Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - FOCUS

Le dernier coup antipalestinien du ministre d’ultradroite Smotrich

Fort de son portefeuille des Finances, l’ultranationaliste décide de geler les subventions destinées aux Palestiniens d'Israël.

Le dernier coup antipalestinien du ministre d’ultradroite Smotrich

Bezalel Smotrich et Benjamin Netanyahu. Ronen Zvulun/AFP

Le ministre israélien des Finances poursuit sa croisade. « Smotrich considère tous les Arabes comme des ennemis, et les combattre est le fondement de sa mission publique », avançait le quotidien de gauche Haaretz après l’annonce lundi de la rétention de fonds destinés aux Palestiniens d’Israël. D’une part, le gel d’une subvention de 55 millions de dollars pourrait forcer l’arrêt des programmes éducatifs à destination des Palestiniens de Jérusalem-Est. De l’autre, un transfert de plus de 80 millions de dollars destinés aux autorités locales arabes a été bloqué suite aux vœux du ministre ultranationaliste. De quoi provoquer des désaccords au sein même du gouvernement le plus à droite de l’histoire d’Israël. Selon les voix contestataires, la suspension de ces subventions pourrait nuire à la sécurité et aux efforts d’intégration d’Israël.

Des raisons diffuses

Depuis 2018, une aide à hauteur de 55 millions de dollars par an permet à environ 500 étudiants arabes par promotion de participer à un programme de l’Université hébraïque de Jérusalem, et aux collèges Hadassah et Azrieli à Jérusalem-Est. Comme justification du gel de cette subvention, le ministre des Finances avance dans un message Facebook la croissance de « cellules islamiques radicales » dans les universités israéliennes qui « rendent la vie des étudiants juifs intolérable ». Sollicité par le Haaretz, son ministère a notamment pointé du doigt des manifestations d’étudiants arabes à Jérusalem-Est.

Lire aussi

Les Palestiniens d’Israël, une histoire entre deux feux

Prenant le contrepied de Bezalel Smotrich, le journal conservateur Jerusalem Post s’est quant à lui fait le héraut de plusieurs objections soulevées au sein du gouvernement de Benjamin Netanyahu : « Des décennies de négligence et de sous-financement ont engendré du ressentiment et un profond sentiment d’aliénation et de discrimination parmi les Arabes israéliens, menaçant la cohésion sociale et favorisant l’extrémisme. » Un argument qui avait été à l’origine du plan quinquennal de soutien aux étudiants arabes de Jérusalem-Est, adopté en 2018 sous un précédent gouvernement de Benjamin Netanyahu. En 2015, ce dernier avait en outre alloué près de 3 millions de dollars pour lutter contre les inégalités au sein de la communauté arabe israélienne, qui représenterait environ 20 % de la population.

Désaccords internes

Aujourd’hui, de hauts fonctionnaires s’opposent au gel des subventions. Le Haaretz rapporte ainsi que le chef du service israélien de Sécurité intérieure Ronen Bar a même écrit au ministre des Finances, justifiant de l’« influence modératrice » de ces fonds qui contribuent à réduire la violence chez les jeunes à Jérusalem-Est. La ministre des Renseignements Gila Gamliel note elle aussi que « l’intégration de la population arabe dans le milieu universitaire a une importance sociale, économique et sécuritaire ».

Le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel s’est pour sa part opposé au gel d’autres aides financières, adressant une lettre à son collègue des Finances que le radiodiffuseur israélien Kan a rendue publique dimanche. D’après cet écrit, 55 millions de dollars alloués à l’administration et au développement économique des localités arabes n’ont pas encore été transférés aux autorités concernées. Si les raisons de ce gel restent encore floues, Bezalel Smotrich a indiqué vouloir « reconsidérer » leur utilisation.

Lire aussi

INFOGRAPHIE - Israël intensifie sa répression dans les territoires occupés

Car, pour celui qui tient les cordons de la bourse de l’Etat hébreu, le gouvernement actuel n’est « pas redevable » des décisions du cabinet précédent, formé d’une coalition de centre-droit à laquelle participait pour la première fois la Liste arabe unie (Raam) de Mansour Abbas. Les fonds pour les municipalités arabes avaient pourtant été budgétisés sur 10 ans par le gouvernement Bennett-Lapid (2021-2022) afin de moderniser les infrastructures et lutter contre la criminalité. Cette année s’est révélée être particulièrement meurtrière au sein de la communauté palestinienne d’Israël avec plus de 100 morts depuis le mois de janvier. Sur fond de chômage et de précarité, il s’agirait essentiellement de règlements de comptes entre gangs.

Reste que l’ultranationaliste chef du Parti sioniste religieux et figure bruyante de la coalition gouvernementale de Benjamin Netanyahu continue de prioriser son agenda antipalestinien. Selon Haaretz, « l’idée même qu’un Palestinien d’Israël ait les mêmes droits (qu’un Israélien) va au-delà de l’entendement du ministre des Finances Bezalel Smotrich ». En octobre 2021 déjà, le leader sioniste déclarait que les Arabes israéliens étaient « ici par erreur » et que « c’est une erreur que Ben Gourion n’ait pas terminé le travail et ne (les) ait pas expulsés en 1948 ». Plus récemment, en tant que ministre, Bezalel Smotrich s’est distingué par de nouvelles diatribes violentes. En mars dernier, le suprémaciste juif avait appelé à « raser » le village de Huwara en Cisjordanie, en représailles à l’assassinat de deux colons juifs. Le ministre est lui-même résident de la colonie de Kedumim, considérée comme illégale en vertu du droit international. En février, le sulfureux politicien s’était vu confier un rôle de supervision au ministère de la Défense sur les questions relatives aux colonies. De quoi présager de nouvelles controverses. L’ultranationaliste provoquait déjà en mars un tollé international pendant sa visite en France, affirmant : « Il n’y a pas de peuple palestinien. »

Netanyahu tempère et fait pression sur Smotrich

Face aux accusations de racisme et à la pression exercée par certains membres de son gouvernement, Benjamin Netanyahu s’est exprimé mercredi soir dans un communiqué pour annoncer le transfert des 55 millions de dollars gelés destinés aux municipalités arabes. « Les citoyens arabes d'Israël méritent la même chose que tous les citoyens, et je m'y engage. J'exige cela de tous les ministères et cela sera mis en place après une évaluation pour s'assurer que les fonds sont transférés aux fins qui leur sont assignées : les citoyens arabes d’Israël ». Si Bezalel Smotrich déclarait précédemment que sa décision était définitive, il semblait mercredi soir, sous la pression du Premier ministre, de mettre de l’eau dans son vin. Le ministre des Finances a ainsi annoncé la création d’un groupe de travail spécial pour « empêcher l’argent d’atteindre les organisations criminelles ». Aucune déclaration n’a été faite du côté des subventions éducatives.
Le ministre israélien des Finances poursuit sa croisade. « Smotrich considère tous les Arabes comme des ennemis, et les combattre est le fondement de sa mission publique », avançait le quotidien de gauche Haaretz après l’annonce lundi de la rétention de fonds destinés aux Palestiniens d’Israël. D’une part, le gel d’une subvention de 55 millions de dollars pourrait forcer...
commentaires (2)

Bezalel Smotrich, si vous êtes un homme d’honneur et un patriote sincère pour le grand Israël et que vous devriez tenir paroles en disant que tous les arabes sont des ennemis et qu’il faut les combattre comme votre fondement de votre mission publique l’exige, rompez les relations diplomatiques avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc, le Soudan, y compris l’Egypte et la Jordanie. Et pourquoi ces pays cités n’exigent pas du gouvernement Netanyahu de démettre de ses fonctions cet hurluberlu imperbe dans son racisme anti arabe, sinon lesdits pays arabes rompront leurs relations diplomatiques envers Israel’s pour au moins rejeter les insolences de ce ministre qui nuit à l’état d’Israël pour assouvir sa soif de grandeur satanique.

Mohamed Melhem

10 h 43, le 14 août 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Bezalel Smotrich, si vous êtes un homme d’honneur et un patriote sincère pour le grand Israël et que vous devriez tenir paroles en disant que tous les arabes sont des ennemis et qu’il faut les combattre comme votre fondement de votre mission publique l’exige, rompez les relations diplomatiques avec les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc, le Soudan, y compris l’Egypte et la Jordanie. Et pourquoi ces pays cités n’exigent pas du gouvernement Netanyahu de démettre de ses fonctions cet hurluberlu imperbe dans son racisme anti arabe, sinon lesdits pays arabes rompront leurs relations diplomatiques envers Israel’s pour au moins rejeter les insolences de ce ministre qui nuit à l’état d’Israël pour assouvir sa soif de grandeur satanique.

    Mohamed Melhem

    10 h 43, le 14 août 2023

  • Vous avez fuit l’Égypte du pharaon et êtes venus en Palestine qui vous a accueilli et vous dites qu’il n’y a pas de peuple palestinien.

    Mohamed Melhem

    05 h 32, le 10 août 2023

Retour en haut