Rechercher
Rechercher

Société - Liban

La sécurité de l'AIB nécessite des réformes "urgentes", selon un rapport

"Le manque de personnel de contrôle du trafic aérien représente un grave problème de sécurité qui pourrait avoir des répercussions critiques sur l'aviation au Liban", avertit un rapport d'audit.

La sécurité de l'AIB nécessite des réformes

Le hall des départ à l''aéroport de Beyrouth. Photo d'archives AFP

Les services de navigation aérienne à l'Aéroport international de Beyrouth souffrent de "dysfonctionnements" qui doivent être corrigées de toute urgence, a révélé un rapport d'audit de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).

Le rapport a été réalisé en préparation du Programme universel d'audits de sûreté (USAP). Les failles relevées dans le rapport concernent les communications, la navigation et d'autres services. L'OACI, l'organisme mondial de surveillance de la sécurité, effectue des audits dans les États membres afin de mesurer leur capacité à maintenir les mesures de sécurité.

Manque de personnel
Le rapport met en lumière des "déficiences systémiques" liées aux services de navigation aérienne et du contrôle de la circulation aérienne (ATC- Air Traffic Control), l'équipe chargée de guider les avions pour qu'ils décollent et atterrissent en toute sécurité. "Le manque de personnel ATC représente un grave problème de sécurité qui pourrait avoir des répercussions critiques sur l'aviation au Liban", indique le rapport.

Lire aussi

Le nombre de passagers à l'AIB en augmentation par rapport à l'année dernière

Le document ajoute qu'il est d'une "importance cruciale" pour les autorités de l'aviation civile libanaise de permettre "le recrutement et la retenue d'un personnel ATC dûment qualifié et expérimenté", ce qui est "une question de la plus haute urgence".

"Les autorités libanaises doivent établir et mettre en œuvre un système efficace pour garantir que les procédures publiées font l'objet d'un examen périodique, y compris d'une procédure de validation, afin de s'assurer qu'elles continuent à être conformes aux critères en constante modification", ajoute le rapport.

Lire aussi

Ces aérodromes du Liban tombés dans l'oubli

Le recrutement des contrôleurs aériens est bloqué depuis plusieurs années en raison de tensions politiques concernant les quotas pour chaque communauté religieuse, même si la constitution n'exige pas de tels quotas pour les aiguilleurs du ciel, comme c'est le cas pour d'autres institutions publiques.

Obstacles critiques
Le rapport demande également la mise en place d'un "processus permettant de signaler tout changement de statut des obstacles critiques existants" qui entravent la navigation autour de l'aéroport, afin de s'assurer que le dégagement requis au-dessus des obstacles continuera d'être respecté". Ces dernières années, l'armée libanaise a effectué à plusieurs reprises des descentes dans les zones avoisinantes en raison de la construction non autorisée d'étages supplémentaires aux bâtiments, ce qui aurait eu des répercussions sur le trafic aérien.

Dans leur rapport, l'AESA et l'OACI demandent aussi l'établissement et la mise en œuvre "d'inspections en vol régulièrement programmées pour déterminer si les performances du réseau d'aides à la navigation (NAVAID) continuent de répondre aux normes et de satisfaire aux exigences opérationnelles". "Le Liban doit veiller à ce que les problèmes de sécurité identifiés soient résolus en temps utile grâce à un système de suivi et d'enregistrement des progrès réalisés", ajoutent-ils.

Les problèmes liés au contrôle du trafic aérien ne sont pas nouveaux au Liban, mais ils ont été exacerbés par la crise économique sans précédent que traverse le pays depuis 2019.

Les services de navigation aérienne à l'Aéroport international de Beyrouth souffrent de "dysfonctionnements" qui doivent être corrigées de toute urgence, a révélé un rapport d'audit de l'Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) et de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI).Le rapport a été réalisé en préparation du Programme universel d'audits de...

commentaires (14)

"Les autorités libanaises doivent établir et mettre en œuvre un système efficace...". Mais quelles "autorités" ?????

Nabaa Philippe

09 h 34, le 18 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (14)

  • "Les autorités libanaises doivent établir et mettre en œuvre un système efficace...". Mais quelles "autorités" ?????

    Nabaa Philippe

    09 h 34, le 18 août 2023

  • Le rapport preconise plus d'agents dy Hezb ? ?

    LH

    09 h 23, le 18 août 2023

  • Again, the political class risks our lives in the name of god the merciful! The EU should place an embargo on beirut airport the way the USA has done since 1985. No flights between the EU and Lebanon.

    Murad Mazen

    08 h 02, le 18 août 2023

  • Y a-t-il un pilote dans l'avion "Liban"? On est plus doué pour fabriquer des roquettes dans ce pays apparemment...

    Benjamin Le Biavant

    04 h 06, le 18 août 2023

  • Ca craint !!!!! D'ailleurs, Il serait bon de vérifier les dépôts , les hangars et les sous terrains qu'il n'y ait pas de dépôts illicites , des produits dangeureux Le port de Beyrouth nous a assez traumatisé.

    LE FRANCOPHONE

    01 h 55, le 18 août 2023

  • C'est l'amateurisme le plus total qui caracterise l'ensemble des institutions du pays. Et pas que dans le secteur public d'ailleurs. Il n'y a qu'a constater la maniere dont les crapules bancaires traitent leurs clients (et creanciers). Sauf que, dans le cas de l'AIB, cet amateurisme peut mener a des catastrophes. Malheureusement, cette tare est structurelle dans un systeme tous les jours plus confessionnalise.

    Michel Trad

    00 h 36, le 18 août 2023

  • Bon, ici comme ailleurs, c'est un désastre. No more money, no more bribery, no more qualified personnel. Security first, of course ! This is Lébnén. Livanon comme ils disent au Sud.

    Ca va mieux en le disant

    00 h 02, le 18 août 2023

  • Ben où est le problème ? Il suffit de demander une ralonge budgétaire à la BDL, qu'on remboursera, promis juré dans 12 mois, lorsque le gaz aura commencé à sortir. Allo, Najib ? Tlét millionene boukra.

    Ca va mieux en le disant

    22 h 00, le 17 août 2023

  • En fin de compte a l'image du pays.

    hrychsted

    20 h 44, le 17 août 2023

  • Et un point noir de plus au passif de ce pays dont bientot, j'espere pas, il ne restera plus que le squelette.

    Remy Martin

    20 h 34, le 17 août 2023

  • Et un point noir de plus au passif de ce pays dont bientot, j'espere pas, il ne restera plus que le squelette.

    Remy Martin

    20 h 34, le 17 août 2023

  • Qu’est ce qu’attendent les compagnies aériennes étrangères pour sanctionner l’AIB jusqu’à ce que ces lacunes soit remédiés??

    ted amyuni

    20 h 01, le 17 août 2023

  • Les barbus jaunes s'occupent de la sécurité de l'aéroport aussi ... o^est le problème ?

    Zeidan

    19 h 51, le 17 août 2023

  • C'est une profession très bien rémunérée dans de nombreux pays. On peut donc supposer qu'il y a eu, là aussi, fuite des cerveaux.

    IBN KHALDOUN

    19 h 37, le 17 août 2023

Retour en haut