Rechercher
Rechercher

Société - Réseau de pédophilie

Le Liban peut-il interdire TikTok ?

Les chiffres publiés dans les ressources publicitaires de ByteDance indiquent que l’application comptait 3,92 millions d’utilisateurs âgés de 18 ans et plus au Liban début 2024.

Le Liban peut-il interdire TikTok ?

Les réseaux sociaux peuvent s’avérer dangereux pour les jeunes. Photo AFP

Dévoilée début mai, l’affaire du réseau pédophile sur TikTok – impliquant près de 30 individus responsables d’avoir attiré une trentaine d’enfants via l’application pour des abus sexuels, des enregistrements et du chantage – a suscité l’indignation de nombreux citoyens et parents demandant au gouvernement d’interdire l’application au Liban. Mais une telle démarche est-elle possible ? Le ministre sortant des Télécoms, Johnny Corm, a déclaré mercredi dernier que son ministère avait la capacité technique de bloquer l’application, mais uniquement si une décision judiciaire était prise à cet égard. 

« Rien n’est 100 % sécurisé »

« Nous avons deux moyens potentiels pour arrêter l’utilisation de TikTok au Liban : si l’entreprise TikTok cesse d’accepter les demandes de téléchargement depuis le Liban, à la demande du gouvernement libanais – mais cela n’arrivera pas car cela entraînerait des pertes financières pour l’entreprise –, ou si le Liban empêche ses serveurs d’accéder à TikTok », a expliqué l’expert en cybersécurité Majd Dhainy à L’Orient Today.

Pour mémoire

Affaire des pédophiles sur TikTok : de nouveaux suspects, dont un avocat, dans le collimateur de la justice

« Techniquement, si le Liban veut interdire à tout utilisateur sur son territoire de télécharger TikTok, il devrait bloquer la connexion vers les serveurs de TikTok. C’est facile et faisable lorsque vous avez des experts en cybersécurité, car les demandes de connexion passent par l’infrastructure libanaise via les fournisseurs de services internet ou les entreprises de télécommunications comme Ogero, le tout au sein de l’infrastructure gouvernementale. Donc, techniquement, le gouvernement peut ajouter certaines règles et réglementations, disant que lorsqu’il détecte un trafic venant du Liban vers les serveurs de TikTok, il peut le bloquer. Tout est géré par le gouvernement », ajoute l’expert.

Cela peut-il être contourné ?

« Dans le monde cybernétique, il existe toujours des moyens de contourner ces mesures : rien n’est 100 % sécurisé. Les acteurs malveillants ou les citoyens peuvent essayer de changer leur géolocalisation ou utiliser des VPN ou des proxies, de sorte à contacter un serveur en dehors du Liban, et ce serveur se connecterait à TikTok », détaille Majd Dhainy. « Sur TikTok, cependant, il y a certaines fonctionnalités comme les directs, par exemple, qui nécessitent une connexion internet stable et rapide, ce qui ne sera pas le cas si un serveur proxy est utilisé. Cela pourrait donc entraver son efficacité pour les utilisateurs au Liban qui pourraient ne pas en bénéficier ou l’utiliser aussi facilement », poursuit-il. Et d’ajouter : « Toute entreprise peut changer ses emplacements et adresses IP pour potentiellement permettre aux utilisateurs des pays interdits d’y accéder. »

« Peu probable »

Malgré ces aspects techniques, une source au ministère de la Justice a déclaré à L’Orient Today qu’« il est peu probable que le ministère aille jusqu’à une interdiction de TikTok. De toute façon, personne n’a déposé de plainte officielle auprès du ministère nécessitant une telle action ».

Lire aussi

Réseau de pédophiles sur TikTok : qu’est-ce que le « dark web » ?

« TikTok est une entreprise internationale et de nombreuses entreprises au Liban l’utilisent pour commercialiser leurs produits et services. Par conséquent, fermer l’ensemble de l’application et l’interdire dans le pays parce qu’un groupe de criminels y était actif n’a pas de sens », explique cette même source. « Supposons que demain un criminel attire une personne via Facebook pour la tuer. Nous avons entendu de telles histoires se produire. Est-ce que cela signifie que la justice libanaise devrait alors interdire Facebook dans le pays ? » ajoute-t-elle. 

Le Liban va coopérer avec le bureau régional de TikTok

Pour sa part, le ministre sortant de l’Information, Ziad Makary, a déclaré que son ministère « coopérera avec le bureau de TikTok au Moyen-Orient et en Turquie, dont l’équipe visitera bientôt le Liban à l’invitation du ministère et en coordination avec le ministère des Télécoms, pour développer un plan d’action conjoint visant à surveiller le contenu de l’application et à atténuer les risques de contenus offensants, en plus d’établir des contrôles éthiques », selon un communiqué samedi. « Des ateliers éducatifs seront organisés par des experts, disponibles pour tous les professionnels des médias et les institutions éducatives intéressés sur la manière d’utiliser positivement cette plateforme, » a conclu Ziad Makary.

En mars, TikTok a annoncé le lancement d’un « Conseil mondial de la jeunesse » avec Praesidio Safeguarding, une agence spécialisée dans la sécurité en ligne, composé de 15 adolescents âgés de 15 à 18 ans représentant une diversité de communautés et de pays. « Le Conseil de la jeunesse a défini ses priorités pour 2024, qui incluent un focus sur le bien-être et l’inclusion des adolescents pour aider à garantir que TikTok continue d’être un espace sûr et accessible pour les jeunes », a déclaré TikTok dans un communiqué, notant que l’entreprise a consulté plus de 12 000 adolescents et leurs parents pour mieux comprendre leurs préoccupations et travailler avec eux pour s’assurer que l’application peut être un espace plus sûr.

Les chiffres publiés dans les ressources publicitaires de ByteDance indiquent que TikTok comptait 3,92 millions d’utilisateurs âgés de 18 ans et plus au Liban début 2024. Début 2024, l’audience publicitaire de TikTok au Liban était à 46,6 % féminine, contre 53,4 % pour les hommes.

Dévoilée début mai, l’affaire du réseau pédophile sur TikTok – impliquant près de 30 individus responsables d’avoir attiré une trentaine d’enfants via l’application pour des abus sexuels, des enregistrements et du chantage – a suscité l’indignation de nombreux citoyens et parents demandant au gouvernement d’interdire l’application au Liban. Mais une telle démarche...
commentaires (1)

Merci de vous êtes penché sur ce sujet, Ghadir Hamadi.Il me semblait que le nombre d'inculpés s'élevait à 11 personnes pour 30 victimes à ce jour. La responsabilité de tous les adultes est capital, gouvernement y compris. Nous devons protéger les enfants par tous les moyens. Cette affaire confirme la dangerosité de ces réseaux alors des solutions impérieuse s'imposent pour éliminer la menace qui pèse sur les jeunes.L'idée, de bloquer l'accès sur un territoire donné, pousserai ces entreprises qui ne manquent pas de ressources financières à mettre en place desmesures d'utilisation drastique

peacepeiche@gmail.com

18 h 48, le 15 mai 2024

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Merci de vous êtes penché sur ce sujet, Ghadir Hamadi.Il me semblait que le nombre d'inculpés s'élevait à 11 personnes pour 30 victimes à ce jour. La responsabilité de tous les adultes est capital, gouvernement y compris. Nous devons protéger les enfants par tous les moyens. Cette affaire confirme la dangerosité de ces réseaux alors des solutions impérieuse s'imposent pour éliminer la menace qui pèse sur les jeunes.L'idée, de bloquer l'accès sur un territoire donné, pousserai ces entreprises qui ne manquent pas de ressources financières à mettre en place desmesures d'utilisation drastique

    peacepeiche@gmail.com

    18 h 48, le 15 mai 2024

Retour en haut