Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle au Liban

Devant Le Drian, Joumblatt et le Hezbollah se disent en faveur du dialogue

Les Forces libanaises, les Kataëb et Michel Moawad s'y opposent. 

Devant Le Drian, Joumblatt et le Hezbollah se disent en faveur du dialogue

L'émissaire français, Jean-Yves Le Drian, accueilli par le leader druze Walid Joumblatt, le 13 septembre 2023, à Beyrouth. Photo Anwar Amro/AFP

Le leader druze libanais Walid Joumblatt et le chef du groupe parlementaire du Hezbollah Mohammad Raad se sont prononcés mercredi devant l'émissaire français Jean-Yves Le Drian, qu'il a reçus séparément, en faveur des appels au dialogue lancés par ce dernier et le président du Parlement Nabih Berry, en vue de débloquer la présidentielle au Liban. Ces appels au dialogue ont toutefois été critiqués par le chef des Kataëb Samy Gemayel, le leader des Forces libanaises Samir Geagea, et le député Michel Moawad, avec lesquels M. Le Drian s'est successivement concerté dans l'après-midi.

Ainsi, Walid Joumblatt a assuré mercredi qu'il « soutient l'initiative de Nabih Berry et celle de l'émissaire français Jean-Yves Le Drian », selon des propos rapportés par des médias locaux, à l'issue d'une réunion qui s'est tenue en présence de l'actuel chef du PSP, Taymour Joumblatt, et du député Wael Bou Faour. « Les Forces libanaises (FL) ont toujours des points de vue différents des nôtres. Nous préférons le point de vue de MM. Berry et Le Drian qui appellent au dialogue », a-t-il encore dit.

« Certaines parties ne veulent pas de solutions »

Interrogé sur un appel au dialogue prévu le 21 septembre au sujet de la présidentielle, le leader druze a dit ne pas avoir été notifié d'une telle rencontre. « Tout arrivera au moment opportun », a-t-il estimé. Concernant un soutien possible de Jean-Yves Le Drian à la candidature du chef des Marada, Sleiman Frangié, Walid Joumblatt a assuré « ne pas avoir évoqué de noms » lors de la réunion. Il a par ailleurs appelé les différents blocs parlementaires, ainsi que son fils, le député Taymour Joumblatt, à répondre à l'invitation au dialogue. L'ex-chef du PSP a également déploré que « certaines parties ne veulent pas de solutions » à la crise politique.

Fin août, Nabih Berry s’était engagé à tenir des séances électorales ouvertes au Parlement, à condition qu’elles soient précédées d’un dialogue élargi qui réunirait les chefs des groupes parlementaires à l’hémicycle pendant sept jours. Saluée par le Hezbollah et le Courant patriotique libre (CPL), son initiative a été critiquée par l’opposition. Le chef de l'Eglise maronite Béchara Raï a, lui, indirectement encouragé les députés à participer au dialogue. Le Liban est sans chef de l'Etat, depuis le 31 octobre dernier, date de la fin du mandat de Michel Aoun. Douze séances électorales se sont soldées par un échec, faute de consensus politique.

Par ailleurs, un communiqué publié mercredi en début d'après-midi par le bureau de presse du Hezbollah révèle que Jean-Yves Le Drian s'est concerté avec le chef du bloc parlementaire du parti chiite, Mohammad Raad, à une date non communiquée. « Les discussions ont porté sur l'initiative française qui essaie de lancer le dialogue entre les Libanais au sujet de la présidentielle. Mohammad Raad considère que la proposition de Nabih Berry s'inscrit dans le sillage des efforts français », indique le texte.

L'émissaire français, Jean-Yves Le Drian, lors d'une réunion avec le chef du bloc parlementaire du Hezbollah, Mohammad Raad, à Beyrouth. Photo bureau de presse du Hezbollah

Selon le communiqué, le chef du bloc du Hezbollah a insisté sur « l'importance du dialogue et de la communication entre les Libanais, étant donné qu'il s'agit du seul moyen pour sortir de la situation actuelle au niveau de la présidentielle ». Les discussions ont également porté sur le mécanisme qui pourrait être mis en place à ce sujet.

Le niet de Moawad, des FL et des Kataëb

L'émissaire français s'est par la suite entretenu avec l'ex-candidat à la présidentielle Michel Moawad et le député Fouad Makhzoumi. Ces derniers ont appelé à « tenir des séances électorales ouvertes pour élire un président ». Le groupe parlementaire conduit par M. Moawad a aussi insisté sur le fait que « le dialogue ne signifie pas légitimer des tables qui sortent du cadre des institutions ». Les députés ont par ailleurs réitéré la position commune de l'opposition illustrée par « le refus de participer à ce genre de tables » de dialogue.

Lire aussi

La mission de Le Drian plus incertaine que jamais

Jean-Yves Le Drian s'est par la suite concerté avec le chef des Kataëb Samy Gemayel. « L'opposition a fait un pas lorsqu'elle a annoncé la candidature de Jihad Azour et s'est entendue avec Michel Moawad pour qu'il retire sa candidature. C'est un pas qui s'inscrit dans le cadre du dialogue. Mais l'initiative s'est heurtée à un refus total, à une menace et à un blocage. Le président du Parlement Nabih Berry a cessé de convoquer le Parlement et le Hezbollah s'est accroché à son candidat », a dénoncé M. Gemayel. « Le Hezbollah doit nous rejoindre à mi-chemin », a-t-il plaidé. Le leader chrétien a aussi estimé que « celui qui menace et tue est traité comme celui qui souffre de blocage et d'attentat. Ils ne peuvent être mis à la même table comme s'ils étaient égaux ».

L'envoyé français a enfin été reçu par le leader des Forces libanaises Samir Geagea. « Actuellement, il faut élire un président et non pas perdre du temps avec des dialogues qui se tiennent de toute façon à longueur de journée, de façon directe ou indirecte », a déclaré M. Geagea à l'issue de leur entretien. Il a aussi rappelé que celui qui bloque la présidentielle est l'axe de la Moumanaa (axe pro-iranien au Liban). « Nous n'avons pas de veto sur le nom du commandant en chef de l'armée Joseph Aoun. Chaque chose en son temps », a-t-il conclu.

Mardi, l'émissaire de l’Élysée pour le Liban, avait rencontré le Premier ministre sortant Nagib Mikati, le président du Parlement, le chef du CPL Gebran Bassil, et Sleiman Frangié. Il s'était également entretenu avec le commandant en chef de l'armée, le général Joseph Aoun. Jean-Yves Le Drian avait déclaré, mardi au Grand Sérail, que l'initiative lancée par le président de la Chambre pour tenter de débloquer la présidentielle constituait « un début de solution ».

Le leader druze libanais Walid Joumblatt et le chef du groupe parlementaire du Hezbollah Mohammad Raad se sont prononcés mercredi devant l'émissaire français Jean-Yves Le Drian, qu'il a reçus séparément, en faveur des appels au dialogue lancés par ce dernier et le président du Parlement Nabih Berry, en vue de débloquer la présidentielle au Liban. Ces appels au dialogue ont toutefois...
commentaires (10)

Jumblatt est cet homme qui est toujours égal à lui même et reste fidèle à sa réputation de caméléon inconséquent et incohérent. Il ne faut pas chercher à comprendre ses prises de positions, elles sont basées sur ses propres intérêts comme tous les politiciens de notre poulailler. Espérons que cela ne soit pas héréditaire comme tout le reste.

Sissi zayyat

10 h 49, le 14 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (10)

  • Jumblatt est cet homme qui est toujours égal à lui même et reste fidèle à sa réputation de caméléon inconséquent et incohérent. Il ne faut pas chercher à comprendre ses prises de positions, elles sont basées sur ses propres intérêts comme tous les politiciens de notre poulailler. Espérons que cela ne soit pas héréditaire comme tout le reste.

    Sissi zayyat

    10 h 49, le 14 septembre 2023

  • On a besoin un président pour sortir le Liban du marasme économique et non pour pour en faire un président d’apparat pour le décor. Réfléchissez bon DIEU et votez selon votre conscience.

    Mohamed Melhem

    22 h 46, le 13 septembre 2023

  • "… Le Liban est sans chef de l'Etat depuis le 31 octobre dernier …" - Depuis le 25 mai 2014 pour être précis…

    Gros Gnon

    20 h 04, le 13 septembre 2023

  • - L,ETERNEL GRAND TRAPEZISTE, - S,HABILLE EN MOUMANA3ISTE. - IL N,ETONNE POINT PERSONNE, - CHEZ LES BARBUS IL RONRONNE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    19 h 10, le 13 septembre 2023

  • Je pensais papy Joumblat à la retraite ...

    Zeidan

    18 h 21, le 13 septembre 2023

  • Joumblatt la girouette! Indubitablement il est super intelligent. Il sacrifie le pays en entier pour la sauvegarde de ses co-religionnaires.

    sancrainte

    17 h 51, le 13 septembre 2023

  • Blabla

    Abdallah Barakat

    17 h 47, le 13 septembre 2023

  • Allez, tournez manège. En juillet Taymour joumblatt déclarait à ceux qu’il veulent bien l’entendre qu’il ne peut pas voter pour Frangié !!! Aujourd’hui son paternel est pour le dialogue entamé par berry, et rejoint donc le patriarche des maronites, alors que la formation maronite de Geagea est contre. Le Hezb et Le Drian ont-ils effectué un virage pour que Joumblatt les rejoigne. On a le tournis. Mais un jour, on vote au Parlement, et on verra sur quel nom les chefs de groupes politiques se sont entendus…

    NABIL

    15 h 56, le 13 septembre 2023

  • Présidentielle ! Le manège politique qui fait tourner la tête !

    NABIL

    15 h 44, le 13 septembre 2023

  • Le Hezbollah s'est imposé par la force et se maintient par la force. Pauvres soldats français de la FINUL (30), du Drakkar (56), et les français civils ou fonctionnaires qui sont restés otages pendant plusieurs mois puis executés (Seurat) ou libérés (Carton, Fontaine, Kaufmann, Sontag, Auque, Coudari, Normandin, Cornea, Hansen, Rocket) !

    LH

    15 h 31, le 13 septembre 2023

Retour en haut