au fond des aïeux…

gabynasr@lorientlejour.com

Encore plus épouvantable que la guerre, nous voilà revenus aux sketches permanents sur ce que Balzac appelait « l’envers de l’histoire contemporaine ». Après le numéro d’héroïsme sanglant du Hamas dans les kibboutz et les missiles à domicile israéliens à Gaza, en passant par Sinouar, l’Homo barbudens des tunnels, et le Netanya… hué copieusement à Tel-Aviv, il est...
commentaires (9)

Excellent comme toujours. Merci. Joyeux Noël tout de même ?

Brunet Odile

12 h 21, le 26 décembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Excellent comme toujours. Merci. Joyeux Noël tout de même ?

    Brunet Odile

    12 h 21, le 26 décembre 2023

  • Joyeux Noël à tous. "Regarder le Liban au fond des aïeux…" Elle est pas mal celle là

    Bassam Youssef

    12 h 05, le 25 décembre 2023

  • Chez nous, même les lois gravées dans le marbre ou le bronze de la Constitution connaissent des dilatations sous l’effet des hautes températures des débats houleux pour les rendre floues, illisibles incompréhensibles, pour que même ""des Nobel de physique s’y perdent""… Mais pour vous, c’est dans l’ordre, joyeux Noël d’abord, loin des roquettes de tous bords, et ensuite une heureuse année 2024 dans la prospérité, en hiver comme en été. Idem pour vos lecteurs et commentateurs…

    NABIL

    12 h 21, le 22 décembre 2023

  • POURRAIS-JE NE PAS SALUER ET ADMIRER L,HUMOURISTIQUE CRITIQUE ET SA TRES LIBRE EXPRESSION ? JOYEUX NOEL ET BONNE ANNEE 2024 GABY ET FAMILLE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    11 h 49, le 22 décembre 2023

  • Que dire de plus. Chapeau l’artiste. En attendant le 31, nous ne pouvons qu’espérer encore et encore que le père Noël apportera un brin de dignité à tous les citoyens libanais pour qu’un sursaut patriotique advienne, de n’importe quel bord, pour enfin mettre fin à cette mascarade qu’est devenue notre république. Vive la république et que vive Gaby Nasr. Joyeux Noël

    Sissi zayyat

    11 h 41, le 22 décembre 2023

  • J'en ferai de même le moment venu, pour Gaby Nasr sans doute, mais certainement aussi (par ordre alphabétique) pour Fifi Abou Dib, Issa Goraieb et tous les grands et talentueux journalistes.

    Paul-René Safa

    10 h 14, le 22 décembre 2023

  • Formidable Gaby Nasr ! Quelques "responsables" avec votre lucidité aux commandes du pays, et il serait sauvé ! On peut toujours rêver...non ? De tout coeur JOYEUX NOEL ! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 01, le 22 décembre 2023

  • Si j'ai accepté de renouveler mon abonnement à l'OLJ, en dépit de tout(et en plus, la BDL a annulé sa circulaire 151, sans qu'on sache ce qui va arriver à nos sacrés lollars!), c'est en grande partie à cause de l'inégalable Gaby Nasr! Bravo, et Joyeux Noël (quand même, au risque d'être accusé de plagiat,LOL)

    Georges MELKI

    09 h 44, le 22 décembre 2023

  • Le plus triste dans tout ça c’est que tous ces personnages ont été choisis par le peuple libanais, à la fois donc bourreau et victime de sa propre stupidité… Joyeux Noël quand même.

    Gros Gnon

    06 h 14, le 22 décembre 2023

Retour en haut